Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Déformation céphalique et essence divine : un masque de jade maya

Magali Lesauvage 30 janvier 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’exposition Les Masques de jade mayas, à la Pinacothèque de Paris, présente une série d’objets exceptionnels découverts récemment au Mexique. Ces représentations de divinités, retrouvées dans les sépultures des plus hauts dignitaires de la civilisation maya, transfiguraient ceux qui les portait, leur conférant l’essence éternelle. Décryptage de l’un de ces masques mystérieux, le masque funéraire de la structure VII de Calakmul.

Masque funéraire en mosaïque de jade, Calakmul, 660-750 apr. J.-C., Musée d’Architecture maya, Fuerte de la Soledad, Campeche © Martirene Alcántara/INAH.

Fiche technique

  • Masque funéraire provenant de la tombe 1 de la structure VII de Calakmul, Etat de Campeche, Mexique.
  • Date : époque classique tardive, 660-750 après Jésus-Christ.
  • Composition : mosaïque de jade, Spondylus princeps (coquillage), Pinctada mazatlanica (huître perlière) et obsidienne grise.
  • Dimensions : 36,7 x 23 x 8 cm.
  • Lieu de conservation : musée d’Architecture maya, Fuerte de la Soledad, Campeche.
  • Provenance

    La structure VII de Calakmul est l’un des plus grands ensembles funéraires exhumés dans l’aire maya au cours des années 1980. A Calakmul furent découverts plus de 2000 objets. S’étendant sur une superficie d’environ 30 km², la cité comportait plus de 6000 structures regroupées en acropoles, ainsi que près de 120 monuments qui faisaient d’elle la plus importante de toutes les cités mayas.

    Matériaux

    Le masque, réalisé grâce à la technique de la mosaïque, est composé de 97 tesselles de diverses variétés de jade, de deux disques d’obsidienne grise, et de sept applications de coquilles d’huîtres et de spondylus. Le recours au jade et aux éléments symboliques visait à assurer l’immortalité de ce personnage puissant. Le jade est considéré par les Mayas comme un élément primordial, au même titre que le ciel ou l’océan, sources de vie dans lesquelles résidaient les dieux créateurs. Selon Sofía Martínez del Campo Lanz, dont on cite le texte publié dans le catalogue de l’exposition, « le jade symbolise la pérennité, l’humidité, la fertilité, le renouvellement, la renaissance, le souffle et l’essence vitale, (…) et les voies de communication entre les trois plans du cosmos. »

    Qui est le personnage enterré dans la structure VII de Calakmul ?

    Âgé de 25 à 35 ans, mesurant environ 1,60 m, il fut inhumé la tête au nord, enveloppé dans une étoffe, et porte des traces de pigment rouge sur les phalanges. Son crâne présente une asymétrie osseuse, et des signes de déformation céphalique. La forme oblongue du visage, obtenue grâce à l’application de planchettes sur le visage du nourrisson, était destinée à rappeler celle d’un épi de maïs, afin de mieux personnifier le dieu du maïs.

    Caractéristiques stylistiques

    Le style des sculptures de Calakmul se caractérise par des proportions du visage particulièrement soignées, très précises. Le diadème sert de base à un nœud constitué de trois tesselles de jade vert clair sur lequel repose la coiffe en demi-cercle, formée par deux grandes pièces de jade gravées de motifs végétaux symbolisant la Montagne sacrée, avec au centre, deux petites feuilles de maïs en jade. Les deux grandes boucles d’oreilles sont conçues selon le modèle cosmologique (quatre côtés et un centre).

    Signification

    Le serpent est présent sous la forme de crochets, représentation abstraite du reptile, sous la lèvre inférieure et les narines. Celui-ci renforce le caractère divin de la coiffe – dans la langue maya, les mots serpent et ciel sont homophones (kan ou chaan). Le nœud en dessous est en forme de papillon, symbole de vent – mais aussi de feu ou de l’âme des guerriers défunts.

    LES MASQUES DE JADE MAYAS

    26/01/2012 > 10/06/2012

    La Pinacothèque

    PARIS

    la Pinacothèque de Paris présente la découverte archéologique la plus importante de la dernière décennie au Mexique : les masques en ...

    Exposition terminée
    PRESSE
    MEMBRES

    LES DERNIERS ARTICLES

    AJOUTER UN COMMENTAIRE