Votre action a été enregistrée avec succès !
Basquiat

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Basquiat et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Basquiat

Untitled

1981, Acrylique et pastel gras sur toile, 207 x 176 cm The Eli and Edythe L. Broad Collection, Los Angeles

Untitled (Fallen Angel)

1981 Acrylique, pastel gras et peinture à l’aérosol sur toile, 168 x 197,5 cm Fondation d’Entreprise Carmignac Gestion

Untitled

1981 Acrylique, pastel gras et peinture à l’aérosol sur toile, 198 x 173 cm Collection Mia et Patrick Demarchelier

Jean-Michel Basquiat dans son atelier de Great Jones Street à Noho, New York, 1985 devant Flexible, 1984

Acrylique et pastel gras sur bois, 259 x 190,5 cm

The Box

1980-1981 Acrylique, pastel gras, peinture à l’aérosol, papier collé et plâtre sur boîte de bois, 6 x 82 x 46 cm Collection Doriano Navarra

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Basquiat : sa vie en 4 œuvres - 20/10/2010

    Arte journal – La réalisatrice Tamra Davis évoque la personnalité de Jean-Michel Basquiat - 12/11/2010

    Lefigaro.fr – Exposition Basquiat : les raisons du succès - 4/01/2011

    /
    précedent

    Cette rétrospective est présentée à l’occasion du cinquantième anniversaire de la naissance de l’artiste. C’est la première de cette envergure en France. D’origine portoricaine et haïtienne, né en 1960 à Brooklyn dans l’Etat de New York et mort à New York en 1988 à la suite d’une overdose à l’âge de vingt-sept ans, Basquiat appartient à la génération des graffiteurs qui a brusquement émergé à New York à la fin des années 70. En 1977, il commence à signer ses graffitis du nom de SAMO (pour « Same Old Shit ») accompagné d’une couronne et du sigle du copyright. Au cours de sa fulgurante carrière, sa peinture passe de la rue au tableau. Son univers mélange les mythologies sacrées du vaudou et de la Bible en même temps que la bande dessinée, la publicité et les médias, les héros afro-américains de la musique et de la boxe, et l’affirmation de sa négritude. Il définit ainsi une contre-culture urbaine, underground, violente et anarchique, pétrie de liberté et de vitalité. En 1982, Basquiat est invité à participer à la Documenta 7 de Kassel en Allemagne. L’année suivante, il est le plus jeune et premier artiste noir à exposer à la Biennale du Whitney Museum of American Art à New York. À partir de 1984, il réalise en commun des peintures avec Andy Warhol jusqu’à la mort de ce dernier en 1987.S’étant toujours défini comme un peintre influencé par son environnement urbain quotidien, les racines de sa pratique «expressionniste primitiviste» sont à trouver du côté d’une peinture européenne d’après-guerre, celle de Jean Dubuffet, réfractaire à l’«asphyxiante culture» ou celle de Cobra, ainsi que du côté de la grande tradition américaine de Robert Rauschenberg à Cy Twombly. Après sa mort prématurée en 1988, il laisse une œuvre considérable habitée par la mort, le racisme et sa propre destinée. Sa vie brûlante et explosive, mêlant le star-système et la révolte, a inspiré en 1996 le film « Basquiat » du peintre et cinéaste Julian Schnabel. En 1984, le musée d’Art moderne de la Ville de Paris avait déjà présenté Jean-Michel Basquiat dans une exposition collective consacrée au mouvement de la Figuration Libre France/USA, aux côtés de Robert Combas, Hervé Di Rosa, Keith Haring. Cette rétrospective composée d’une centaine d’œuvres majeures (peintures, dessins, objets) provenant de nombreux musées et de collections particulières américains et européens, permet de reconstituer le parcours chronologique de l’artiste et de mesurer son importance dans l’art et dans l’histoire de l’art au-delà des années 80. L’exposition Basquiat a été conçue par la Fondation Beyeler à Bâle – où elle a d’abord été présentée (9 mai – 5 septembre 2010) -, et organisée en collaboration avec le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. C’est la première exposition de cette ampleur jamais consacrée à Basquiat.

    Dates 15/10/2010 - 31/01/2011
    Domaine peinture
    Période XXe siècle
    Artiste Jean-Michel Basquiat
    Site officiel Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 06/05/2011

      impressionnantes, ces grandes toiles

    • ';
    • 02/05/2011

      Il n’y a pas de mot

    • ';
    • 25/04/2011

      juste magique

    • ';
    • 23/02/2011

      excellente exposition et excellent artiste

    • ';
    • 19/02/2011

      Belle expo… mais incroyable que « Riding with death » n’en fasse pas partie

    • ';
    • 15/02/2011

      Cela fait bien longtemps que je n’avais pas ressentie un tel choc esthétique, c’est époustouflant ! Quel artiste ! Très belles oeuvres, chouette parcours initiatique.

    • ';
    • 06/02/2011

      Pierre Soulages n’était pas le seul magicien du noir. Jean Michel Basquiat l’était aussi, mais à sa manière. Il était le magicien « des » Noirs. A une époque où la ségrégation résistait encore dans les mentalités – encore plus dans le milieu de l’art, où Jean Michel régnait en Basquiat dans les galeries, mais n’existait qu’en tant que simple Noir une fois dans la rue – il n’aura de cesse de rendre hommage à sa communauté. Qu’elles fussent issues du monde du sport (Cassius Clay ou Sugar Ray Robinson), du jazz (Charlie Parker ou Miles Davis), du cinéma (Hollywood Africans) ou de la rue, ces figures parcourent son œuvre de fond en comble, en largeur, longueur, et voire même en profondeur. Pour exemple, on retiendra son casque de baseball, repeint et relevé d’une couche de cheveux africains. Concernant la peinture, celle-ci emprunte des voies tantôt graphiques, tantôt calligraphiques, sous forme verbale ou picturale. Ainsi, les mots, déjà présents dans les graffitis qui l’ont fait connaitre sous le pseudonyme SAMO (Same Old shit), occupent-ils une place aussi importante que ses portraits Noirs. On les retrouve par exemple parsemés dans « Undiscovered genius of the Mississipi » (« Negros », « Deep South »…). S’ils ne sont pas présents, leur absence est vite compensée par des portraits balafrés, écorchés vifs, sous des coups de pinceau survoltés, bruts et naifs où la peinture sanguinolente coule comme éclatée sous l’impact de projection de balle. C’est aussi de cette manière qu’il rend hommage à sa communauté. En affichant avec force son indignation à l’égard des maltraitances qu’elle subit. C’est d’ailleurs à la suite d’un fait divers impliquant les forces de l’ordre et ayant entrainé la mort d’un des siens qu’il a peint, affecté, un tableau représentant deux policiers maintenant de part et d’autre un détenu noir. Ce dernier, seul être personnifié, ne peut échapper à la vigilance de ses gardes. Leur visage se résume à son strict minimum : les traits extérieurs, comme s’il ne s’agissait pas de personne en particulier, mais de la société toute entière. « Je ne suis jamais allé en Afrique. Je suis un artiste qui a subi l’influence de son environnement new yorkais. Mais je possède une mémoire culturelle. Je n’ai pas besoin de la déclencher. Elle reste. » MONSIEUR BASQUIAT, vous êtes un grand homme. Reposez en paix non plus dans les galeries. Mais dans la mémoire collective. http://laurentjack.tumblr.com/post/3142950373/hommage-a-basquiat

    • ';
    • 29/01/2011

      Belle expo, très fournie… l’hommage est à la hauteur.

    • ';
    • 23/01/2011

      Magnifique !!!

    • ';
    • 10/01/2011

      Très bonne expo, très complète, peut être même trop parfois.

    • ';
    • 09/01/2011

      Mes impressions sur l’exposition: http://plastickr.tumblr.com/post/2444002894/basquiat-mam

    • ';
    • 04/01/2011

      Coup de coeur 2010… Les oeuvres présentées sont sublimes, hautes en couleur et très vivantes! Foncez y sans hésitation!

    • ';
    • 20/12/2010

      Belle expo, sur cet artiste new-yorkais, mais il manque à mon goût des d’explications (textes). Un néophyte risque de ne pas bien comprendre et suivre la démarche de l’artiste. A noter les oeuvres faites en collaboration avec Andy Warhol.

    • ';
    • 19/12/2010

      SU-BLIME. Je conseille cependant d’avoir vu un documentaire avant, pour mieux comprendre la démarche de l’artiste.

    • ';
    • 18/12/2010

      Une exposition assez riche en oeuvres du peintre graffeur des années 80, mais de facture classique (angle chronologique) avec peu de textes explicatifs qui pourraient être plus nombreux et plus fournis.

    • ';
    • 12/12/2010

      très belle expo malgré une période couverte réduite

    • ';
    • 28/11/2010

      Un vrai plaisir d’entrer dans l’univers de l’artiste. Sublime rétrospective!

    • ';
    • 20/11/2010

      Magnifique mais, au vu de tous les mots, les symboles, les sujets répétés abordés, je trouve que de plus amples explications auraient du être apportées…

    • ';
    • 11/11/2010

      Une exposition ou beaucoup d’œuvres sont présenté tout en étant bien organisé.

    • ';
    • 10/11/2010

      WOUAH ! Quel artiste. J’y retournerai pour revoir ses oeuvres, assurément.

    • ';
    • 06/11/2010

      Beaucoup beaucoup d’oeuvres, une chronologie respectée et expliquée. Génial!

    • ';
    • 06/11/2010

      GENIAL!

    • ';
    • 03/11/2010

      Très bonne exposition, avec une présentation minimaliste et assez peu d’explications, mais la puissance d’évocation des œuvres les rend finalement quasiment inutiles…

    • ';
    • 02/11/2010

      Basquiat est très intéressant dans son style à la mode et regrouper toutes ces oeuvres venant de collections privées est une chance. Gros buzz et effet de mode autour de l’expo mais la visite reste agréable malgré (grâce à) le monde qui attend dehors.

    • ';
    • 31/10/2010

      Je n’ai jamais été fan, mais le talent de Basquiat m’a sauté au visage. La violence du propos, structurée par la couleur et le graphisme rend l’oeuvre superbe ! belle rétrospective.

    • ';
    • 30/10/2010

      excellent accrochage, beaucoup d’émotion. dommage que que les sources d’inspiration issues des maitres classiques soient insuffisamment mises en avant ! a voir vraiment

    • ';
    • 17/10/2010

      Basquiat, juste extraordinaire

    • ';
    • 01/01/2011

      Un très vaste ensemble d’oeuvres de Basquiat que l’on n’est pas près de revoir en France.
      Voir le site >>

    • 08/12/2010

      L’exposition Basquiat génère des longues queues devant le musée, et c’est un succès mérité, car cette exposition est très complète et remarquablement bien présentée. (…) Les matériaux utilisés peuvent être de bric et de broc, mais la peinture elle-même est étonnamment soignée (…) ni bavures, ni erreurs, ni hasard. Ça m’a beaucoup surpris.
      Voir la critique complète >>

    • 25/10/2010

      Quelle claque ! Dès l’entrée du Musée d’art moderne de la Ville de Paris (…) l’art de Basquiat vous explose à la figure. (…) Comparé à l’exposition de Bâle cet été, l’accrochage parisien (…) respire et flamboie davantage dans les vastes espaces du musée. Dommage qu’il manque en point final le poignant Riding with Death, de 1988, repris par son propriétaire.(…) Du coup, la dernière partie du parcours paraît nettement plus faible (…).
      Voir la critique complète >>

    • 19/10/2010

      Avec sa palette franche, ses contrastes violents, ses fantômes et ses poèmes, sa peinture prend possession de vous. (…) Elle intrigue comme les mystères. Elle inquiète comme la nuit de la ville. Vagabond de la scène underground devenu roi du marché, ce phénomène fascine et résiste à toutes les lectures. (…) On en veut plus.
      Voir la critique complète >>

    • 16/10/2010

      Le musée d’Art moderne de la Ville de Paris préfère la jouer sobre. (…) On est passé d’une opinion émotionnelle, fondée sur le préjugé (racial, entre autres), à une analyse formelle de l’émotion esthétique provoquée par ses toiles. (…) Dans le parcours proposé au MAM, on le trouve plus technicien, attentif aux matières, dynamique, que ce qu’on se rappelait.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (577)

    • nicolasdeleudeville
    • gyzmo
    • alexislaborde
    • jeandecarcaradec
    • benjamin
    • hombeline
    • clem
    • nathgael
    • mafa
    • jjasko
    • phonad
    • casanova
    • Lutineke
    • remiuzzan
    • judepim
    • murazakis
    • jingwenzhu
    • laurade
    • samuelbausson
    • nade
    • vincenther
    • calamalabar
    • nanou
    • marielesbats
    • alexia
    • dcapeau
    • sacharey
    • kirikoo
    • chachou009
    • zorro
    • cecilem
    • laurea
    • paulinewalle
    • tchatchak
    • olsi
    ...et 542 autres personnes

    Ils l'ont vue (188)

    • baptistedl
    • geoffroy.guigou
    • corinegodiard
    • agnes
    • papposilene
    • brokenglass
    • anamure
    • coline.aunis
    • burntovice
    • varna
    • judith.lasry
    • mov02
    • sofinet
    • strasz
    • camille.fle
    • baboonnette
    • davidpacheco
    • remi.c
    • livia37
    • jcs
    • victran
    • cebolang
    • oriane.tusauraspas
    • pat
    • manon.vk
    • mathilde.baillet
    • julidoremi
    • liliceram
    • nick
    • hugocouvry
    • jean.csap
    • kamille-chevallier
    • alice.martel
    • amelie.lemaux
    • LizaBergara
    ...et 153 autres personnes