Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Boris Achour

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Boris Achour et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Boris Achour

Boris Achour, BLACK HOLE SUN : Toutes les oeuvres dont j’ai eu l’idée durant le mois de février 2008, que je n’ai pas réalisées et que je ne realiserai jamais 2008

Disque vinyle gravé et encadré 37 x 37 cm

Boris Achour, Feu de camp Mikado 1, 2011

11 barres, métal chromé, bois, papier mâché, peinture acrylique, peinture acrylique pailletées, mélaminé impression bois, acrylique interférentiel, mosaïque diamètre 120 cm, hauteur 25 cm Pièce unique

Boris Achour, Gyrophare, 1997

gyrophare, sac plastique

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Poursuivre en galerie une flânerie qu’on aurait commencé en ville, à la manière hésitante, mais fluide, ou peut-être empêchée, mais décidée, qu’a eu Boris Achour de déposer des oeuvres sans jamais les installer – sans rien qui pèse ou qui pose -, traverser encore une fois l’espace de l’art – ce lieu parfois si posant et si pesant – en danseur, doté d’un masque de lune, en patient lunaire plus qu’en docteur de la lune, voir chaque pièce comme l’élément d’une promenade sans conditions, comme le relais d’un parcours à ®établir soi-même rétrospectivement, quand la marche est finie et qu’on s’en remémore les détails, les surprises, les banalités merveilleuses – un feu de camp mikado, un gyrophare dans un sac plastique, un somme sur une haie taillée… En somme, une visite-poème ? Un repos du guérillero ? La Rose sans pourquoi de Silesius et d’Achour dans une exposition précédente n’était pas celle prisée des commentaires philosophiques et littéraires des années 70 ou 80 : c’était une rose extra-terrestre, une créature descendue là où personne n’était plus en mesure de la reconnaître, et donc rincée de tout souci poétique, de leçon, de grammaire, une espèce de rose sauvage et très disciplinée, découpée aléatoirement et pourtant selon ses vers, mystique et désuète – une rose future. Le poème d’Eluard/Godard que le visiteur de la lune lira n’est ni d’Eluard ni de Godard : lyriquement musiqué dans Alphaville, fasciné par le visage d’Anna Karina, par son passage de la lumière à l’ombre – cette hypnose, ce rappel languien d’un amour-menace -, il est aussi tombé là d’une planète autre, brutalement aplati par sa chute et dans le même mouvement relevé par un brillant dérisoire et touchant. On pourrait déduire que l’oeil du patient lunaire, en visite, demande à être fermé au Crédac, lieu nocturne, et ouvert chez Vallois, diurne (ou l’inverse!). L’art d’Achour serait plutôt nictitant, comme la troisième paupière des oiseaux de nuit, qui préserve l’oeil d’une lumière trop vive par un clignotement constant. Le Black Hole Sun qu’on verra renvoie à un «monument» possible aux oeuvres non-faites dans une oeuvre cependant là et bien là. La forme des choses à venir ne peut être dite que dans une forme présente, et le mieux à même de la dessiner n’est pas le chasseur dans sa nuit, mais un danseur qui fasse résonner le sol par intermittence, un danseur de laquettes qui ne se tiendrait ni dans le jour ni dans la nuit, perpétuellement entre les deux, de l’un à l’autre et de l’autre à l’un, sans repos, saturation des sons et silence parfait se succédant à la vitesse de la lumière. Nathalie Quintane

    Dates 14/04/2012 - 15/05/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (11)

    • velia.calevi
    • bricehugonet
    • e.demassini
    • matthieu.de
    • lilybonnet
    • elen.lossouarn
    • s.raffaini
    • olga.planterose
    • inipat
    • le.guern.victoria

    Ils l'ont vue (1)

    • pierremateos
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.