Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Magazine » On a vu

expo_cercle_2 GARRY WINOGRAND

14/10/2014 > 08/02/2015

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 FRANK GEHRY

24/10/2014 > 16/03/2015

Fondation Louis Vuitton - PARIS
expo_cercle_4 HOKUSAI

01/10/2014 > 18/01/2015

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 SADE. ATTAQUER LE SOLEIL

14/10/2014 > 25/01/2015

Musée d'Orsay - PARIS

Helmut Newton, masculin/féminin

Alice Poujol 26 mars 2012

Helmut Newton au Grand Palais est la première rétrospective majeure consacrée en France au travail du photographe allemand (qui se défendait bien d’être un artiste). L’occasion de se plonger dans son œuvre, qui explore et brouille les frontières entre masculin et féminin.

Érotique et provocante sans verser dans le vulgaire, souvent qualifiée de porno-chic, l’œuvre d’Helmut Newton reste inclassable. Les femmes qu’il photographie sont souvent altières, parfois androgynes, jamais dénuées de sex appeal. Géantes et puissantes, elles ne sont pas de simples objets du désir, elles semblent le solliciter activement. Leur peau est une parure plus luxueuse que les vêtements dont elles font la réclame.

Helmut Newton, Autoportrait avec June et modèles, Paris, 1981 © Helmut Newton Estate.

Féminin masculin

Le photographe d’origine allemande met en scène des femmes alanguies, corsetées ou handicapées, mais ces entraves de façade ne font que souligner l’énergie qui se dégage des corps et des visages. Ses Grands nus s’inspirent des poses de terroristes allemands observées sur des photographies judiciaires. Son Buste aux liens exhibe ses biceps, évoquant l’une des poses emblématiques du girl power – mais qu’on ne s’y trompe pas, son épouse, June Newton, le rappelait à l’ouverture de l’exposition : « Helmut ne se souciait pas des féministes ! » Toujours en position de force, quelque part entre Louise Brooks et la walkyrie, la femme chez Newton s’émancipe en bousculant le rapport classique entre les genres.

Helmut Newton, Buste aux liens, Ramatuelle, 1980 © Helmut Newton Estate.

Dans certains clichés, les modèles se muent en dandies. Paloma Picasso fixe l’objectif avec dédain, cheveux en arrière, bouche rouge sang et monocle.  En rencontrant les créations d’Yves Saint-Laurent, cette tension entre masculin et féminin s’accentue. Dans un shooting réalisé en 1975 rue Aubriot, Newton photographie un mannequin, à la fois gominé et fardé. Le visage est fin mais les mains sont larges. Elle fume, le regard perdu dans le vague. Dans la photo suivante, une femme nue, en talon et voilette vient s’abriter derrière son épaule. C’est l’une des rares irruptions de fragilité dans l’œuvre de Newton.

Helmut Newton Yves Saint-Laurent, Vogue France, Rue Aubriot, Paris, 1975 © Helmut Newton Estate.

Masculin féminin

L’exposition au Grand Palais montre aussi des photos d’hommes. À commencer par une série de portraits de célébrités d’une justesse rare. Sans complaisance, Newton sait capturer l’essence même des personnalités qu’il photographie. Il fait poser Jean-Marie Le Pen avec ses dobermans ou Karl Lagerfeld jetant des fleurs depuis un balcon, devant la tour Eiffel, l’air impassible. Newton immortalise Andy Warhol les mains jointes, semblable à un gisant de cire, ou à l’inverse, redonne vie à Salvador Dali en ranimant son regard perçant.

Helmut Newton, Salvador Dali, Figueras, 1986 © Helmut Newton Estate.

Le corps masculin est rarement érotisé chez Newton. Pourtant, il lui arrive de transformer les hommes en pin-up.  Le rocker David Lee Roth (Van Halen), pur produit des eighties avec sa chevelure abondante et son pantalon en vinyle, pose enchaîné à un grillage, le torse nu. Avec Brian le flambeur, il joue de l’ambiguïté de son modèle : un homme doté d’une plantureuse paire de seins. Pour Stern, il dispose des bodybuilders en maillot de bain autour de la piscine, comme des jouets jetés en pâture aux deux femmes élégamment vêtues qu’ils côtoient.

Helmut Newton, Stern, Los Angeles, 1980 © Helmut Newton Estate.

Newton ne s’est jamais embarrassé d’interdits. Il osait faire tout ce qu’il voulait. Sa démarche a ouvert la voie à de nombreux photographes de mode ou d’art. Il disait de son propre travail : « J’aime et recherche les réactions. Je n’aime ni la gentillesse, ni la douceur. […] La seule provocation que je déteste est celle de l’image surréaliste. Elle n’a pas sa place dans mon univers. »

HELMUT NEWTON

24/03/2012 > 30/07/2012

Galeries nationales du Grand Palais

PARIS

L’exposition réunit plus de deux cents images, quasi exclusivement des tirages originaux ou vintage réalisés sous le contrôle d’Hel...

exposition terminée
PRESSE
MEMBRES
AJOUTER UN COMMENTAIRE