Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Anne Laure Sacriste, « Reverse Island »

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Anne Laure Sacriste, « Reverse Island » et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Anne Laure Sacriste, « Reverse Island »

Le rivage des morts

série « Mystery », dite « série noire » Absorption huile sur médium 114 x 162 cm

Souche bleue

série « Paradis Artificiels », dite « Crying Landscapes » mars 2008 Aquarelles sur pellicule iridescente sur médium 130 x 160 cm

Installation « Reverse Island »

Vue de l’exposition : installation « Reverse Island » 2010

Anne Laure Sacriste, « Reverse Island »

Lauréate du 2ème Prix des Partenaires

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Jeune artiste française, Anne Laure Sacriste est la 2ème lauréate du Prix des Partenaires du Musée d’Art Moderne, et présente dans ce cadre une exposition autour d’un projet graphique produit pour l’occasion : une installation intitulée « Toteninsel ». « L’île des morts » de Boecklin est la source d’une fragmentation du temps et de l’espace qui est recomposée dans l’espace du Musée. Anne Laure Sacriste peint des paysages nocturnes, parfois inquiétants, toujours fluides, souvent d’après une réalité observée avant d’être synthétisée par un prisme qui lui est propres, à la fois romantique et formel. Elle peint aussi des reflets, des scintillements, des brillances, jouant sur les surfaces miroitantes, sur la lumière qui transforme l’objet que l’on voit… Ce sont ses « Paradis Artificiels ». Dans « Toteninsel », Anne Laure Sacriste décrypte les masses de volumes mises en jeu dans le tableau de Boecklin pour nous les donner à voir sous la forme d’un jeu de cimaises posées au sol telles des paravents, peintes sur les deux faces, l’une sombre et l’autre lumineuse. Le spectateur est ainsi invité à recomposer mentalement une image en deux dimensions devant un objet en trois dimensions, à l’inverse de ce que la peinture perspectiviste nous propose. Anne Laure Sacriste distille ses références – plastiques, musicales ou littéraires, les images de paysages et de lumières qui lui sont restées telles des persistances rétiniennes, au travers d’installations complexes qui jouent sur une reconstruction possible mais aléatoire, fantasmée, inachevée à jamais.

    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique