accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Diane Arbus

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Diane Arbus et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Diane Arbus

Diane Arbus, Enfant avec une grenade en plastique dans Central Park, New York 1962

Jumelles identiques, Roselle, N.J. 1967

Diane Arbus, Sans titre (6) 1970–71

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Diane Arbus dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Diane Arbus (1923-1971) a révolutionné l’art de la photographie. L’audace de sa thématique, aussi bien que son approche photographique ont donné naissance à une œuvre souvent choquante par sa pureté, par cette inébranlable célébration des choses telles qu’elles sont. Par son talent à rendre étrange ce que nous considérons comme extrêmement familier, mais aussi à dévoiler le familier à l’intérieur de l’exotique, la photographe ouvre de nouvelles perspectives à la compréhension que nous avons de nous-mêmes. Arbus puise l’essentiel de son inspiration dans la ville de New York, qu’elle arpente à la fois comme un territoire connu et une terre étrangère, photographiant tous ces êtres qu’elle découvre dans les années 1950 et 1960. La photographie qu’elle pratique est de celle qui se confronte aux faits. Cette anthropologie contemporaine – portraits de couples, d’enfants, de forains, de nudistes, de familles des classes moyennes, de travestis, de zélateurs, d’excentriques ou de célébrités – correspond à une allégorie de l’expérience humaine, une exploration de la relation entre apparence et identité, illusion et croyance, théâtre et réalité. Avec plus de deux cents clichés, l’exposition permettra de découvrir la source, l’étendue, mais aussi les aspirations d’une force parfaitement originale dans l’univers de la photographie. Y seront présentées toutes les images emblématiques de l’artiste, ainsi qu’un grand nombre de photographies qui n’ont à ce jour jamais été exposées. Les premières œuvres déjà témoignent de la sensibilité particulière d’Arbus, au travers de l’expression d’un visage, de la posture d’un corps, du type de lumière ou de la présence particulière des objets dans une pièce ou dans un paysage. Animés par la relation singulière que tisse la photographe avec son sujet, tous ces éléments se conjuguent pour inviter le spectateur à une rencontre véritablement intime.

    Dates 18/10/2011 - 05/02/2012
    Domaine photographie
    Période XXe siècle
    Artiste Diane Arbus
    Site officiel Jeu de Paume
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 07/10/2012

      Effectivement une grosse claque. On ressort de l'expo retourné.

    • ';
    • 25/03/2012

      Claque visuelle. Par contre, un peu courte l’expo.

    • ';
    • 09/03/2012

      Vu les retours positifs de notre entourage sur l’exposition des photos, uniquement du noir et blanc, de Diane Arbus. Nous sommes allés voir les œuvres de cette artiste du XXe siècle. Elle a réalisé des portraits d’américains, souvent inconnus, en mettant en avant les rites de la société américaine des années 60/70. Elle était fascinée par les personnages hors-normes (travestis, transsexuels, jumeaux, nains, handicapés mentaux) et montrait ces personnages étranges et atypiques dans leur vie quotidienne. Certaines photos sont dérangeantes et on sent qu’il y a une histoire derrière ces clichés mais pas de réponse évidente… Une de ses citations résume bien son travail documentaire : « Une photographie est un secret sur un secret. Plus elle vous en dit, moins vous en savez. »

    • ';
    • 03/02/2012

      Bien.

    • ';
    • 02/02/2012

      Réelement conquis, Les premières salles sans parcours logiques (ni thématiques, ni chronologiques) surprennet d’abord puis enchantent, libre au spectateur d’avancer, de revenir, s’arreter, repartir…

    • ';
    • 31/01/2012

      Une expo à voir, surtout pour la qualité des photos présentées qui se prêtent bien à la confrontation directe (sans explications, avec de simples cartels). Malheureusement la disposition des salles fait qu’on piétine souvent, qu’on doit repartir en arrière avant d’avancer à nouveau… Les dernières salles sur le parcours de l’artiste sont peu pratiques et n’incitent pas à rester; je ne suis pas sûre que ce choix était judicieux. Le public est nombreux, c’est une gêne à la visite; prévoir de venir aux heures creuses. Malgré ces problèmes, le plaisir pris à regarder les photos justifie ma note.

    • ';
    • 29/01/2012

      Diane Arbus au Jeu de Paume : des instants volés, des quidam, des marginaux, des « gueules »… un beau récit ethnographique.

    • ';
    • 26/01/2012

      déçue! des nus, des nus et des nus…

    • ';
    • 26/01/2012

      Déçue… parce que les magnifiques photos de Diane Arbus ne sont pas bien mises en valeur dans les salles, les cartels sont trop peu explicatifs… bref, une muséographie déjà décevante ! Et surprise, les explications sont dans les deux dernières salles ! Oui mais voilà, l’expo ferme et vous n’avez plus le temps de lire… Mais pourquoi les scénographes ne pensent jamais comme le visiteur ???

    • ';
    • 25/01/2012

      Je m’attendais à autre chose… J’ai d’une part été déçue par l’exposition elle-même et n’ai pas été réellement touchée par les photographies de Diane Arbus (sauf exceptions).

    • ';
    • 23/01/2012

      Ennuyeux et prétentieux.

    • ';
    • 23/01/2012

      Les photos sont prenantes. Elles ne laissent pas indifférents. Diane Arbus a réussi à rendre des gens communs extraordinaires. Mais finalement, les sujets qu’elle expose ne sont pas vraiment communs. J’ai eu aussi l’impression d’être parfois dans un film d’épouvante. Ses modèles n’ont pas l’air heureux, à part les handicapés mentaux, ils nous jettent à la gueule toute leur singularité. Même les enfants ont l’air effrayant. De même, les photos sont intemporelles, on dirait qu’elles ont toutes été prises à la même époque. Seule la mode vestimentaire donne des pistes sur les périodes auxquelles ont été prises les photos. J’ai beaucoup aimé les deux dernières salles qui expliquent ses méthodes de travail. Mais je reste sur ma faim. Les intentions de l’artiste ne sont pas assez expliquées. Beaucoup de paradoxes comme si c’était sa marque de fabrique.

    • ';
    • 20/01/2012

      Une exposition certes, très interéssante, mais qui me laisse un peu septique. De très belles photos, on peut réellement voir le changement d’appareils photos. 2 questions demeures : Pourquoi ne pas avoir donné de nom à la série portant sur les handicapés mentals et pourquoi caractériser les juifs par « juif » au lieu de simplement parler « d’homme » ? Mais je la recommande tout de même, pour se faire son point de vue !

    • ';
    • 20/01/2012

      Une magnifique exposition qui met à plat tous les préjugés en mettant à égalité tous les hommes quelque soient leur milieu social, leur physique, leurs apparences. Les plus étranges ne sont pas toujours ceux qu’on croit…

    • ';
    • 19/01/2012

      expo intéressante.les célébrités sont photographiées de la même manière que les anonymes.ce sont les trisomiques et les malades mentaux qui ont l’ air le plus heureux.New York semble très mélancolique

    • ';
    • 14/01/2012

      Des portraits magnifiques, certaines salles un peu dures, beaucoup de monde, sentiments mitigés donc

    • ';
    • 10/01/2012

      agencement efficace et quelles photos …! à vif, sans artifices (même si certains modèles sont très maquillés…) ! clichés saisissants !

    • ';
    • 09/01/2012

      La claque. Superbe expo de par la technique et les thèmes abordés. 200 clichés annoncés donc très complet. Seul point noir effectivement le monde…

    • ';
    • 30/12/2011

      Une exposition intéressante qui permet de découvrir un artiste dans son ensemble. Cependant, je suis assez déçu de la majorité de ses oeuvres.

    • ';
    • 26/12/2011

      une vision très intéressante d’une part de la population

    • ';
    • 22/12/2011

      Très belle rétrospective.

    • ';
    • 08/12/2011

      Je n’ai pas du tout apprécié cette expo. Glauque, sans réel intérêt que de montrer des personnes auxquelles je ne m’intéresse pas. Technique photographique du portrait inintéressante sauf pour quelques uns. Très déçu d’une auteur reconnue, qui me semble surclassée.

    • ';
    • 02/12/2011

      Une expo qui ne laisse pas indifférent. Moi qui aime avoir quelques explications sur le travail d’un artiste, j’ai été un peu ennuyée au début de ne pas trouver d’information. Mais finalement, les photos se suffisent à elles-mêmes; elles sont fortes, sombres, voire très sombres… D’ailleurs on ressort de cette expo un peu « lessivés ». L’expo est très dense, et se termine par 2 salles consacrées à la bio de l’artiste (où l’on peut finalement trouver des infos sur les oeuvres exposées). Seul point noir de l’expo: le monde.

    • ';
    • 01/12/2011

      Une expo qui ne vous laisse pas de marbre, et qui réalise un reportage d’un monde volontairement caché et mis a l’écart des grands medias

    • ';
    • 30/11/2011

      magnifique exposition, au parti-pris sobre, en révélant l’artiste après son oeuvre, à son image… parfait !

    • ';
    • 30/11/2011

      « Une photographie est un secret sur un secret ». L’exposition commence sur ces mots, et Diana Arbus sait saisir ce secret, secret de l’instant, secret de cette Amérique profonde ou urbaine. L’exposition est très complète, la juxtaposition des sujets est à la fois troublante et fascinante car elle donne du sens à la photographie de Diane Arbus, la décloisonne. L’Humanité est un un tout, autant la prendre comme tel. Finalement, on y voit du très connu et du beaucoup moins et on est très heureux d’y voir beaucoup.

    • ';
    • 21/11/2011

      Le parti pris du Jeu de paume est audacieux : laisser libre cours aux visiteurs de découvrir les nombreuses photographies de l’artiste sans explication ni classement chronologique ou thématique. Au début on râle un peu, et puis on se laisse porter par la puissance des oeuvres, cette connivence qu’on finit par partager avec les êtres photographiés, familiers et marginaux à la fois. Les dernières salles sont consacrées à la documentation et aux archives : on peut enfin resituer Diane Arbus dans son oeuvre et saisir sa démarche. Mais après 1 heure de queue et 2 heures à regarder les photos magnifiques au milieu de la foule, on est crevé ! On y retournera donc.

    • ';
    • 17/11/2011

      Faut y aller malgré la foule.. Quelques beaux clichés (méconnus) en guise de récompense..

    • ';
    • 15/11/2011

      j’ai été étonnée de tant apprécier une expo photo. les photos sont magnifiques. expo à faire

    • ';
    • 14/11/2011

      Bonne expo, à la mise en scène déroutante. Le choix « de ne pas faire de choix » pour présenter les oeuvres, les montrer, sans ordre précis, laisse finalement plus libre l’interprétation et l’impression face aux images. ET ce n’est qu’en fin d’expo que tout est expliqué. Du coup, cette liberté est intéressante, on n’est pas trop guidé. Toutefois, je reste peu bouleversé par cette artiste.

    • ';
    • 06/11/2011

      L’âme de Diane Arbus transparaît dans chacune de ses photographies. La présentation laisse toutefois le visiteur un peu orphelin d’explications sur l’artiste, reléguées à la fin de l’exposition alors qu’une approche comparative entre les textes d’Arbus et ses images aurait pu guider le public à travers les tourments de l’artiste. Une magnifique artiste… à ne pas louper

    • ';
    • 31/10/2011

      touchante, exhaustive, intelligemment distribuée, pédagogique, cette exposition rend un bel hommage à la photographe qui donna à son art ses lettres de noblesse.

    • ';
    • 31/10/2011

      l’expo est vraiment parfaite, les photos sont sublimes et la partie biographique, isolée du reste de l’expo, est très bien pensée. Très vivement recommandé.

    • ';
    • 27/10/2011

      Belle expo qui fait réfléchir sur la recherche de l’émotion artistique dans le quotidien, le « vulgaire », les minuscules singularités, voire la laideur.

    • ';
    • 27/10/2011

      Exposition fort intéressante et touchante !

    • ';
    • 26/10/2011

      Génial !

    • ';
    • 24/10/2011

      Cette exposition m’a beaucoup touché. On y découvre l’itinéraire de cette photographe dont l’oeuvre est indissociable de sa vie personnelle. Les 2 dernières pièces consacrées à sa bio sont à cet égard très intéressantes.

    • ';
    • 22/10/2011

      Très belle exposition. A voir !

    • ';
    • 24/10/2011

      Il s’agit, si on accepte le choc frontal, de pénétrer dans un royaume connu de tous, celui de la condition humaine, ­entre miracle de la vie et jugement dernier. Voici 200 photographies qui mettent l’âme à nu, les icônes comme ces Jumelles identiques, Roselle, N. J., 1967, qui inspirèrent Kubrick dans Shining, et nombre d’images peu connues, comme cet Autoportrait, enceinte qui marie la douceur de l’attente et l’impudeur de toute pose.
      Voir la critique complète >>

    • 20/10/2011

      Il était temps que la France accueille une rétrospective de cette artiste majeure, qui a révolutionné le portrait dans les années 1960. (…) Celle-ci, bienvenue, n’aide pas la lecture de l’oeuvre : il n’y a aucun texte pour accompagner les images, et surtout aucun chapitre pour ponctuer l’exposition.(…) Il est vrai, cependant, que les 200 oeuvres présentées au Jeu de paume ont une crudité évidente, qui saute aux yeux.
      Voir la critique complète >>

    • 18/10/2011

      C’est dans ce sens que l’exposition sur Diane Arbus au Jeu de Paume est révélatrice : aucun texte dans les salles, si ce n’est l’identification des œuvres, pas de logique apparente dans le parcours sinon une vague chronologie (…). Ensuite, on erre, on regarde, on jouit des images, on tente de faire des liens, on revient sur ses pas, on s’intéresse au tirage, on retrouve des images bien connues et on en découvre d’autres qu’on ignorait. Cette exposition est l’occasion d’aller au-delà de ces images très connues, de sortir un peu du discours habituel sur Diane Arbus.
      Voir la critique complète >>

    • 18/10/2011

      En deux cents images exposées sur les deux niveaux du Jeu de Paume, la messe est dite. Personne n’échappe à la folie, la solitude, la maladie ou la tare. (…) L’exposition s’appuie sur un parti pris audacieux. Les photos sont présentées sans commentaire aucun, selon un ordre volontairement aléatoire. Nulle chronologie établie, nulle connexion évidente entre les images qui se suivent et se chahutent parfois. Pour en savoir plus sur la vie et l’oeuvre de Diane Arbus, il faut attendre la fin du parcours.
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (635)

    • nicolasdeleudeville
    • gyzmo
    • chrisadatine
    • clem
    • phonad
    • clairevespertine
    • corinegodiard
    • juclecia
    • agnes
    • laurade
    • nade
    • alexdcr
    • sacharey
    • kirikoo
    • hadrien
    • cyrillevi
    • mathilde.simonian
    • annedk
    • mc.monfrais
    • jchden
    • david
    • sandou2b
    • henri-wormser
    • cereall
    • annabel-laso
    • stephaniebordes
    • victran
    • philippe-nassif
    • oriane.tusauraspas
    • kermel77
    • sandra.soetens
    • justinegautier92
    • expos
    • elodie.jarrier
    • morgan.hubert.5
    ...et 600 autres personnes

    Ils l'ont vue (447)

    • exponaute
    • papposilene
    • kireinacho
    • nanou
    • coline.aunis
    • delphinequartetqueme
    • lenadefirmas
    • pazuzu
    • srealdelsarte
    • laurefarantos
    • davidpacheco
    • louise.gombert.5
    • MarineBrnt
    • lamanuelita
    • jcs
    • constant.pierre
    • diane-d
    • amandineparis7
    • maxbonhomme
    • averri
    • daphne_krzisch
    • rameau.annelaure
    • merinos.melissa
    • beatrice.delamesliere
    • roxane.giordano
    • arnaud-lefeuvre
    • chloe.bringuier
    • flore
    • caoloun
    • clotilde.pointivy
    • anne.pauline.mathieu
    • kamille-chevallier
    • elodieal
    • joh-peccadille
    ...et 412 autres personnes