Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Prix Marcel Duchamp 2011 : Mircea Cantor ne touche plus terre

Magali Lesauvage 24 octobre 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Samedi matin, Valérie Pécresse, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement en visite à la FIAC, remettait à Mircea Cantor, jeune artiste né en Roumanie, le Prix Marcel Duchamp 2011, décerné par l’ADIAF, association de collectionneurs. Cantor devançait ainsi ses confrères – exclusivement masculins – Damien Cabanes, Guillaume Leblon et Samuel Rousseau (voir ici leurs portraits).

Entré dans l’écurie Yvon Lambert il y a peu, bénéficiant actuellement d’une expo perso au Crédac d’Ivry-sur-Seine, Cantor, 34 ans, fait partie de ces jeunes créateurs qui savent faire parler les formes. Découvrez en images l’œuvre d’un artiste politisé, qui dit vivre et travailler « sur terre ».

Rosace, 2007. Détail. Courtesy Mircea Cantor et Yvon Lambert, Paris.

Le recyclage est l’un des modes opératoires de Mircea Cantor. Ici il utilise des canettes de métal pour réaliser une rosace qui évoque l’art médiéval, mixant le populaire et le savant.

Chaplet, 2007. Courtesy Mircea Cantor et Yvon Lambert, Paris.

C’est au doigt que Mircea Cantor dessine l’un de ses motifs favoris, le fil de fer barbelé. Symbole d’interdit, il se déploie sur des surfaces évoquant l’infini, murs blancs ou parois de verre transparent.

7 Future Gifts, 2008. Courtesy Mircea Cantor et Yvon Lambert, Paris.

Ces monumentaux rubans de béton n’entourent que du vide… 7 Future Gifts illustre la promesse d’un objet futur, que chacun est libre d’imaginer.

Vertical Attempt, 2009. Courtesy Mircea Cantor et Yvon Lambert, Paris.

Cette vidéo d’une seconde, alternant avec un écran noir, montre le fils de l’artiste « coupant » un filet d’eau au ciseau. Selon François Quintin, rapporteur du travail de Mircea Cantor pour le Prix Duchamp, « la verticalité est celle des cultures, des traditions, mais aussi de l’éducation, de la transmission, du don ».

Like Birds on High-Voltage Wire, 2009. Courtesy Mircea Cantor et Yvon Lambert, Paris.

Des cuillères en bois, provenant de la Roumanie natale, sont mêlées à des cuillères en argent sur cet étrange étendoir. Ici encore, il mêle les cultures et les contextes de vie, et dénie la distinction entre high et low cultures.

Fishing Fly, 2011. Coproduction Yvon Lambert/le Crédac, courtesy Mircea Cantor et Yvon Lambert, Paris.

Fishing Fly, exposé au Crédac dans le cadre de l’exposition More Cheeks Than Slaps (jusqu’au 18 décembre), est un avion réalisé à partir de bidons d’essence. Un gigantesque crochet y est accroché, transformant l’objet en hameçon géant.

MIRCEA CANTOR

16/09/2011 > 18/12/2011

Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac

IVRY-SUR-SEINE

La fin de la transparence en art joue à plein dans l’œuvre de Mircea Cantor. Œuvre mystérieuse, aux multiples ramifications, elle plai...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE