Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Perturbations

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Perturbations et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Perturbations

Perturbations

Parcours céramique & verre contemporain

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran, département des Arts décoratifs du musée Fabre de MONTPELLIER AGGLOMÉRATION, accueille 80 oeuvres en céramique et en verre dans le cadre de l’exposition “Perturbations”. Fruit d’un partenariat entre le musée Fabre de MONTPELLIER AGGLOMÉRATION et ATELIERS D’ART DE FRANCE, “Perturbations” vient moderniser l’ordre établi de cet hôtel particulier, et se fondre au sein des collections reconstituant fidèlement le cadre de vie d’une famille bourgeoise montpelliéraine aux XVIIIe et XIXe siècles. Réalisées par une trentaine d’artistes, jeunes talents et artistes confirmés, français et étrangers, les 80 oeuvres de “Perturbations” donnent un aperçu de la création céramique et verrière contemporaine, en confrontant les générations et les styles. Ainsi, “Perturbations” cherche à susciter, grâce à la coexistence d’époques et de styles éloignés, un trouble fécond à destination d’un public large.

    Dates 31/03/2012 - 16/09/2012
    Domaines art contemporain
    arts décoratifs
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 23/05/2012

      Juste génial, une vraie redécouverte des lieux, un réel apport à la collection permanente et tout à fait en accord avec le goût des propriétaires de l’époque.

    • ';
    • 11/05/2012

      Sitôt qu’on entre dans une pièce, ces objets d’art vous assaillent, vous interrogent, vous séduisent ou vous agressent, tantôt fantômes passe-murailles, tantôt corps décomposés, souvent poétiques (Island I d’Akio Takamori) parfois drôles (Sweet mama de Patricia Glave). Les musées historiques réagissent souvent bien aux interactions avec l’art contemporain, mais jamais parasites n’auront été mieux accueillis.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (3)

    • facebook.arcelon
    • janedoe00
    • lgm.sophie

    Ils l'ont vue (4)

    • agnes1856
    • hedonee
    • Melie_Mini-Melo
    • c.juhen
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.