Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Marco Maggi

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Marco Maggi et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Marco Maggi

Reflejos / reflexiones

Triptyque jaune, Découpes sur 3 x 2 feuilles de papier A4 21 x 29,7 cm chaque, 2012

Kodak Clock

Découpes sur 80 blocs 35 mm – ensemble de 80 diapositives dans carrousel, 23 x 23 x 5 cm, 2012

Marco Maggi

Turn left

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Marco Maggi propose et promeut des temps de pause(s). Face à une société où la vitesse prime, où les images spectaculaires se succèdent, se banalisent et s’annulent, l’artiste nous incite à une observation précautionneuse de ce qui nous entoure. La vidéo réalisée en collaboration avec Ken Solomon « Micro & Soft on Macintosh Apple » accueille le visiteur en retraçant à rebours les lentes mutations d’une pomme en décomposition et les processus de sa fossilisation. D’emblée, le spectateur plonge au cœur du travail de Marco Maggi qui s’attache à questionner notre rapport au temps et au savoir. Pour sa première exposition à la galerie Xippas (Paris), l’artiste suit avec précision l’architecture du lieu marqué par ses virages à gauche. Il nous invite à suivre une ligne en apparence simple, un chemin formé de ramettes de papier format A4 placées à même le sol. Avec des matériaux simples, manufacturés, à la portée de tous : feuilles de papier ou d’aluminium, pommes ou encore enveloppes; l’artiste déploie une topographie faite de détails où l’accent porte sur le quotidien, sur le micro plutôt que sur le macro, nous incitant à nous approcher de ces objets soignés. L’œuvre de Marco Maggi fait acte de résistance. Elle ne cherche pas le grandiloquent ni le choc de l’image. De l’observation des cubes de plexiglas de prime abord transparents ou des feuilles en apparence blanches, se découvrent les entrelacs de creux et de pleins, les reliefs subtils et presque impalpables qui se détachent des surfaces planes, la non contradiction entre la surface et le support, l’interdépendance du recto et du verso. En s’approchant de ces objets précieux, le spectateur perçoit alors un réseau infini et délicat d’où naît une relation intime et le sentiment du Sublime. Chez Marco Maggi, le dessin intervient quand les mots ne suffisent plus. Devenu écriture, langage en soi, le trait, entre texte et texture, n’informe pas, n’explique rien. Seule la tension qu’implique la lecture importe. Dans la série « The Ted Turner Collection – From CNN to the DNA », les reproductions des maîtres modernes sont recouvertes pour ne laisser que des traces que l’on à peine à déchiffrer. A l’image de la mémoire, l’artiste ajoute des strates et oblitère l’image d’origine. A la façon des média, il couvre l’information soulignant ainsi que « Chaque jour, nous sommes condamnés à savoir plus et comprendre moins ». Surgissant comme des haïkus visuels dont les sens restent énigmatiques, ses dessins s’inscrivent dans l’espace pour composer une constellation de formes éparses. Avec douceur et légèreté, les feuilles de couleur rouge, jaune ou bleue, sortes de signalétique discrète, rythment notre parcours, fonctionnant comme des tâches colorées, des ombres portées, des reflets ou des renvois. Par l’accumulation des fragments et des sédiments, Marco Maggi montre sa capacité à multiplier le détail révélateur des connexions entre les choses. Gravure, dessin, entaille, superposition ou emploi de la lumière, Marco Maggi intervient toujours de manière dépouillée pour nous plonger dans un rhizome complexe reliant des univers autonomes. « Turn left » nous entraine dans une oscillation de plans, de grilles, et de paysages qu’ils soient réels ou imaginaires, merveilleux ou idéalisés. En permettant l’expérience de la multiplicité des réalités et en mettant en exergue la prolifération des possibles ; Marco Maggi rend compte de l’entre, de ces interstices nécessaires à toute relation.

    Dates 12/04/2012 - 02/06/2012
    Domaines art contemporain
    vidéo
    Période XXIe siècle
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 01/06/2012

      Un travail très délicat mais difficile à apprécier du fait de son exposition, au sol et au niveau des cuisses.

    • ';

    Ils ont envie de la voir (3)

    • varna
    • bricehugonet
    • s.raffaini

    Ils l'ont vue (3)

    • gregwolf
    • lilybonnet
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.