Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

1917, le livre de l’année

Magali Lesauvage 7 juin 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On ne doit pas juger un livre à sa couverture, dit le diction, mais peut-on juger une exposition à son catalogue ? Le plus souvent, la réponse est non, mais dans de nombreux (et de plus en plus fréquents) cas, le catalogue d’expo s’en révèle un prolongement indispensable. Même s’il ne saurait remplacer la visite et l’expérience des œuvres. Démonstration avec un ouvrage remarquable, le catalogue monumental de l’exposition 1917 au centre Pompidou-Metz.

Il faut bien le dire, le plus souvent, un catalogue d’exposition est (aussi) affaire de business. Parmi les goodies disponibles suite à la visite, il est le souvenir d’excellence à emporter, la preuve que l’on y était, la manière de continuer la contemplation et d’approfondir le sujet, chez soi et enfin seul face aux œuvres et à l’analyse. D’un point de vue plus matériel, il permet également aux organisateurs de rentabiliser le coût de l’expo, ou aux éditeurs de surfer sur l’événement – voir la pléthore de « hors-séries » que l’on voit désormais publiés à l’occasion de toute manifestation importante. 

Vue de l’exposition 1917, centre Pompidou-Metz, 2012. Photo : © Centre Pompidou-Metz / Rémi Villaggi.

L’exposition 1917, au centre Pompidou-Metz, est remarquable à divers points de vue. En cette terre de Lorraine qui fut l’un des enjeux du conflit et connut les batailles les plus meurtrières (Verdun est à 70 km), l’année 17 est un point d’inflexion entre deux courbes de l’Histoire. Projetant l’Occident vers un vertigineux porte-à-faux, elle marque la fin d’un monde (avec la Révolution bolchevique renversant les illusions bourgeoises), et l’émergence de mouvements artistiques majeurs.

« Éloge de la simultanéité »

Comment rendre la complexité d’un tel moment, ponctionné dans le temps comme une carotte géologique ? Des centaines d’œuvres et d’objets font à Metz « l’éloge de la simultanéité », comme l’évoque Laurent Le Bon, commissaire de l’exposition (avec Claire Garnier). Il s’accompagne d’un volumineux catalogue (600 pages, plus de 1000 illustrations), véritable somme qui fait le portrait en kaléidoscope de l’année 1917, et constitue à ce titre un objet autonome à part entière. Succédant aux classiques essais de spécialistes, un abécédaire y égrène 225 notices sur les événements, lieux, personnalités ou thématiques qui ont « fait » l’année – d’« affiches » à Ossip Zadkine, en passant par « mort » ou « propagande américaine ».

Voilà pour l’approche synchronique. Suit le volet diachronique, avec un almanach jour par jour de l’an 17 du XXe siècle, illustrée de centaines de documents. Où l’on apprend, par exemple, que le 7 juin 1917 (il y a tout juste 95 ans) fut le 1039e jour de guerre. La température monta à 26°C à Vienne, en Autriche, tandis que naissait Dean Martin dans l’Ohio. Les Britanniques firent sauter la crête de Messines (Flandres) grâce à 500 tonnes d’explosifs (la puissance de l’explosion fut ressentie jusqu’en Grande-Bretagne), et capturèrent 7000 soldats allemands. Pendant ce temps, en Allemagne, une conférence se réunissait pour réclamer le droit de vote féminin. Une journée comme une autre, mais unique, en ces temps d’exception.

1917

26/05/2012 > 24/09/2012

Centre Pompidou-Metz

METZ

L’exposition 1917 questionne la création artistique en temps de guerre, à l’échelle de cette « année impossible »¹ au cours de la...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE