Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » En images

La « Conversation sacrée » de Cima à la loupe

Magali Lesauvage 30 avril 2012

Peu connu du grand public, le peintre italien Cima da Conegliano bénéficie d'une somptueuse exposition au musée du Luxembourg, où sont réunies une trentaine d'œuvres de l'artiste. Arrêtons-nous devant l'une d'elles, une Sacra Conversazione en provenance de la Galleria Nazionale de Parme.

Cima, Vierge à l'Enfant avec saint Michel archange et saint André apôtre, vers 1496-1498, Parme, Galleria Nazionale © Archives Alinari, Florence, Dist. Réunion des musées nationaux – Grand Palais/Georges Tatge.

Fiche technique

Cima da Conegliano, Vierge à l'Enfant avec saint Michel archange et saint André apôtre, vers 1496-1498, huile sur bois, 194 x 134 cm, Parme, Galleria Nazionale.

Artiste

Cima da Conegliano (1459-1460/1517-1518) est un artiste représentatif de la peinture vénitienne de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. Son style se caractérise par le raffinement du trait, les couleurs tendres et une technique qui confine à la perfection, qu'il emploie pour placer ses personnages dans des paysages sereins inspirés de sa Vénétie natale.

Sujet

La Conversation sacrée est un thème qui apparaît au XVe siècle dans l'art de l'Italie du Nord, dont Cima est l'un des représentants. Son « invention » est attribuée à Fra Angelico. Elle montre généralement la Vierge en majesté et l'Enfant Jésus entourés de saints et du donateur ou du commanditaire de l'œuvre. Elle a donc peu à voir avec une scène biblique « réelle », et permet au peintre de représenter, juxtaposés, les saints protecteurs de l'église ou du commanditaire.

Technique

Une analyse fine de la couche picturale a permis de révéler que les visages, les herbes, les pierres et l’architecture sont couverts d’empreintes digitales et de traces de la paume de main de Cima. Ceci afin d'estomper les contours et d'atténuer la démarcation d'un pigment à l'autre.

Une scène de plein air

L'originalité de l'œuvre réside dans le fait que Cima a placé la scène en plein air, dans un cadre bucolique qui évoque les paysages de Vénétie – alors que jusqu'ici les peintres la situaient plutôt dans une église ou autre lieu de solennité. On y voit la Vierge, l'Enfant et les saints Michel et André devant une ruine antique, décrite de manière très précise, grâce à une luminosité éclatante – comme on peut l'observer au niveau de la frise en bas-relief ou des chapiteaux.

Un hommage à l'antique

De manière générale, la Conversation sacrée rappelle la dette que l'humanisme de la Renaissance doit à la redécouverte de l'Antiquité. La croix de saint André appuyée contre ce temple païen serait ainsi une métaphore du rôle de Rome dans le processus de « civilisation » de l'humanité, qui aurait permis l'avènement du christianisme.

Vers une nouvelle Eglise

Assise, la Vierge soutient l'Enfant qui regarde au loin, dans une position trônante. Il semble ainsi annoncer la nouvelle Eglise qui sera bâtie sur les ruines du monde antique. Saint Michel archange (voir ses ailes déployées) tient la balance qui pèsera les âmes lors du Jugement dernier.
CIMA DA CONEGLIANO

05/04/2012 > 15/07/2012

Musée du Luxembourg

PARIS

Aux côtés de Giovanni Bellini et de Vittore Carpaccio, Giovanni Battista Cima da Conegliano (1459- 1517) compte parmi les grands peintres ...

exposition terminée
PRESSE
MEMBRES
AJOUTER UN COMMENTAIRE