Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_4 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Amitié France-Japon : des œuvres du Louvre à Fukushima

Aurélie Laurière 16 janvier 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En avril prochain, le musée du Louvre envoie au Japon vingt-trois œuvres. Un périple artistique, du 20 avril au 17 septembre, dans trois villes du nord de l’archipel, dont la tristement célèbre Fukushima.

Seront du voyage des œuvres phares telles que L’Exaltation de la fleur (Stèle de Pharsale), Les Trois Grâces supportant l’Amour de François Boucher, Les Trois Grâces, une sculpture grecque du IIe siècle avant Jésus-Christ, ou une Vierge à l’enfant du XIIIe siècle. Bien que sur les trois villes choisies, deux se situent dans le secteur de la récente catastrophe nucléaire, l’établissement a assuré que ce geste de solidarité ne mettrait aucunement les œuvres en danger.

Les Trois Grâces, Paris, musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines © RMN (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski.

Il est prévu que l’exposition, qui transitera par le musée municipal de Morioka, puis par le musée des arts de Sendai, avant d’arriver le 28 juillet au musée préfectoral des arts de Fukushima, soit baptisée Rencontre, Amour, Amitié, Solidarité dans les collections du Louvre. Un titre un rien redondant qui renvoie aux quatre sections du futur parcours, et qui vise à célébrer l’amitié franco-japonaise. Des intérêts diplomatiques se nichent donc au cœur de ce geste de soutien qui fait écho à l’arrivée tonitruante, ce week-end, de deux pandas chinois dans un zoo français, dans un intéressant chassé-croisé France-Asie.

François Boucher, Les Trois Grâces supportant l’Amour, Paris, Musée du Louvre  © RMNGP.

Ce qui, à première vue, avait tout d’une bonne initiative, commence déjà à susciter des polémiques (lesquelles, pour une fois, n’ont rien à voir avec la dimension financière du projet, puisque celui-ci sera pris en charge par des mécènes japonais). La Tribune de l’Art, notamment, se demande « [s’il est] bien dans le rôle du Louvre de venir en aide, par des expositions, à des populations victimes d’un cataclysme », avant de s’interroger sur la cohérence d’une telle exposition.

Mais si l’expo itinérante est à ce point contestée, c’est avant tout parce qu’elle mettrait les œuvres en danger, en raison des nombreux transports qu’elle nécessiterait, bien sûr, mais surtout du fort taux de radioactivité de la région concernée. Autant de craintes qui, malgré les multiples précautions prises par le Louvre, semblent bien légitimes. Seul le ministre de la Culture, qui en serait, toujours d’après La Tribune de l’Art, à l’origine, pourrait s’opposer à un tel projet. Le ministère a démenti et l’affaire reste à suivre…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE