Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Dogon : un millénaire d’histoire culturelle au Quai Branly

Magali Lesauvage 13 avril 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Du haut de ces longues statues de bois patiné, dix siècles de civilisation vous contemplent… Les arts et la culture dogons du Mali sont à l’honneur au Musée du Quai Branly, à Paris, qui rassemble à partir du 5 avril, et jusqu’au 24 juillet 2011 (avant leur présentation au Kunst und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland de Bonn, à l’automne) plus de 300 œuvres exceptionnelles couvrant mille ans d’histoire, en provenance de collections internationales. Le commissariat est assuré par Hélène Leloup, ancienne galeriste et spécialiste de l’art dogon depuis plus de cinquante ans.

Connu pour sa majestueuse sculpture, l’art dogon est ici abordé également du point de vue des usages cultuels et de la vie quotidienne.

Les 2000 m2 de la Galerie Jardin du Quai Branly sont divisés en trois grandes sections : une classification des différents styles statuaires correspondant aux différentes ethnies (Djennenke, Tintam, N’Duleri…) avec plus de 130 pièces ; le rappel des premières recherches des anthropologues, en particulier lors de la fameuse mission Dakar-Djibouti (1931-1933), où Marcel Griaule étudie la typologie des masques dogons, mais aussi la découverte, au tout début du XXe siècle, de peintures rupestres sur le plateau de Bandiagara par Louis Desplagnes ; la récurrence de l’évocation du mythe originel à travers quelques 140 objets du quotidien (bijoux, objets métalliques, sièges, appuie-têtes, sculptures animalières, autels, plats…) ou éléments d’architecture (poulies, portes, serrures…). Une exposition anthologique qui devrait faire date.

————————————————————————————————————————————————–

EXPOSITION DOGON

au Musée du Quai Branly (Paris)

du 5 avril au 24 juillet 2011

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE