Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Plus de croissance

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Plus de croissance et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Plus de croissance

Superflex, Floaded McDonalds, 2009

Charlie Jeffery, The Office of Imaginary Landscape, 2012

Installation, matériaux divers, dimensions variables

Simon Starling, Autoxylopyrocycloboros, 2006

Diaporama couleur, muet, 3’ en boucle Courtesy de l’artiste et neugerriemschneider, Berlin

Plus de croissance

Un capitalisme idéal…

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Ferme-modèle, la Ferme du Buisson a alimenté pendant près d’un siècle une usine-modèle : la chocolaterie Menier, qui fut l’un des plus grands empires industriels du XIXe siècle. Dès 1848, pressentant que la révolution industrielle ne peut s’effectuer sans une révolution sociale, la dynastie Menier tente d’instaurer une forme de capitalisme « idéal » unique dans les annales de l’industrie. La production de chocolat croît de manière spectaculaire via les innovations techniques, architecturales et commerciales, « l’invention » de la publicité et d’une stratégie multinationale. Parallèlement, Menier milite pour un impôt sur le capital et bâtit une cité ouvrière offrant pour le bien-être de tous : logements, cantine, soins médicaux gratuits, école, magasins coopératifs et caisse d’épargne… « C’est ainsi que tous, nous appuyant les uns sur les autres, nous marcherons d’un élan unanime vers le progrès. C’est ainsi qu’aux révolutions et aux insurrections, fera place une évolution constante remplaçant sans cesse le bien par le mieux. » À l’heure où nous traversons une crise économique et écologique mondiale, pouvons-nous encore croire à une croissance illimitée ? La notion de croissance, indissociable des idées, des lois et des pratiques de la modernité, est généralement perçue comme positive, associée à la prospérité et au progrès vu sous l’ange de l’humanisme occidental. Le profit, la productivité, l’accumulation et l’expansion se sont imposés comme des valeurs fondamentales, et le mythe de la croissance et du développement s’est propagé sur les cinq continents. Mais il est intéressant de se rappeler qu’au même moment où le monde amorçait son virage vers un système fondé sur le productivisme et la démesure, une partie de la modernité artistique faisait sienne un tout autre credo : less is more. Un siècle plus tard, comment les artistes abordent-ils ce concept de croissance ? S’intéressant à l’économie, l’urbanisme, la physique, la biologie ou la botanique, ils en font un sujet de recherche mais également le moyen d’interroger leurs propres méthodes de travail. En écho à une série d’expositions réalisées en Suisse et en Allemagne en 2011*, Plus de croissance rassemble des artistes qui explorent l’ambivalence de cette notion à travers des expérimentations physiques et biologiques, des formules mathématiques ou des commentaires critiques de l’économie mondialisée. Face au naufrage d’un célèbre fastfood américain progressivement englouti sous les eaux, on aperçoit un bateau qui traverse lentement un lac en s’autodétruisant ; tandis que des plantes exogènes envahissent les décombres des villes occidentales, les pêcheurs du Delta du Niger tentent de défendre leurs ressources contre les ravages des compagnies pétrolières et des ménages danois investissent dans l’immobilier grâce à l’ouragan Katrina… Renvoyant à ce capitalisme du désastre prophétisé par Naomi Klein, les œuvres incarnent des crises locales ou internationales mais elles proposent dans le même temps une réflexion sur la production – et la productivité – artistique. La logique même de la croissance fait l’objet d’une appropriation par les artistes qui en exploitent à la fois les potentialités (processus organiques de mutation, mouvement, excès, désir de prolifération et d’autocréation) et les limites (saturation, débordement, pollution, perte de contrôle, travail aliéné). Alors que l’économie néolibérale ignore les phénomènes de dépense improductive ou d’entropie – à savoir la non- réversibilité des transformations de l’énergie et de la matière – les artistes les placent au cœur de leurs préoccupations pour soulever des questions esthétiques, économiques, écologiques et politiques.

    Dates 24/03/2012 - 22/07/2012
    Domaines art contemporain
    installation
    Période XXIe siècle
    Site officiel La Ferme du Buisson
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (8)

    • varna
    • mvatier
    • marine.e.boisset
    • PhiPhiLaBelleVie
    • maryline.couette
    • eric.loret.90
    • volcom010

    Ils l'ont vue (2)

    • albine.bessire
    • severine.train
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.