Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » On a vu

expo_une_favori
expo_cercle_1 INSIDE

11/10/2014 > 11/01/2015

Palais de Tokyo

- PARIS

expo_cercle_3 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 WILLIAM EGGLESTON

09/09/2014 > 21/12/2014

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS

Courbes, couleurs, Kelly

Alice Poujol 25 mai 2012

Cela fait vingt ans qu'on ne l'a pas vu à Paris. La galerie Marian Goodman expose quatre œuvres récentes d'Ellsworth Kelly. Des courbes colorées qui nous replongent dans le travail de l'un des artistes américains les plus importants de notre temps. 

L’accrochage tient dans une salle. Quatre murs blancs, quatre toiles qui ne sont pas des tableaux, mais des supports aux Curves harmonieuses d’Ellsworth Kelly. Toiles sur la toile au découpage arrondi, entièrement recouvertes de couleur. Variations sur l’arche, tour à tour convexe, concave, diagonale. On se laisse successivement envahir par l’intensité de ce rouge, de ce jaune, de ce vert, de ce bleu.

Ellsworth Kelly, Curves on White, Blue, 2012, courtesy Marian Goodman Gallery, Paris © Jerry L. Thompson, courtesy Ellsworth Kelly.

Les teintes choisies par Kelly ne sont pas toutes primaires. Mais éclatantes, pures, elles semblent déborder du panneau sur lequel elles s’étalent. On ne distingue pas tout de suite le relief. Il faut se rapprocher, observer l’œuvre de biais, reculer, avancer de nouveau. Les différents plans apparaissent alors progressivement. Une expérience de contemplation d’une qualité rare.

Ellsworth Kelly, Curves on White, 2012, courtesy Marian Goodman Gallery, Paris © Jerry L. Thompson, courtesy Ellsworth Kelly.

Proche des avant-gardes de l’après-guerre, Kelly s’est nourri de leurs influences sans jamais s’y affilier. Sa manière d’envisager le formalisme se nourrit de ce qu’il voit. En témoigne cette citation désormais célèbre :

« En octobre 1949, au musée d’Art moderne à Paris, je remarquai que les fenêtres m’intéressaient plus que l’art exposé dans les salles. Je fis un dessin d’une fenêtre et, plus tard, dans mon atelier, je réalisai ce que je considère comme mon premier objet, Window, Museum of Modern Art, Paris. À partir de ce moment, la peinture telle que je l’avais connue était finie pour moi. » 

Il s’intéresse à ce qui est déjà fait, qu’il isole et détoure dans ses toiles aux formes anguleuses. L’objet vu se transforme en objet d’art, et parfois, comme dans ses Plants Drawings, redevient identifiable.

ELLSWORTH KELLY

16/05/2012 > 13/07/2012

Galerie Marian Goodman

PARIS

Le travail pictural d’Ellsworth Kelly n’a pas fait l’objet d’exposition à Paris depuis 20 ans. La dernière exposition en date a eu...

exposition terminée
PRESSE
MEMBRES
AJOUTER UN COMMENTAIRE