Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
LA MECANIQUE DES INTERSTICES

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition LA MECANIQUE DES INTERSTICES et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

LA MECANIQUE DES INTERSTICES

Terrain d’occurrences, 2012

Acacia, aluminium, câble inox, boulon, pierre, bâche PVC micro perforée. 10m x 4,50m x 7m. Production et exposition : Le vent des forêts. Crédits photo : Camille Hofgaertner

Phaéton - (Plateforme pour une surface de suspension), 2011-2012

Bois, caoutchouc, résine polyester, poudre de marbre, aluminium. Dimensions variables. Exposition Topographie 2, A propos d’une Île, Eglise des Forges, Tarnos. Crédits photo : Ludovic Zeller. OEuvre réalisée avec le soutien du programme Pôle d’Art initié par l’association Savoir au Présent, Bertin Technologies, le Conseil Général des Landes, le Conseil Régional d’Aquitaine, la Ville de Tarnos, et le Lycée Technique Ambroise Croizat de Tarnos.

E.A.T (Espace d’Autonomie Temporaire), 2011

Kit actif, aluminium, vis. Dimensions variables. Exposition à la Galerie Cortex Athlético, Bordeaux. Crédits photo : François Nanjo E.A.T a été présenté à la Kunsthalle de Basel, la Générale en Manufacture, la foire Access & Paradoxe et le Crac Montbéliard. Réalisé avec le soutien d’Astérides en partenariat avec CulturesFrance, la Ville de Marseille et le Conseil Général des Bouches du Rhône.

Action développée en espace blanc, 2011

Acier laqué carrosserie aluminium, tige filté, placo, bois. Dimensions variables. Exposition collective, le Lieu dit, Bourgogne. Crédits photo : Jennifer Caubet OEuvre réalisée avec le soutien du programme Pôle d’Art initié par l’association Savoir au Présent, Bertin Technologies, le Conseil Général des Landes, le Conseil Régional d’Aquitaine, la Ville de Tarnos et Le Lycée Technique Ambroise Croizat de Tarnos.

Spatiovore, 2013.

Acier brut, ventouses. Dimensions variables. Vue de l’exposition La mécanique des interstices, La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’énsa-v, Versailles. Crédits photo : Aurélien Mole.

Détail: Spatiovore, 2013.

Acier brut, ventouses. Dimensions variables. Vue de l’exposition La mécanique des interstices, La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’énsa-v, Versailles. Crédits photo : Aurélien Mole.

Détail: Spatiovore, 2013.

Acier brut, ventouses. Dimensions variables. Vue de l’exposition La mécanique des interstices, La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’énsa-v, Versailles. Crédits photo : Aurélien Mole.

Constellations dérivées #1, #2 et #3, 2012 - 2013

Sérigraphies c-print couleur sur papier aquarelle. 120 x 70 cm Vue de l’exposition La mécanique des interstices, La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’énsa-v, Versailles. Crédits photo : Aurélien Mole.

LA MECANIQUE DES INTERSTICES

JENNIFER CAUBET

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Avec l’exposition La mécanique des interstices, Jennifer Caubet conquiert l’espace de La Maréchalerie et transgresse les échelles. Ses œuvres sont une référence permanente à l’architecture tant par l’utilisation de matériaux de construction (bois, métal, béton) que par ses formes et les espaces qu’elles occupent. Influencée par les « utopies réalisables » de Yona Friedman et la radicalité de l’œuvre de Claude Parent, les architectures fabulées de Jennifer Caubet sont une tentative toujours renouvelée de manipulation de l’espace afin de « créer par la sculpture des enclaves disponibles ». Sur le principe du plug-in, la sculpture intitulée le Spatiovore, sorte de vaisseau mécanique en suspension, « entre-deux », vampirise l’espace, se greffe à l’architecture, et dialogue avec elle pour donner à redécouvrir le vide immense du centre d’art. Sa structure minimale joue sur des équilibres précaires et la mise en tension des matériaux pour faire apparaître une certaine ambivalence ; la fragilité de la construction tranchant radicalement avec le rapport de force qu’elle dégage. En écho à la monumentalité du Spatiovore, Jennifer CAUBET greffe de fines sculptures de béton coffré aux parois de La Maréchalerie. Avec ces « pièces d’angles », l’artiste bouleverse encore davantage notre rapport à l’échelle du lieu. A La Maréchalerie, c’est l’essence même de la sculpture que l’artiste donne à voir, « une prise de pouvoir sur l’espace, [qui] impose forcément un rapport au corps ». L’exposition La mécanique des interstices, bien que sensible et effectivement statique, est une invitation au mouvement. La force de l’œuvre de Jennifer CAUBET réside dans la radicalité de ses propositions qui se révèlent, somme toute, indéterminées. L’artiste parvient ainsi à saisir le regardeur de manière physique et mentale. Celui-ci n’est plus spectateur mais visiteur, interprète de l’œuvre et de son espace, de sa forme et de son contenu à l’instar de l’artiste avec l’architecture.

    Dates 19/04/2013 - 15/06/2013
    Domaines art contemporain
    sculpture
    architecture
    Période XXIe siècle
    Site officiel La Maréchalerie
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique