Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La cour royale de Lucknow à Guimet : un sommet de la culture indienne

Magali Lesauvage 25 mars 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Lucknow… Ce nom en laissera certains dubitatifs, mais évoquera pour d’autres une destination rêvée de l’Inde du Nord — Lucknow est la capitale de l’Etat de l’Uttar Pradesh et se situe dans la plaine du Gange —, un art et une culture (y compris culinaire) raffinées, et un sommet dans l’histoire de l’architecture indienne.

Conçue par le LACMA (Los Angeles County Museum of Art), où elle se tint cet hiver, et présentée au Musée national des Arts asiatiques – Guimet, à Paris, du 6 avril au 11 juillet, l’exposition Une cour royale en Inde : Lucknow (XVIIe-XVIIIe siècles) est consacrée à cette culture cosmopolite peu connue. A l’heure où les artistes indiens sont de plus en plus présents sur la scène contemporaine, c’est l’occasion de (re)découvrir un moment essentiel de l’histoire de l’Inde, apogée d’une civilisation qui allait bientôt être soumise à la colonisation britannique, avec l’annexion définitive de son territoire en 1858.

Avec près de 200 objets — peintures « à l’européenne », aquarelles, gravures, miniatures de cour, textiles, parures, objets d’art, orfèvrerie, verrerie, bijoux… —, l’exposition rend compte de l’opulence que connût la cité des nawabs (souverains indiens de religion musulmane) aux XVIIe et XVIIIe siècles. De nombreux Européens, artistes, poètes et voyageurs, firent le pèlerinage à Lucknow, et permirent ainsi la féconde confluence des arts et des styles de vie.

En complément, l’exposition Lucknow au miroir du temps fait le parallèle entre des images anciennes de la ville et les photographies contemporaines d’Antonio Martinelli.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE