Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Nouveau Festival du Centre Pompidou : « l’usine à rêves »

Magali Lesauvage 15 février 2011

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après le succès rencontré lors de sa première édition, à l’automne 2009, le Nouveau Festival du Centre Pompidou renouvelle l’expérience, en mélangeant allègrement les genres — arts plastiques, danse, théâtre, musique, performance, cinéma — pendant trois semaines d’intense activité, du 16 février au 7 mars 2011. Découvrez le programme.

Du Forum, en sous-sol, à la Galerie Sud, qui s’ouvre sur la place Stravinsky et sur la ville, en passant par l’espace 315, lieu dédié aux jeunes artistes, le Centre Pompidou retrouve avec le Nouveau Festival sa mission première d’« interdisciplinarité », telle que l’avait voulue son initiateur, Georges Pompidou — manière de fêter ainsi dignement le centenaire de sa naissance.

Laboratoire de la création

L’idée majeure de la manifestation, orchestrée par Bernard Blistène, directeur artistique, est de replacer l’artiste au cœur de l’institution, de lui en livrer les clés, en quelque sorte, pour qu’il en fasse sa propre matière, à la fois comme lieu de la création et d’expérimentations, et comme zone d’échanges avec le public. Celui-ci est invité à interagir directement avec les artistes, dans le cadre d’ateliers ou de performances interactives.

Trois grandes personnalités provenant d’horizons divers ont accepté de se prêter au petit jeu du face-à-face avec le visiteur.

Le cinéaste Michel Gondry, célèbre pour ses films Eternal Sunshine of the Spotless Mind, La Science des rêves ou plus récemment The Green Hornet, propose dans son « Usine des films amateurs » de réitérer dans la réalité l’expérience des films « suédés » par les deux héros de Soyez sympas, rembobinez ! Par groupes, les visiteurs sont invités à créer un scénario et à le tourner en un temps limité… Réservation conseillée !

Expérimentations

Les mots d’ordre du Nouveau Festival sont l’ailleurs, l’inconnu, l’étrange. Le visiteur pourra ainsi y expérimenter, avec la complicité d’artistes et de scientifiques, des situations d’hallucinations et se perdre dans l’exploration des « Etats seconds », suivant la démarche de l’artiste Christoph Keller. Emmené par l’historien de l’art Arnauld Pierre, il pourra découvrir les relations qu’entretiennent nombre d’artistes contemporains (Raphaël Zarka, Evariste Richer, Hugues Reip…) avec la science-fiction, assister à une exploration de la figure de la ronde dansée, avec la chorégraphe Emmanuelle Huynh et le compositeur Iannis Xenakis, ou participer avec Julie Nioche à une « chorégraphie de sauts » sur la musique de The End des Doors…

La parole est également au centre de la manifestation, avec notamment l’artiste et performeur belge Eric Duyckaerts, qui propose quotidiennement ses fameuses « conférences-performances », compilations de rhétorique savante et d’impromptus absurdes, etL’Encyclopédie de la parole, menée par l’écrivain et metteur en scène Joris Lacoste, en parallèle de son solo Parlement, qui fait se succéder une centaine de voix à l’intérieur d’un même corps, celui de l’actrice Emmanuelle Lafon.

Le Centre Pompidou, pour quelques semaines, devient le laboratoire de tous les possibles.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE