Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 DAVID HOCKNEY

21/06/2017 > 23/10/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 OSCAR MURILLO

13/06/2017 > 24/09/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 CHRISTIAN DIOR

05/07/2017 > 07/01/2018

Les Arts Décoratifs - PARIS

LA NEWSLETTER

Un Van Gogh peut en cacher un autre…

Magali Lesauvage 20 juillet 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Attention, un Van Gogh peut en cacher un autre… C’est la découverte qu’a faite l’historien d’art et marchand, Louis Van Tilborgh, à l’occasion de la rédaction du catalogue de l’exposition Van Gogh in Antwerp and Paris: New Perspectives, au Van Gogh Museum d’Amsterdam, qui se concentre sur la période 1885-1888 de la carrière de l’artiste (à voir jusqu’au 18 septembre 2011).

C’est en comparant deux petites toiles du musée amstellodamois, toutes deux datées de 1887 et considérées comme des autoportraits de Vincent Van Gogh, que le doute a surgi. Couleur et forme de barbe différentes, variation dans la forme des oreilles… Il n’en fallait pas plus à Van Tilborgh pour désigner le portrait d’homme en veste bleue et chapeau de paille comme une représentation de Théo Van Gogh, frère adoré de Vincent — et son portrait craché.

Seulement voilà, on ne connaissait pas encore, malgré la proximité des deux frères, de portrait de Théo par Vincent. Plusieurs experts de l’artiste mettent en doute l’hypothèse de Van Tilborgh — pourtant validée par le Van Gogh Museum d’Amsterdam. Ainsi, pourquoi Théo, marchand d’art établi à Paris, porterait-il un chapeau de paille et une veste du dimanche, tandis que Vincent, peintre du plein air, se serait représenté, quasiment au même moment, portant un chapeau de ville ? Peut-être la réponse se trouve dans une sorte de synthèse morphologique entre les deux frères, scellant leur indéfectible lien.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE