Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Noir – Clair

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Noir – Clair et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Noir – Clair

Mat Collishaw

dessin stylo bille sur papier

Noir – Clair

Une proposition de Victor de Bonnecaze et Barbara ...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    L’exposition NOIR CLAIR : un passage. Du noir vers la réparation, en passant par le doute. Un processus créatif : celui du dessin. Crayon noir. Le noir, concentration de toutes les couleurs, le deuil mais aussi l’élégance, Goya et Chapman mais aussi l’ironie et la légèreté du dessin, nous jette dans la vie. Le noir de la souffrance nous fait ressentir une ambivalence continuelle entre le noir et la vie, entre la vie et le noir : la vie noire, parfois comme une Halte dans le désert. La maladie, la menace, la mort. Les autoportraits au crayon ou à la plume de Bob Flanagan, artiste SM, moments de souffrance et de jouissance conjugués ; les monstres moyenâgeux à l’assaut des noirs châteaux du Frioul de Tonino Cragnolini ; les « gueules cassées », gravures récentes de Mat Collishaw et ses dessins de tumeurs et de malformations ; l’univers chaotique de Lucien Murat. Et à l’extérieur de la galerie, en guise d’accueil, la guerre déclarée de Luc Mattenberger, cocktail Molotov inaugural. « J’ai peur, je veux être la peur » : ainsi dessine Eric Pougeau. La vie est grise aussi. Elle est hésitation. La vie se cherche, toujours, une autre vie, un nouveau souffle, une manière de sortir du dedans de l’aiguille, de se trouver un cavalier (Joseph Brodsky). La vie noire rencontre le doute à chacun de ses carrefours. Loin de figer, le doute, interrogation essentielle, scientifique ou existentielle, libère de l’énergie, initie le mouvement, entrouvre nos yeux vers de possibles réalités inexplorées encore. La conscience naît de l’hésitation. Les dessins en forme de questionnements de Julien Serve, les mots de Robert Montgomery, le répertoire polymorphe de l’apport du soi au monde de Martin Lord, les errances et itinérances de la dualité de Charley Case, les créatures étranges de Jeanine Woollard, les enfants (ou adolescentes déjà ?) de Françoise Petrovitch, nous laissent flotter dans ce doute qui ne sait encore de quel côté pencher. Une conscience qui nous amène au processus. Processus de deuil, processus créatif, processus de réparation, aussi. Un processus dont le modèle même est mathématique, et musical : le dessin répétitif, les traits qui n’en finissent pas, les cercles qui ne se ferment jamais sur eux-mêmes, l’écriture, la formule, la synthèse, les portées, les notes, les mots. Les FAX de Rudy Shepherd & Frank Olive arriveront chaque jour dans la galerie, processus quotidien nous rappelant le passage des jours ; les équations poétiques de Jean-Michel Pancin nous rapprochent de l’« être rêvé » ; les dessins de Mounir Fatmi, références à La Jambe noire de l’Ange, esquissent un processus de guérison par la greffe de l’Autre ; ceux d’Andrea Mastrovito, processus abstraits et formels à la fois, nous font entendre leur musique, haut et bas et encore, alors que Fabrice Langlade, accroché à ses stylos, compulsif, griffonne des avions qui font s’envoler nos angoisses. NOIR CLAIR évoquera aussi les liens entre patients (vivant le noir) et thérapeutes (déclencheurs de processus) et n’hésitera pas à entrer dans les sphères les plus personnelles des protagonistes, celles du doute quant à leur propre position existentielle – d’où la présence aussi de souvenirs d’autrefois, repères troublants plus qu’éclairants d’un chemin de vie entre le noir et la couleur, de Toulouse-Lautrec à Cocteau. Les trois volets de NOIR CLAIR seront présentés en parallèle, suscitant l’oscillation du spectateur entre le noir, le doute et le processus et appelant au déséquilibre. Ces trois volets seront développés au cours de trois conférences par trois experts de l’art sous toutes ses formes, dont Philippe Hurel, compositeur, passionné de processus virtuels, abstraits, musicaux, et Régis Durand, qui élira au sein de cette exposition de travaux sur papier quelques photographies de son choix et nous permettra d’inclure dans NOIR CLAIR non seulement la photographie mais aussi une réflexion profonde sur l’image, le gris, le noir – réflexion inspirée tout autant de Fin de partie de Beckett que de la vie elle-même, sans fin.

    Dates 08/09/2012 - 10/11/2012
    Domaines beaux-arts
    arts graphiques
    art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Galerie Vanessa Quang
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (12)

    • Argonaute du Pacifique
    • rejanews
    • epure
    • Rouckaque
    • tara-q
    • angelica.vincent
    • Mop'
    • Mathilde_Hiesse
    • robine.rml
    • sophie.civita
    • axelle.hajduk

    Ils l'ont vue (1)

    • Julie
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.