Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Jean-Michel Othoniel

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Jean-Michel Othoniel et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Jean-Michel Othoniel

Lacets bleus, 2009

Verre miroité, inox poli miroir, acier. 250 X 130 X 270 cm Collection privée Courtesy Galerie Perrotin, Paris Photo : Guillaume Ziccarelli

Les mises à feu, 1989

Mèches de mise à feu, soufre, allumettes, papillons, moule, Pipe, feuilles d’arbre, fleur de grenadier, bâton de glace, enveloppe de deuil, bulbe d’anémone Installation : 90 X 130 cm Collection privée Photo : Jean-Michel Othoniel

Diary of Happiness, 2008

Verre de Murano, bois laqué. 206 x 348 x 33 cm Collection de l’artiste Courtesy Galerie Perrotin, Paris Photo : Mariano C. Peuser

Jean-Michel Othoniel

My Way

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Bande-annonce de l’exposition - 7/03/2011

    Les mises à feu, Jean-Michel Othoniel, par Catherine Grenier - 15/03/2011

    Le contrepet, Jean-Michel Othoniel, par Catherine Grenier - 15/03/2011

    Le bateau de larmes, Jean-Michel Othoniel, par Catherine Grenier - 15/03/2011

    Lagrimas, Jean-Michel Othoniel, par Catherine Grenier - 15/03/2011

    Le Trou de la sybille, Jean-Michel Othoniel, par Catherine Grenier - 15/03/2011

    Mon lit, par Jean-Michel Othoniel - 15/03/2011

    Carte de France sur toile de Jouy, par Jean-Michel Othoniel - 15/03/2011

    /
    précedent

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Jean-Michel Othoniel dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Le Centre Pompidou est la première grande institution culturelle à consacrer une exposition à Jean-Michel Othoniel, qui retrace son parcours de 1987 à aujourd’hui. En complicité avec l’artiste, le Centre Pompidou propose une traversée rétrospective de son travail plastique intitulée My Way. Composé d’un ensemble inédit de quatre-vingts oeuvres, ce cheminement part des premières oeuvres confidentielles, intimes et poétiques et conduit le visiteur jusqu’à la découverte des oeuvres monumentales, dont les dimensions spectaculaires et le caractère merveilleux frappent l’imaginaire. Ce voyage est jalonné d’étapes, de recherches et d’expérimentations : jusqu’au milieu des années 1990, l’artiste s’empare de matériaux précaires, sensibles, tels que le soufre, le phosphore et la cire, entre beauté et répulsion. Ces matières originales, peu utilisées, sont alors le véhicule d’une réflexion sur le corps, sa souffrance, la disparition. L’artiste explore la frontière entre le monde organique et le monde naturel et questionne les limites du genre. Puis, avec la découverte du verre, de sa couleur, de ses infinies possibilités plastiques mêlant force et vulnérabilité, l’oeuvre de Jean-Michel Othoniel aborde une réflexion plus sculpturale, trouve une nouvelle monumentalité, se met en mouvement. L’ensemble se déploie dans les deux espaces d’exposition situés au sein du musée national d’art moderne, la Galerie du musée et la Galerie d’art graphique, spécialement réunies pour l’occasion. Au même moment, la Galerie des enfants accueille deux oeuvres monumentales de l’artiste dans une proposition intitulée Le Réel merveilleux.

    Dates 02/03/2011 - 23/05/2011
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    Artiste Jean-Michel Othoniel
    Site officiel Centre Pompidou
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 25/05/2011

      Une petite exposition très intéressante. Le début du parcours surtout permet de mieux connaître les premières oeuvres de l’artiste et comprendre son intérêt pour le matériau transformé. La suite est spectaculaire, notamment avec les colliers de perles géants. À voir.

    • ';
    • 18/05/2011

      Une question de gout les œuvres présentées dans la première partie de l’expo ne m’ont pas convaincu. La seconde partie ou l’on peut admirer les œuvres en verre elle est plus spectaculaire et l’on comprend mieux la démarche de l’artiste.

    • ';
    • 06/05/2011

      GENIAL, J AI ADORE

    • ';
    • 02/05/2011

      Il y a de très belles oeuvres, toutes très bien présentées, mais j’ai trouvé que la démarche de l’artiste n’était pas assez bien expliquée.

