Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Exotiques expositions

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Exotiques expositions et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Exotiques expositions

Les expositions universelles et les cultures extra-européennes. France 1855-1937

Ouvrage collectif sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère 216 pages, 150 illustrations 21 x 15 cm

Exotiques expositions

Les expositions universelles et les cultures extra...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Près de 200 documents exceptionnels (plans, gravures, photographies, affiches, textes, etc.) , tirés principalement des fonds des commissariats des expositions universelles conservés aux Archives nationales, invitent à découvrir comment les expositions universelles ou internationales organisées en France entre 1855 et 1937 ont contribuéà façonner le regard occidental sur l’altérité et particulièrement sur les mondes dits exotiques. Temple égyptien, musée chinois et pyramide aztèque sur le Champ de Mars, palais algérien et mosquée sur les pentes de la colline de Chaillot, villages exotiques sur l’esplanade des Invalides, temple cambodgien au bois de Vincennes, orchestres coloniaux, concerts égyptiens, danseuses orientales…, les millions des visiteurs qui ont arpenté les allées des expositions, s’y sont souvent senti transportés sous d’autres latitudes. Ces manifestations n’ont pas seulement été des fêtes du commerce et de la technique. Placées naturellement sous le signe du cosmopolitisme par la variété des nations qui s’y exposent, elles ont ouvert à leurs visiteurs des visions d’ailleurs le plus souvent exotiques. A une époque où les pays lointains sont pour beaucoup inaccessibles et où pourtant le public manifeste un goût affirmé pour l’Orient, puis en des temps où la colonisation outre-mer veut susciter des vocations, les expositions universelles et internationales, véritables « machines à rêver » organisées par l’Occident, offrent à leurs visiteurs « le tour du monde en un jour », selon le programme de l’affiche de l’exposition coloniale de 1931. Moment d’histoire partagée entre l’Occident et les cultures exotiques, les expositions universelles et leurs somptueux pavillons ont été l’occasion d’un dialogue artistique particulièrement riche : redécouverte des arts islamiques, vogue du japonisme, pour ne citer que quelques exemples. Elles ont aussi joué un rôle important dans le développement de l’ethnographie et de l’anthropologie qui acquièrent alors le statut de disciplines scientifiques consacrées. Par leur entremise, le grand public a accès à des cultures jusqu’alors connues des seuls spécialistes, comme les civilisations anciennes de l’Amérique centrale et du Sud. Mais à une époque qui s’interroge sur la « nature » de l’homme et sur ses origines, et où les recherches de certains posent le principe de hiérarchisation des races, dans les expositions, deux mondes se regardent, « sauvages » et « civilisés », sans réelles possibilités de dialogue. Grâce à l’infinie richesse des archives des expositions universelles et internationales conservées aux Archives nationales et avec le concours aussi des prestigieux prêteurs extérieurs, Exotiques expositions… fait revivre, entre images et textes, les regards croisés de ces spectacles du monde.

    Dates 31/03/2010 - 28/06/2010
    Domaine histoire
    Périodes XXe siècle, XIXe siècle
    Site officiel Archives nationales
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 09/06/2010

      L’exposition constitue un excellent rétroviseur pour décoder les enjeux politico-économiques de l’exposition universelle de Shanghai. (…) Cette proposition offre un contrepoint plus politique à la lecture de l’exposition Dreamlands au Centre Pompidou.
      Voir le site >>

    • 26/05/2010

      Plans, croquis, maquettes, photographies, affiches : on ne se lasse pas de voir le Champ-de-Mars ou le Trocadéro transformés en palais des Mille et Une Nuits, en village africain ou en jardin japonais.
      Voir la critique complète >>

    • 06/04/2010

      Malgré un accrochage linéaire assez conventionnel, les Archives nationales puisent dans leurs tiroirs des trésors de qualité, qui font revivre ce rêve cosmopolite du XIXe siècle, sur fond de colonialisme.
      Voir la critique complète >>

    • 31/03/2010

      Mis à part une quantité impressionnante de cartels, offrant quelques réflexions pertinentes sur les implications politiques et ethnocentriques des foires parisiennes (promesse didactique remplie), on peine à saisir un quelconque fil conducteur pour raccrocher les emplettes “rares” des Archives nationales. L’Hôtel de Soubise se contente du minimum syndical.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (1)

    • mfouere5986

    Ils l'ont vue (1)

    • xavier06rt
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.