Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » On a vu

expo_cercle_2 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 FRANK GEHRY

24/10/2014 > 16/03/2015

Fondation Louis Vuitton - PARIS
expo_cercle_4 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 SADE. ATTAQUER LE SOLEIL

14/10/2014 > 25/01/2015

Musée d'Orsay - PARIS

Raphaël Zarka, formes simples et art total

Magali Lesauvage 27 avril 2012

L'artiste français Raphaël Zarka, 35 ans, a publié trois livres sur le skateboard (La Conjonction interdite, notes sur le skateboard, 2003, Une Journée sans vague, chronologie lacunaire du skateboard, 2006, et Free ride, skateboard, mécanique galiléenne et formes simples, 2011). Il a traqué des formes géométriques universelles (les « formes du repos ») dans des aires désolées aux quatre coins du monde ou au fin fond des bibliothèques, a reproduit des objets à la fonction obscure, tel qu'une « draisine », ou encore réalisé un Catalogue raisonné des Rhombicuboctaèdres (1495-2009).

Raphaël Zarka, Prismatique, 2012. Courtesy galerie Michel Rein, Paris.

Collectionneur, Zarka pratique la compilation de formes tel un amateur – au sens fort, comme on l'entendait au XVIIIe siècle. Ainsi présente-t-il dans son exposition Les Prismatiques à la galerie Michel Rein, à Paris (jusqu'au 26 mai), des images de divers monuments – nécropole des Grotticelli, autel érigé par Goethe à Weimar pour son amie Charlotte von Stein, ou « stellations » de Max Brückner. Des formes architecturales qui sont autant de signes persistants, transcendant les époques.

Raphaël Zarka, vue de l'exposition Les Prismatiques, galerie Michel Rein, Paris, 2012.

Pour l'exposition, l'artiste focalise son attention sur une forme bien précise, empruntée au champ de la pratique picturale, celle de la clé de châssis (un prisme ayant pour base un triangle tronqué). L'agrandissant et la démultipliant, il réalise à partir de celle-ci des sculptures, qui sont autant de puzzles en trois dimensions évoquant la tradition du tangram. En regard, des dessins très léchés reproduisent la géométrie précise et logique du célèbre jeu chinois. Des sculptures qui s'inspirent de la peinture comme objet, et qui prennent des allures de stèles ou de totems, pour devenir de véritables architectures. Ajoutons-y la photographie et le dessin, et on comprend que Raphaël Zarka, artiste total, envisage sa pratique à 360°.
RAPHAËL ZARKA

14/04/2012 > 26/05/2012

Galerie Michel Rein

PARIS

Plusieurs questions centrales à la pratique de Raphaël Zarka se rejoignent dans son exposition Les Prismatiques : son intérêt pour la g...

exposition terminée
PRESSE
MEMBRES
AJOUTER UN COMMENTAIRE