Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Diep, festival de la côte d’albâtre : pleins feux sur le modernisme

exponaute 23 juillet 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après une première édition consacrée aux impressionnistes en 2010, le festival Diep invite un grand nombre d’artistes à se rassembler autour du thème du modernisme. L’esprit du Corbusier plane sur la côte d’albâtre jusqu’au 21 août…

Le modernisme architectural est né dans les années 1920. Les mots d’ordre de ces constructions aux lignes géométriques pures sont fonctionnalité, confort et hygiène. Plusieurs manifestations envahissent les lieux patrimoniaux emblématiques de Dieppe et de ses environs, où ce mouvement s’est particulièrement épanoui. Elles questionnent l’esthétique utopiste du modernisme et s’attachent à saisir sa portée sur le mode de vie contemporain.

L’exposition « Plan libre » tire son nom d’un des Cinq points de l’architecture moderne définis par Le Corbusier. Un collectif de douze artistes s’installe entre les murs de la villa Perrotte édifiée en 1928, et propose aux visiteurs des œuvres en adéquation avec l’esprit des lieux.

Le groupe scolaire Georges Thurin, qui s’inscrit dans le style international des années 1930, accueille l’exposition « Visions modernes ». Les photographes Maxime Brygo, Valérie Jouve et Olivier Mériel ont sillonné le territoire dieppois pour dresser l’état des lieux du modernisme en Haute Normandie. Les contrastes entre les blancs et les noirs des photographies d’Olivier Mériel diffusent des lumières éclatantes.

L’exposition « LVM » (La vie moderne) investit le Château-Musée de Dieppe et l’Espace de la mer de Pourville-sur-mer. Des œuvres du Frac Haute-Normandie dialoguent avec les collections permanentes des deux institutions. En confrontant des tableaux de paysages industriels du XIXe avec des photographies contemporaines, l’exposition du château rend compte des mutations territoriales et de l’évolution de la notion de modernité. Quant à l’Espace de la mer, il s’attache à montrer comment le modernisme a transformé la vie au quotidien.

« Châteaux secrets » inscrit l’habitat dans la nature à travers une série de cabanes. Six groupes d’artistes ont bâti des résidences éphémères sur les rives des étangs d’Arques-la-Bataille. Le mythe du bon sauvage semble bien loin du béton armé du modernisme. Pourtant, il est loin d’être incompatible avec la vision que Le Corbusier se faisait d’un mode de vie idéal, entre ville et forêt. Ce dernier avait construit pour sa femme un « château » sur la Côte d’Azur « de 3,66 mètres sur 2,26 mètres (…) extravagant de confort et de gentillesse ». Des buffets, des veillées et des performances auxquels chacun est convié donnent au lieu une atmosphère conviviale.  Tentez l’expérience de dormir une nuit pour 5 euros, dans une cabane d’artiste, vous pouvez réserver sur http://diepfestival.blogspot.com/2011/07/une-nuit-chateaux-secrets.html

Des colloques, concerts et projections cinématographiques rythment le festival. Égarez vous dans Tativille (Playtime, 1967), la ville moderne selon Jacques Tati.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=DHEOIVKdSPY[/youtube]

Tout le programme ici.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE