Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Songes et mensonges à Monaco

Magali Lesauvage 11 février 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une terrasse, celle de la Villa Paloma, offrant une vue exceptionnelle sur la Méditerranée, une cité, Monaco, unique au monde par sa géographie et son statut… Dans un tel contexte, le NMNM (Nouveau Musée national de Monaco) ne peut pas se permettre de livrer des expositions décevantes. Après La Carte d’après nature, placée sous l’autorité de l’artiste Thomas Demand, puis en 2011 Oceanomania, confiée à Mark Dion, LE SILENCE Une fiction répond à la même triple exigence : faire découvrir l’art d’aujourd’hui, parler du monde dans lequel on vit et inviter le spectateur au rêve.

Adrien Missika, Darvaza, vidéo, 2011, collection NMNM, don de l’association des Amis du NMNM.

Point de départ ici : une forme de science-fiction rétro-futuriste, où les œuvres, à leur insu, seraient les souvenirs d’un monde déjà disparu. Mêlant jeunes artistes (Adrien Missika, Yves Marchand et Romain Meffre) et personnalités reconnues (Spoerri, Arman, Sugimoto), LE SILENCE Une fiction relève des signes de vie. De manière très subtile, le commissaire italien Simone Menegoi, associé à Cristiano Raimondi du NMNM, marient les allusions sans forcer le trait.

Ainsi les songes architecturaux de Hiroshi Sugimoto, comme les dessins à la fois précis et sans contraste de Dove Allouche, suggèrent-ils les vagues réminiscences d’un monde perdu, tandis qu’échouée face à la mer, la sculpture de débris et de poussière de Peter Buggenhout défie le littoral.

Hiroshi Sugimoto, World Trade Center, 1997 © Hiroshi Sugimoto / courtesy gallery Koyanagi.

La poétique de la ruine est convoquée ici, dans les photos du Detroit post-industriel d’Yves Marchand et Romain Meffre, ou les sculptures malmenées de Rudolf Polansky. On retourne à une nature vierge avec les paysages boréaux de Geert Goiris, ou les herbiers fantomatiques à l’héliographie de Lourdes Castro.

La fascinante vidéo Darvaza d’Adrien Missika est en partie à l’origine de l’exposition, dont le titre prend ici tout son sens : à partir de l’image d’une bouche de feu ouverte sur le néant, tous les récits deviennent possibles. Même les mensonges.

Lourdes Castro, Echium Nervosum, héliographie, courtesy : collection L.C. © Lourdes Castro and Assirio & Alvim, Lisbonne.

LE SILENCE, UNE FICTION

02/02/2012 > 03/04/2012

NMNM – Villa Paloma

MONACO

Le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) présente à la Villa Paloma LE SILENCE Une fiction, une exposition qui propose à travers le f...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE