Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Mélodie : toujours l’art des autres

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Mélodie : toujours l’art des autres et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    L’exposition Mélodie : toujours l’art des autres, qui se tiendra au CEAAC du 12 mars au 22 mai 2011, présente conjointement les projets de Jan Jelinek et de Nick Laessing, qui s’intéressent tous deux à des histoires oubliées de la création artistique et de l’invention technique : il s’agira de proposer une redécouverte de ces univers à la fois scientifiques et sensibles. Le musicien électro Jan Jelinek s’intéresse à l’étrange figure d’Ursula Bogner, musicienne allemande des années 1970 restée dans l’anonymat malgré ses créations très novatrices et une personnalité déroutante, à cheval entre une vie de famille bourgeoise parfaitement rangée et une expérimentation musicale inspirée de théories ésotériques. Jelinek souhaite lui rendre justice aujourd’hui en montrant ses dessins, ses documents photographiques et sa cartothèque (dont le titre de l’exposition est une citation) et en proposant un point d’écoute de ses morceaux qu’il a réédités. Une partition d’Ursula Bogner sera également jouée lors de la performance intitulée « Schleusen » le 11 mars à 20h. Nick Laessing, quant à lui, proposera de redécouvrir deux inventions techniques étonnantes, liées au son et à sa représentation. La première, l’ « harmonographe », est une construction in situ de pendules articulés dont les oscillations dessinent des motifs géométriques correspondant aux harmonies qu’elle permet de visualiser. Un harmonographe spécifique à l’espace du CEAAC sera construit, qui tirera partie de la hauteur de plafond et des éléments architecturaux métalliques auxquelles il sera fixé. La seconde re-découverte de Laessing porte le nom d’ « eidophone » et fut inventée par une chanteuse anglaise de la fin du XIXe siècle. Sa voix, lors du chant, faisait vibrer une membrane sur laquelle a été déposée une fine poudre de collodion – selon les tonalités, les motifs qui apparaissaient changeaient : « Elle était capable de chanter des fleurs – des pâquerettes, des pensées, des tournesols », selon Laessing. L’appareil, reconstruit par l’artiste, sera utilisé lors d’une performance le 19 mars à 18h30.

    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (1)

    • claire.reigneau.desproges

    Ils l'ont vue

    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.