    • ';
    • 24/04/2011

      On reste un peu en suspens, l’expo est à mon gout très mal faite dans le sens ou l on ne sait pas si elle est censée nous montrer de nouvelles oeuvres de l’artiste ou ses créations de verre. Bref, on ne sait pas vraiment le fil conducteur de l’expo qui m a beaucoup déçue.

    • ';
    • 15/04/2011

      Franchement rien de transportant.

    • ';
    • 07/03/2011

      Quelle merveille, un plaisir de se balader dans le monde du verre sculpté sous toutes ses formes et couleurs. Othoniel avait déjà surpris avec son Kiosque des Noctambules mais à Pompidou, il fait encore plus fort.

    • ';
    • 05/03/2011

      Voila une expo qu’il faut ressentir. Se promener entre les sculptures de verre avec la frustration de ne pouvoir toucher, alors qu’on a qu’une envie, c’est de pénétrer ce monde merveilleux au moins en le touchant. A voir et y emmener les enfants, les grands et les petits.

    • ';
    • 01/04/2011

      Othoniel enfile les créations comme des perles. Pour amateurs des verreries de Murano et de déco kitsch. Les enfants apprécieront, eux, son exposition-atelier située sur la mezzanine.
      Voir le site >>

    • 19/03/2011

      Jean-Michel Othoniel a choisi ce titre pour son exposition, car la chanson « fait écho au chemin solitaire et singulier » emprunté par l’artiste (…). Or les deux premiers vers du premier couplet disent : « And now / The end is near », que l’on peut traduire par : « Et maintenant que la fin est proche ». La suite raconte l’histoire d’un vieillard en fin de vie se retournant sur son passé et justifiant ses réussites comme ses erreurs par un « I did it my way », quelque chose comme « J’ai fait de mon mieux », pendant du Je ne regrette rien de Piaf.
      Voir la critique complète >>

    • 08/03/2011

      Perles de verre qui tombent en cascade, en collier géant ou en spirale folle, comme dans les rêves de petites filles. Elles travestissent la réalité contemporaine la plus noire (…) Le public, bon enfant, devrait y trouver son compte.
      Voir la critique complète >>

    • 01/01/1970

      La fonction de l’art étant de toucher à l’intime autant qu’à l’universel, Othoniel remplit son forfait. (…) Cheminer dans l’imaginaire d’Othoniel, c’est accompagner sa renaissance à la lumière et à la poésie dont sont tissés les songes.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (99)

    • BeMartine
    • nanou
    • gean
    • varna
    • N. T.
    • clelia_del
    • stephaniebordes
    • elizabeth.migeot4101
    • vincent.blanchard.142
    • thuytien.hoang
    • milie-p
    • liliceram
    • chloe.bringuier
    • flore
    • hugocouvry
    • bresson.claire
    • paloodemarbella
    • celiaroussin
    • olivier2236
    • schwartz.lucy
    • viinc-91
    • helenecazalis
    • pescot
    • enoralec
    • Flowersonthewall
    • astay.herminie
    • mc.blanc
    • adragone
    • fabienne
    • fabmuse56
    • meryl-p
    • maurise boyer
    • justsarahlea
    • fabienne.dumortier6505
    • anna061179
    ...et 64 autres personnes

    Ils l'ont vue (115)

    • corinegd
    • isacf
    • gregwolf
    • pazuzu
    • sarah.zennou
    • david
    • sylvain.lozano5
    • livia37
    • mathilde-j
    • victran
    • kermel77
    • nick
    • arnaud-lefeuvre
    • philippine.demonval
    • adele_bloch_bauer
    • pn.cocheteux
    • carine.cauville
    • n.hoang
    • julia-pentecouteau
    • elodieal
    • joh-peccadille
    • aurore.sun
    • bolivar70
    • ophelie.soumbouleclerc
    • julie.eugene
    • web
    • clemenceplag
    • rejane
    • paris2010
    • cecile.houchois
    • cyril-zarcone
    • julie.monne
    • mademoisellej
    • laraks99
    • bassemayousse
    ...et 80 autres personnes