Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Art Paris Art Fair : les points forts

exponaute 30 mars 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cent-vingt galeries (à 40% étrangères) provenant de 16 pays, plus de la moitié de nouveaux participants, une nouvelle équipe et un nouveau commissaire général (Guillaume Piens, ancien directeur de Paris Photo) : Art Paris grandit et devient Art Paris Art Fair. La foire d’art moderne et contemporain reste sous les voûtes du Grand Palais jusqu’à dimanche (1er avril), et s’oriente cette année vers une thématique européenne. Berlin, Budapest, Helsinki, Lisbonne, Vienne : les grandes capitales culturelles européennes et leurs artistes sont présents.

Autres originalités cette année : un secteur « Séries limitées » dédié au design – agrémenté du Prix Prototype Série limitée (en partenariat avec le magazine Les Echos Série limitée), attribué à The Power of Love de Mathieu Lehanneur – et un secteur « Grand Format » pour les pièces monumentales. Alors que la foire n’avait pas encore ouvert ses portes au public, les galeristes semblaient déjà assez confiants pour cette 14e édition… Une concurrente sérieuse à la FIAC ?

Exponaute propose une sélection de coups de cœur vus à Art Paris Art Fair.

Liu Bolin, Hide in the City – Paris – 01, 2011, ArtParis performance. Courtesy of Liu Bolin / Galerie Paris-Beijing

Souvenir de l’édition 2011 d’Art Paris : la performance du Chinois Liu Bolin, représenté par la galerie Paris-Beijing. Depuis la destruction par le gouvernement chinois du village de Suojia dans lequel se trouvait son atelier, cet artiste a entamé une série d’autoportraits en tenue de camouflage, intitulée Hide in the city. Tel un caméléon, il se recouvre de peinture jusqu’à se fondre entièrement dans le paysage, comme ici, sur les marches de la nef du Grand Palais. « Mon intention n’est pas de disparaître dans mon environnement mais plutôt de laisser cet environnement prendre possession de moi », explique-t-il.

Vera Röhm, Ergänzung Kreuz, 1988, bois & plexiglas, galerie Gimpel & Müller, Paris/Londres.

L’artiste allemande Vera Röhm, 69 ans, expose sur le stand de la galerie Gimpel & Müller une sculpture de bois et de Plexiglas, Ergänzung Kreuz, datée de 1988. Le travail tout en force expressive de Vera Röhm associe des matériaux a priori antagonistes. Ici la sévérité de la forme minimale de l’œuvre est atténuée par le caractère organique du bois et les reflets du Plexiglas.

Jonone devant l’une de ses œuvres sur le stand de la galerie Rabouan Moussion, Paris.

Jonone a d’abord pratiqué le graffiti sur les trains de New York, avant de commencer à peindre sur toile dans les années 90, peu après son arrivée à Paris. Il aime enchevêtrer les tags, jusqu’à former un bloc d’entrelacs à la fois graphiques et dégoulinants. La série encore inédite qu’il montre à la galerie Rabouan Moussion est l’amorce d’une nouvelle pratique : celle de la sculpture. Ces panneaux colorés transparents reprennent les formes du graffiti tout en les figeant. Jonone nous a confié qu’il allait poursuivre cette démarche de mise en relief du street art.

Marina de Caro, Mariposa, mine de plomb, crayons de couleur et pastels sur canson, 2011. Courtesy galerie Vanessa Quang, Paris.

Ce dessin monumental (230 x 150 cm) de Marina De Caro, sorte d’homme-fleur hybride coloré réalisé un peu à la manière d’un dessin de mode, fait écho aux performances, installations et sculptures de l’artiste argentine, née en 1941 à Buenos Aires. Il est présenté à Art Paris Art Fair sur le stand de la galerie Vanessa Quang, qui consacre un focus à Marina De Caro.

Mathieu Lehanneur, The Power of Love, 2012, sculpture sonore. Courtesy galerie Slott, Paris.

Cette œuvre a remporté le Prix Prototype Série limitée. L’objet n’est pas très identifiable au premier abord. Des flammes dorées, une chaîne hi-fi intégrée, deux casques et ce titre kitschissime : The Power of Love. En créant cet appareil technologique et intime, Mathieu Lehanneur s’est inspiré du sentiment amoureux pour instaurer un nouveau type de relation entre l’utilisateur, l’objet et l’autre. Les deux auditeurs sont reliés par la musique qu’eux seuls peuvent entendre, diffusé par ces flammes dorées qui symbolisent la passion.

ART PARIS

29/03/2012 > 01/04/2012

Nef du Grand Palais

PARIS

Rendez-vous printanier de l’art moderne et contemporain à Paris, Art Paris Art Fair réunit sous la nef du Grand Palais 125 galeries et ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE