Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Défricher, déchiffrer : 3 questions à Enrico Lunghi, directeur du MUDAM Luxembourg

Magali Lesauvage 16 décembre 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le MUDAM, Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, au Luxembourg, est aujourd’hui l’un des musées d’art contemporain incontournables en Europe. Inauguré en 2006, situé à un carrefour majeur de l’Europe, il mise sur la transversalité pour attirer un public toujours plus large, local autant qu’international. Rencontre avec son directeur, Enrico Lunghi.

[exponaute] Vous avez succédé à Marie-Claude Beaud, première directrice du MUDAM, en janvier 2009. Comment avez-vous envisagé la continuité avec ce qu’elle a initié ?

[Enrico Lunghi] Marie-Claude Beaud a pris la direction du projet du MUDAM dès 1999, bien avant l’inauguration du musée, en 2006. Elle a commencé à constituer une collection dès ce moment-là. Nous prolongeons son action en développant une perspective internationale et très actuelle. Notre collection permanente est très contemporaine : la moitié des œuvres est datée entre 2000 et aujourd’hui. Pour les acquisitions, nous bénéficions d’un budget fixe de 620.000 euros par an, inscrit dans la loi. C’est assez peu par rapport à la réalité du marché, mais nous avons aussi le soutien de mécènes privés, notamment la Fondation Leir, ainsi que la banque belge KBL, qui participe à l’achat d’œuvres à hauteur de 100.000 euros par an.

Le MUDAM Luxembourg © Zulfow, 2009.

Nous collaborons également beaucoup avec les artistes pour des productions spécifiques. La présentation des collections est renouvelée deux fois par an, lors d’expositions thématiques. En ce qui concerne les expositions temporaires, une équipe de curateurs réalise une programmation axée surtout sur la transversalité des disciplines, et également le design.

Daniel Buren, Architecture, contre-architecture : transposition, 2010, travail in situ, production Mudam Luxembourg © Andrés Lejona

Le MUDAM a une très forte identité architecturale. Il a été dessiné par l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei, bien connu en France comme auteur de la pyramide du Louvre.

Il n’y a pas eu de concours, Pei a été choisi directement, dès 1989, soit un an après l’inauguration de la pyramide du Louvre. On retrouve la signature du maître dans des détails formels, qui créent une familiarité inconsciente avec le Grand Louvre : la même pierre blonde, les courbes, l’importance du vitrage… Le site devait normalement être plus grand, mais il y a eu une polémique quant à l’inclusion de l’ancienne forteresse dessinée par Vauban (qui accueille le musée de la Forteresse, dont les espaces intérieurs ont été confiés à Jean-Michel Wilmotte).

Vue de l’exposition Mondes inventés, monde habités, au MUDAM Luxembourg © Magali Lesauvage.

L’accueil du public luxembourgeois n’a pas été toujours très favorable au MUDAM. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le Luxembourg est un petit pays, et il y a peu de temps encore, l’intérêt pour l’art contemporain était assez limité, mais il grandit de plus en plus… Il y a eu des polémiques au début, concernant l’architecture du bâtiment, le budget alloué à une institution consacrée à la création contemporaine, etc. Aujourd’hui la fréquentation est en augmentation, ainsi que la proportion d’habitants du Grand-Duché. Même s’il y a sans doute plus de Luxembourgeois qui visitent le Centre Pompidou-Metz, à 100 km d’ici ! Le goût des amateurs est plus pour l’art moderne – à l’exception notable de Joséphine-Charlotte, grande-duchesse de Luxembourg, décédée en 2005, qui collectionnait l’art contemporain, en particulier des artistes belges non-conformistes comme Wim Delvoye. Mais les choses changent, notre démarche de défricheurs/déchiffreurs est de mieux en mieux comprise…

Propos recueillis par Magali Lesauvage.

A voir au MUDAM jusqu’au 15 janvier 2012, l’exposition Mondes inventés, mondes habités. Puis en 2012 : Børre Sæthre, Fabrica, Sarah Sze

Daniel Buren

Architecture, contre-architecture : transposition, 2010

Travail in situ

15 x 14 x 14 m

Bois, acier, placoplâtre, filtres colorés transparents et blancs diffusants, vinyles

auto-adhésifs, plâtre, peinture

Production Mudam Luxembourg

© Photo : Andrés Lejona

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE