Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Magazine » Instantanés

s[edition] : l’art arrive sur nos écrans

Magali Lesauvage 21 novembre 2011

s[edition], nouveau format de galerie en ligne, se lance dans l'édition limitée (et peu chère) d'œuvres d'artistes cotés au format numérique. Un pas de plus vers l'irruption de l'art, via les écrans, dans notre quotidien.

Courtesy of www.seditionart.com

La dématérialisation de la musique est entrée dans les mœurs depuis une petite dizaine d'années. Les films et les séries télé se regardent désormais autant, voire plus, sur son ordinateur (en streaming ou en téléchargement). Les arts vivants eux-mêmes sont retransmis en direct sur Internet (par exemple en France sur le site Arte Live Web). En revanche, l'ère numérique n'a toujours pas révolutionné la diffusion de l'art, qui reste très lié à sa condition hautement matérielle (mise à part la micro-niche de l'art numérique).

Difficile, dira-t-on, de réduire sans la trahir une œuvre plastique, témoignage physique d'un processus, à un format numérique... Mais là n'est pas la seule raison. Le copyright sévère imposé sur les images des artistes, ainsi que les intérêts du marché de l'art rendent complexe la diffusion des œuvres.

Tim Noble and Sue Webster, Forever, digital limited edition

© Tim Noble and Sue Webster, courtesy of www.seditionart.com

Éditions numériques limitées

L'initiative de s[edition] est intéressante à divers points de vue. Le site internet seditionart.com a été lancé à Londres la semaine dernière par Harry Blain, fondateur de la galerie Haunch of Venison, et Robert Norton, ancien directeur général de Saatchi Online et responsable du e-commerce chez AOL Europe. Il permet d'acquérir à prix très modique (de 6 à 600 euros) des œuvres d'art au format numérique, signées par des artistes de renom (Damien Hirst, Wim Wenders, Bill Viola, Tracey Emin, Shepard Fairey...), à visionner sur son écran d'ordinateur, de télévision, de téléphone ou d'iPad. Chaque édition, vendue en haute résolution, est limitée, numérotée et authentifiée par l'artiste. A priori contradictoire, tant le numérique signifie aujourd'hui pour l'utilisateur la reproduction facile et infinie, le système employé protège les copies piratées grâce à un watermark et inclut la traçabilité des copies.

Ainsi pour 6 euros peut-on acquérir une photographie haute définition de Wim Wenders, un digital painting de Damien Hirst à 9 euros, une animation du Street Artist Shepard Fairey (alias Obey Giant) au prix de 26,40 euros, ou un extrait d'une vidéo de Bill Viola pour 150 euros.

Michael Craig-Martin, Lighthouse, digital limited edition

© Michael Craig-Martin, courtesy of www.seditionart.com

La diversification des supports numériques dans la vie quotidienne a démultiplié l'invasion des images. Alors que de plus en plus d'amateurs de musique se tournent vers le téléchargement légal, via des plates-formes comme Spotify ou Deezer, car ils y trouvent un choix et une qualité d'écoute meilleurs, la diffusion à prix raisonnable d'œuvres réalisées spécifiquement ou adaptées au support numérique pourrait être l'un des moyens pour l'art de pénétrer dans l'univers numérique. Et à partir de là, chez chacun d'entre nous.

AJOUTER UN COMMENTAIRE