accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Urs Fischer

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Urs Fischer et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Urs Fischer

Urs Fischer, To Be Titled (Bicycle), 2012

Vue de l’installation, « Schmutz Schmutz, » Gagosian Gallery, Paris, 2012.

Urs Fischer, To Be Titled (Nail Solo), 2012

Photo: Stefan Altenburger. Vue de l’installation, « schmutz schmutz, » Gagosian Gallery, Paris, 2012.

Urs Fischer

Schmutz schmutz

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L’habilité déroutante de Fischer à imaginer et à produire des objets sur le point de s’effondrer ou ayant subi une transformation « psychique » a donné naissance à des sculptures aux matières d’une incroyable variété, allant de la cire jusqu’à l’utilisation de légumes avariés. Continuellement à la recherche de nouveaux enjeux en matière de sculpture auxquels il souhaite apporter une solution (ou y ajouter d’autres défis), il a construit des maisons avec du pain ; a animé des espaces vides à l’aide d’objets mécaniques prêtant à la plaisanterie ; a déconstruit des objets pour ensuite les dupliquer ; et en a transféré d’autres de la 3D à la 2D par l’utilisation de processus photographiques et vice et versa. Condensant le réel et le mimétique, l’objet et son image, il réalise d’audacieuses associations formelles dont l’échelle, et le matériau témoignent d’un sens aigu de l’humour. Récemment, Fischer a exploré les genres chers à l’histoire de l’art classique (la nature morte, le portrait, le nu, le paysage) en les confrontant à la vie de tous les jours— à travers des sculptures et des moulages, des peintures, des montages numériques, des installations, et des objets cinétiques ou en mutation – afin de créer une réalité alternative autant sculpturale qu’artificielle. Le terme allemand « schmutz » signifie « sale ». En suisse-allemand, la langue maternelle de Fischer, cela signifie également « un bisou». La répétition du terme « schmutz » suggère une image obscène qui correspond à l’esprit de cette exposition qui évoque les « questions » éternelles de la sculpture avec un sens de l’humour presqu’adolescent et à la fois mélancolique.

    Dates 05/04/2012 - 26/05/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 01/01/1970

      Avec Urs Fischer dans les parages, le bon goût, la raison, le convenable et le convenu sont pris en traîtres. Son art est aussi bizarre que choc, aussi déconcertant que drôle, aussi cérébral que naturel. (…) Cet artiste trentenaire est un inventeur agité. D’une idée abstraite, il fait un objet bien tangible (une vis géante et son ombre). D’un son, une courbe sculpturale bleu outremer ou orange fluo dans l’espace. D’un vieil atelier crasseux de peinture et de glaise sèche, une installation émouvante au palais.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (20)

    • varna
    • f.travetto
    • ciccio
    • renaud-brosse
    • balibalo
    • Khelah
    • velia.calevi
    • bricehugonet
    • fort.thom
    • casura.ocante
    • marina.caneve
    • camille.bari
    • lilybonnet
    • M
    • Julien_Foulatier
    • s.raffaini
    • ishtaralice
    • july2005

    Ils l'ont vue (2)

    • rejanews
    • romain-p
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.