Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Surfaces picturales, œuvres récentes

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Surfaces picturales, œuvres récentes et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Surfaces picturales, œuvres récentes

Surfaces picturales, œuvres récentes

Mourad Messoubeur

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    La Galerie Artaé (Lyon 3ème) exposera du 25 mars au 23 avril l’artiste de « la peinture atmosphérique » : Mourad Messoubeur. Sans pinceaux, mais en jouant avec la matière organique, il crée des œuvres uniques révélées par la nature et en parfaite collaboration avec elle. Artiste né en Algérie et installé à Marseille depuis une quinzaine d’années, Mourad Messoubeur présente son travail pour la première fois dans la jeune galerie Artaé, à Lyon. Après avoir fait les Beaux Arts d’Alger et travaillé comme peintre en Algérie, il vient en France et ne voit plus d’intérêt à la peinture qu’il estime trop narrative. Il choisit les Beaux Arts d’Aix en Provence – orientés « nouvelles technologies »- ce qui le conforte dans son choix. Avec la maturité, aujourd’hui, il se revendique peintre , mais un peintre « qui laisse l’œuvre parler d’elle-même » comme il le souligne : « je n’aime pas expliquer des phénomènes par la peinture, je préfère que l’œuvre existe par elle même. L’interprétation me pose un soucis, dans mon travail Il n’y a pas autre chose que ce qui est là » Mourad Messoubeur et son matériau de prédilection : la matière organique Ses œuvres n’ont pas d’échelle, elles évoquent l’infiniment grand par l’infiniment petit dans un rapport géographique à la matière. Géographique parce que l’on croit parfois reconnaître des cartes topographiques vues du ciel mais aussi parce que le résultat varie en fonction de la température et de l’hygrométrie du lieu et du moment. La lente transformation s’opère au gré de ces paramètres qui jouent le rôle de révélateurs, comme une photographie au sortir du bain de développement. Les surfaces mises en décomposition deviennent des cultures, envahissent le support et évoluent en colonies filamenteuses et poilues. Les surfaces à l’air libre s’assèchent en monochromes évanescents et rappellent atmosphère et autres cumulus. Quand la terre concrète s’oppose à l’air immatériel, dans une même œuvre, on atteint une sorte de poésie des éléments. Le retour au pictural Après avoir renoncé à la peinture il y a une vingtaine d’années, cette exposition, première de l’artiste à la galerie Artaé, semble incarner un tournant dans la démarche de l’artiste. Nous assistons ici à un retour au pictural, avec notamment la présence de dessins de nuages, sorte de morceaux de bravoure d’un artiste longtemps connu uniquement pour ses révélations microbiennes. Le ciel et l’atmosphère servant alors de fil conducteur aux différentes œuvres. Le travail de Mourad Messoubeur semble trouver un nouvel équilibre, entre mise en valeur des éléments et nouvelle picturalité. Marlène Girardin Vernissage le 24 Mars 2011

    Dates 25/03/2011 - 23/04/2011
    Domaines photographie
    art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Galerie Artaé
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique