Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Georges de Lastic

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Georges de Lastic et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Georges de Lastic

Nicolas de Largillierre, La marquise de Noailles et ses enfants

Nicolas de Largillierre (Paris, 1656-1746), La marquise de Noailles et ses enfants, huile sur toile, 64 x 81 cm. Il s’agit de la représentation de Marguerite-Thérèse Rouillé de Meslay, veuve de Jean-François, marquis de Noailles, dont elle désigne l’effigie et de ses deux filles.

Michel Anguier, Neptune agité – 1652

Michel Anguier (Eu, 1612-Paris, 1686), Neptune agité – 1652, terre cuite, 46 x 21,5 x 37,5 cm Cette fougueuse sculpture est l’un des sept modèles de dieux et déesses façonnés par Anguier à son retour de Rome en 1652. La série, fondue en bronze, rencontra un vif succès. Ce Neptune agité en est le seul modèle connu à ce jour.

France, Prométhée enchaîné, début du XVIIIe siècle

France, première décennie du XVIIIe siècle, Prométhée enchaîné, terre cuite, 70 x 56,5 x 37,5 cm Cette oeuvre, l’une des plus impressionnantes de la collection Lastic, montre le héros qui, ayant dérobé le feu aux dieux pour le donner aux hommes, fut condamné à voir son foie dévoré chaque jour par un aigle.

Nicolas de Largillierre, Portrait d’un gentilhomme inconnu – vers 1685

Nicolas de Largillierre (Paris, 1656-1746), Portrait d’un gentilhomme inconnu – vers 1685, huile sur toile, 143 x 112 cm L’oeuvre est un exemple parfait de l’équilibre savant dont le peintre est alors capable entre le beau métier flamand, l’élégance acquise au contact des artistes anglais et l’exigence de lisibilité du goût français.

Attribué à Pierre Mignard, Portrait présumé de Marie Mancini

Attribué à Pierre Mignard (Troyes, 1612-Paris 1695), Portrait présumé de Marie Mancini, huile sur toile, 82,8 x 65 cm Marie Mancini, nièce du cardinal Mazarin, fut le grand amour de jeunesse de Louis XIV. Le “mariage espagnol” du roi força à la rupture. Comme cadeau d’adieu Louis offrit à Marie un “rang de trente-cinq perles”.

Jean-Marc Nattier, Portrait présumé de Louise-Anne de Bourbon-Condé, dite mademoiselle de Charolais

Jean-Marc Nattier (Paris, 1685-1766), Portrait présumé de Louise-Anne de Bourbon-Condé, dite mademoiselle de Charolais, huile sur toile, 64 x 53 cm Petite-fille de Louis XIV et de madame de Montespan, mademoiselle de Charolais était réputée de moeurs légères. Elle portait certains jours, en signe de repentance, la robe de bure de l’ordre des Franciscains.

Georges de Lastic

(1927-1988) Le Cabinet d’un amateur, conservateur ...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Sous l’autorité scientifique de Pierre Rosenberg de l’Académie française, le musée de la Chasse et de la Nature de Paris et le musée de la Vénerie de Senlis présentent conjointement une exposition consacrée à Georges de Lastic (1927-1988), conservateur talentueux de ces deux établissements et remarquable collectionneur des peintres du Grand Siècle. Etudiant à l’école du Louvre de 1948 à 1952, Georges de Lastic développe une véritable passion pour l’art des XVIIe et XVIIIe siècles. Appartenant à la génération du connoisseurship porté à son plus haut niveau, doté d’un oeil remarquable, il redécouvre un certain nombre d’artistes majeurs qui composent aujourd’hui sa collection personnelle. Son mémoire de fin d’études est consacré à François Desportes, le peintre des chasses du roi Louis XIV, dont il prépare le catalogue raisonné. Ses recherches sur cet artiste l’incitent à se tourner vers un autre grand peintre animalier, Jean-Baptiste Oudry. Cet intérêt pour ces deux peintres trouve un écho dans les collections qu’il constitue pour lui-même comme pour le musée de la Vénerie de Senlis à partir 1955, et le musée de la Chasse et de la Nature à Paris sept ans plus tard, où il dirige d’importants chantiers muséographiques et met en scène son immense talent de décorateur. Cherchant à recréer l’atmosphère d’une maison particulière, il privilégie en ces lieux une ambiance chaleureuse avec des accrochages denses sur des tentures colorées. Parallèlement, il enrichit leurs collections grâce à des dépôts de l’Etat et à des achats toujours judicieux. Héritier en 1970 du château de Parentignat, son “petit Versailles auvergnat”, Georges de Lastic se consacre à la rénovation de cette imposante demeure qui deviendra l’écrin de sa collection personnelle, dont il expose aussi les fleurons dans son appartement parisien du quai de Bourbon. Familier des Puces, des salles des ventes et des marchands, il acquiert des oeuvres remarquables, en particulier des portraits signés Hyacinthe Rigaud, Pierre Mignard et Nicolas de Largillierre, des tableaux de chasse de François Desportes, des nature mortes du même artiste, de Jean-Baptiste Oudry et de Meiffren Comte, des études pour des compositions décoratives, notamment de Carle Vanloo et Joseph Parrocel, des sculptures et des dessins. Sa femme, Françoise de Lastic, et son fils, Anne-François, sont aujourd’hui les gardiens de sa collection qu’ils acceptent, à travers cette exposition, de partager avec un large public. Cette exposition présente plus de soixante oeuvres de la collection personnelle de Georges de Lastic, complétées de deux prêts du musée Carnavalet. L’étude scientifique de l’ensemble en a été menée par les meilleurs spécialistes réunis par Pierre Rosenberg. Au sein du parcours muséographique des musées de Paris et de Senlis, la manifestation se prolonge par une signalétique appropriée auprès des oeuvres que Georges de Lastic a permis d’acquérir. Une synergie s’établit de la sorte avec les collections permanentes de ces établissements. La manifestation sera présentée du 4 octobre 2011 au 5 février 2012, sous une forme remaniée, au musée d’Art Roger-Quilliot de Clermont-Ferrand.

    Dates 07/12/2010 - 14/03/2011
    Domaines sculpture
    peinture
    arts graphiques
    Périodes XVIIIe siècle, XVIIe siècle
    Site officiel Musée de la chasse et de la nature
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 18/03/2011

      Un moment de pur bonheur, le portrait de Mlle de Charolais de Nattier. « Petite fille de Louis XIV et de Mme de Maintenon, Mlle de Charolais était réputée de mœurs légères, en repentance elle revêtait parfois la robe de bure des Franciscains ». Dans ce contexte le doux regard de la belle est tout simplement inoubliable..

    • ';
    • 13/02/2011

      Toutes ces merveilles offertes au public retrouveront prochainement leur domicile privé, mais il restera le catalogue de l’exposition.(…) Le passage dans le Marais, au musée de la Chasse et de la Nature, fait partie du parcours habituel de l’amateur d’art. A cette étape classique, il convient absolument d’ajouter le déplacement à Senlis pour comprendre toute l’étendue et la qualité de la collection Lastic.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (15)

    • mortensen
    • catherine.guillemin
    • jennyfer_w
    • parot.m
    • fabmuse56
    • francoise.bouche0284
    • manguee
    • voule
    • Astrée
    • amduclosel
    • Charlotte.steiner
    • aochoa

    Ils l'ont vue (8)

    • alinawolf
    • mc.monfrais
    • peparose
    • isabelle.k
    • PPP
    • leeandersondesign
    • Aurelie
    • jess.perez.9469
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.