Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Christian Astuguevieille

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Christian Astuguevieille et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Christian Astuguevieille

Christian Astuguevieille, Portrait de guerrier, 2004, encre de Chine sur bristol, 65 x 50 cm. Collection de l’artiste. Photo : A. Leprince © ADAGP, Paris 2013

Christian Astuguevieille, Chimère - Boite n°2, 2006, matériaux composites dans boite vitrée, 39 x 26 x 8 cm. Collection de l’artiste. Photo : A. Leprince © ADAGP, Paris 2013

Christian Astuguevieille, Chimère – Boite n°6, 2006, matériaux composites dans boite vitrée, 57 x 29 x 7 cm. Collection de l’artiste. Photo : A. Leprince © ADAGP, Paris 2013

Christian Astuguevieille, Chimère, 2004, bois peint, œuf d’autruche, bras de poupées en celluloïd, escargots de terre et carapaces et antennes de coléoptères, 27,5 x 16 x 16 cm. Collection de l’artiste. Photo : A. Leprince © ADAGP, Paris 2013

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L’exposition présentée ce printemps à La Piscine est un voyage dans l’imaginaire de Christian Astuguevieille, créateur reconnu sur la scène internationale pour son travail sensoriel, onirique et pluridisciplinaire. Réunissant plus d’une centaine d’objets emblématiques, parmi lesquels bijoux, divinités, meubles, livres tactiles, dessins à l’encre de Chine, sculptures totémiques et autres assemblages déconcertants dont certains ont été réalisés spécialement pour l’exposition, La Piscine rend hommage à l’infinie richesse du parcours d’un artiste inclassable.

    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 26/02/2013

      Astuguevieille, quasi monomaniaque, semble avoir consacré sa vie à dévider l’étrange malléabilité du matériau. Il le noue en gerbes comme des épis de blés ou l’enroule sur des structures de bois pour habiller le mobilier – berceau, commodes, chaises, coupes… Qu’elle tombe en nattes ou qu’elle s’aligne avec une régularité mathématique, la corde sollicite d’intenses correspondances entre l’œil et le toucher. Astuguevieille est moins convaincant dès qu’il s’en éloigne, signe que la fantaisie n’a pas nécessairement besoin d’un vaste territoire.
      Voir la critique complète >>