Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Londres, Paris, Bruxelles : trois fois Miró

Magali Lesauvage 21 avril 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une, deux, trois… L’année 2011 est l’année Miró ! Trois expositions en Europe célèbrent l’artiste espagnol, de Paris à Londres en passant par Bruxelles. On ne pouvait imaginer plus bel hommage à celui qui se surnommait lui-même le « Catalan international »…

Le grand événement a lieu à la Tate Modern de Londres (jusqu’au 11 septembre), où sont rassemblées 150 œuvres — peintures, sculptures, gravures et dessins — de Joan Miró (1893-1983), couvrant plus de six décennies de carrière, divisée en plusieurs périodes. Les premières toiles barcelonaises sont marquées par l’influence du fauvisme et du cubisme. En 1940, il rentre en Espagne, à Majorque, après un long séjour à Paris dans les années 1920 et 1930, pendant lequel il fréquente les dadaïstes et les surréalistes, et réalise notamment la fameuse série des Intérieurs hollandais. Dans ces années décisives, Miró met au point différents styles successifs, plus ou moins réalistes. Ses toiles sont peuplées d’êtres hybrides et de formes primitives et enfantines vivement colorées. Dans les années soixante, l’œuvre de Miró atteint son apogée avec de somptueux grands formats abstraits.

Direction ensuite Bruxelles et l’Espace culturel ING, avec l’exposition Joan Miró, peintre poète (jusqu’au 19 juin), qui propose une digression vers le Miró littéraire. La manifestation présente les connexions de son œuvre avec la dimension poétique et textuelle, à partir notamment des derniers travaux que l’artiste réalisa avant la Seconde Guerre mondiale à Paris et de la célèbre série des Constellations exécutée pendant la guerre.

Enfin, au musée Maillol – Fondation Dina Vierny, à Paris, c’est le Miró sculpteur, peut-être moins connu du grand public, qui est à l’honneur (jusqu’au 31 juillet). Avec plus de 100 sculptures, une vingtaine de céramiques et des dessins, la plupart provenant de la collection de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght à Saint-Paul-de-Vence, c’est donc plutôt à l’œuvre tardif de l’artiste que l’on s’intéressera, Miró ne développant son art statuaire qu’à partir de 1945. Il commence alors à expérimenter la céramique et à réaliser des statues en bronze. La rencontre avec Aimé Maeght sera déterminante pour Miró. Le collectionneur lui permet d’imaginer pour sa Fondation un jardin de sculptures et de céramiques monumentales, le « Labyrinthe », dans lequel le visiteur peut déambuler au gré des méandres de l’imagination sans bornes de l’artiste catalan. Un véritable parcours initiatique dans une œuvre multiple.

——————————————————————————————————————————————————————–

EXPOSITION MIRÓ SCULPTEUR

au Musée Maillol (Paris)

jusqu’au 31 juillet 2011








EXPOSITION JOAN MIRÓ

à l’Espace culturel ING (Bruxelles)

jusqu’au 19 juin 2011

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE