Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Stéphane Vandenplas

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Stéphane Vandenplas et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Stéphane Vandenplas

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Vue d'exposition, galerie pascaline mulliez, Paris, 2013

Photo : Teresa Ibañes

Stéphane Vandenplas

"Autour du bruit, le silence"

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    "L’endroit ne fait pas la matière de la photographie”. Stéphane Vandenplas. Si ce n’est l’endroit, qu’est-ce donc ? La forêt de Brocéliande enveloppée de brume nébuleuse, le Havre pris dans une étreinte vaporeuse ou encore les plages septentrionales taillées dans le sable, ne sommes-nous pas pourtant face à des paysages ? Le paysage est loin d’être une évidence pour autant, il est avant tout une cosa mentale, il est bien plus qu’un rendu immédiat d’un ici-là perceptible : une ville, une montagne, un chemin de campagne ou un bord de mer. Que l’on parle de photographie documentaire ou plasticienne, le paysage est emprunt de schèmes culturels : s’y jouent et s’y mêlent les souvenirs, les connaissances, aussi bien que d’autres repères intimes, d’autres références, conscientes ou non. Le paysage n’est pas -ou n’est plus- une donnée intacte, mais désormais un être-là constamment repris, altéré, interprété. Dans les photographies de Stéphane Vandenplas même si l’on réussit à identifier le lieu, l’ancrage-même dans la réalité tangible de ce lieu est impossible parce que suspendue. La présence humaine y est rare, l’action déjà accomplie. L’on peut dire que toute photographie marque un arrêt, ne serait-ce que le temps de la prise de vue, et c’est bien cette intensité temporelle qui nous stupéfie en elle : ça a été et ça n’est plus. Cependant, il y a plus encore dans les images de Stéphane Vandenplas : ici, le lien-même avec la réalité palpable est rompu, la temporalité est interrompue, l’instantané est suspendu, flottant. Autour du bruit, le silence, autour du bruit, autour d’une ville, dans une société où tout est donné à voir, où même l’intime devient quasi-impossible parce que banalisé, le photographe guète le silence capable d’arrêter la course d’une aiguille : « Ces images nourries de grands bruits, racontent le silence nécessaire à leur existence.»* Le déroutant “Vous êtes ici”, se rit du lieu à proprement parler et se déploie pleinement dans un lieu mental. « […] Chaque regardeur entrera dans ce monde, dont l’origine est partout, par l’accès qui lui sera le mieux sensible » ** _ * Stéphane Vandenplas, entretien réalisé en novembre 2012 ** Jacques Abeille, « Rêves de nuit blanche », Autour du bruit, le silence, catalogue d’exposition, Pascaline Mulliez (galerie – paris), 9.02 – 30.03.2013

    Dates 09/02/2013 - 30/03/2013
    Domaine photographie
    Période XXIe siècle
    Site officiel Galerie Pascaline Mulliez
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique