Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
ERRE

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition ERRE et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

ERRE

Mona Hatoum, Light Sentence

1994, treillis métallique, moteur électrique, minuteur, ampoule, câbles, fil électrique, 350 x 1100 x 800 cm, collection Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris, achat de l’Etat en 1994, attribution au Centre Pompidou en 2008

Marcel Duchamp, Network of Stoppages

1914, huile et crayon sur toile, 
148,9 x 197,7 cm, The Museum of Modern Art, New York, Don de Mme Wiliam Sisler et Fondation Abby Aldrich Rockefeller

Thomas Hirschhorn et Marcus Steinweg, The Map of Friendship between Art and Philosophy

2007, carton, papier, feuille de plastique, scotch transparent, feutre, impressions, stylo à bille
, 240 x 400cm

ERRE

Variations labyrinthiques

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Erre, variations labyrinthiques - 18/10/2011

    France 3 – Erre, variations labyrinthiques au Centre Pompidou-Metz - 16/11/2011

    /
    précedent

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition ERRE dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Digitick Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    « ERRE » est une exposition collective pluridisciplinaire qui prend comme point de départ le motif du labyrinthe pour aborder les questions de l’errance, de la perte, de la déambulation et leurs modalités de représentation dans l’art contemporain. Le labyrinthe et le dédale, formes universelles et archaïques, sont ici abordés en tant qu’expressions de la complexité et de la dualité, symbolisant à la fois la logique et le chaos. Le sujet est traité à travers ses dimensions architecturale, physique et mentale. L’exposition explore le labyrinthe comme expression architecturale ou comme métaphore : de l’évocation des méandres de la pensée à la modernité urbaine comme lieu de l’égarement, en passant par la contrainte des corps. Placée sous le signe de la traversée et de l’expérience, cette exposition sera orchestrée en 8 chapitres qui aborderont cette thématique de manière à la fois conceptuelle et sensorielle, entre parcours initiatique et immersif : - le labyrinthe architectural : En tant que construction architecturale, le labyrinthe repose sur un paradoxe : une organisation précise et complexe qui suscite le chaos et la perte. Ce chapitre est l’occasion de revenir sur des pratiques architecturales radicales de la seconde moitié du 20ème siècle. - l’espace – le temps : Le labyrinthe est à la fois concrètement et métaphoriquement un espace qui génère du temps. Ce chapitre présente des démarches artistiques fondées sur la dérive volontaire et le retour au même. - la ville / l’urbain – le labyrinthe moderne : À l’ère moderne, c’est le développement urbain qui offre l’image la plus évidente du modèle labyrinthique. Ce faisant, la ville suscite de nouvelles pratiques subjectives : cartographies mentales et dérives urbaines solitaires. - le labyrinthe mental – la mémoire : Le labyrinthe est une métaphore de la connaissance et des méandres de la pensée. Cette partie évoque des tentatives artistiques d’organisation d’une pensée, de représentation logique du chaos et de l’errance mentale. - le bouleversement perceptif : Ce chapitre propose un retour sur les expériences cinétiques. - la contrainte – la prison comme protection : Le labyrinthe est aussi l’espace de l’enfermement et de la contrainte. Cette partie propose d’explorer des expériences et recherches sur le stress et les réactions physiques à l’enfermement. - initiation/ édification : Cette partie associe documentations de performances et installations qui proposent des métaphores de la quête initiatique. - le labyrinthe comme métaphore artistique : Cette partie revient sur le passage, au 20ème siècle, d’une expression artistique et littéraire non plus fondée sur la linéarité mais au contraire sur l’éclatement des perspectives et des significations. Déployée sur deux espaces d’exposition du Centre Pompidou-Metz, soit plus de 2 000 m2, l’exposition associe des artistes nationaux et internationaux de différentes générations, ainsi que des figures historiques de la collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Elle sera aussi l’occasion de commandes spécifiques.

    Dates 12/09/2011 - 05/03/2012
    Domaines art contemporain
    architecture
    Période XXe siècle
    Site officiel Centre Pompidou-Metz
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 03/03/2012

      Super expo : très riche mais jamais trop. Un parcours très pertinent ou le visiteur n’est jamais « perdu » mais se laisse porter dans un dédale d’oeuvres variées et de qualité, qui nous fait découvrir des artistes moins vus/connus. Une expo riche, interactive, complète, bravo !

    • ';
    • 03/01/2012

      superbe exposition

    • ';
    • 29/10/2011

      Une errance de trois heures dans cette raie manta qu’est le Centre Pompidou de Metz. « Erre, variations labyrinthiques » nous plonge dans une réelle errance suivant une progression logique passant tout d’abord du labyrinthe architectural jusqu’au dédale de l’esprit à travers les arts architectural, pictural, photographique, cinématographique, cinétique et la science. La force de cette exposition est la scénographie donnant avec virtuosité une progression entièrement logique à cette apparente confusion, à cette errance. On se balade de salle en salle, découvrant à chaque tournant une nouvelle vision, un nouvel aspect du tumulte présenté et représenté; on se laisse aller à la réflexion et guider par la stupéfaction.

    • ';
    • 25/01/2012

      Certains ont pu regretter la trop grande rationalité du parcours pour évoquer ces problématiques de dérives : c’est en fait tout l’intérêt de ce très riche accrochage. Faire croire en un grand ordonnancement pour mieux nous paumer et faire divaguer nos pensées.
      Voir le site >>

    • 14/12/2011

      « Erre », imaginée par Guillaume Désanges et Hélène Guenin au Centre Pompidou-Metz, prend pour sujet le labyrinthe, qui, exploré dans les moindres recoins, est un merveilleux prétexte à de vastes remises en questions (…) Si le propos peut se perdre – mais c’est le sujet – dans quelques redondances et chapitres superflus, il aborde des problématiques qui font sens dans la société actuelle (…).
      Voir le site >>

    • 30/09/2011

      L’exposition permet de nombreuses découvertes, car elle présente des plasticiens n’appartenant pas, pour la plupart, aux circuits autorisés de l’art contemporain. Ce qui est fort bien.(…)Le visiteur, pris dans des tourbillons de lumières, avec ombres et reflets, fait l’expérience physique de la désorientation. Entre réflexion et plaisir esthétique.
      Voir la critique complète >>

    • 23/09/2011

      Quel espace paradoxal que celui du labyrinthe (…)! Le parcours explore cette dichotomie avec des oeuvres de très belle facture pour la plupart, tout en axant son propos sur la question de l’errance et de la déambulation que sur celle du lieu lui-même. La visite de l’ensemble souffre toutefois d’une sensation…d’enfermement. (…) Le problème de ce parcours tient plutôt à son caractère didactique marqué.
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (23)

    • gregwolf
    • mathilde-j
    • oriane.tusauraspas
    • fabmuse56
    • flavio.bonuccelli
    • charlottecornaton
    • ines-m-
    • valerie.vivancos
    • magali.cadet
    • Christelle
    • dada
    • michel.mourer
    • florent.martin.9849
    • a.genevieve
    • naguinancy
    • Clerval
    • danielsta
    • gecele.arnault
    • christine.louly
    • fort.thom
    • dominique1017
    • Quentin.bernardi
    • marion_benard

    Ils l'ont vue (15)

    • cocci.nelle.372
    • caro8711
    • tara-q
    • mad.444
    • coubcel
    • godefroi.boenisch
    • juliette.scheigam
    • jbibasse
    • e.haacke
    • pauline.matter
    • thomas.d
    • pernelle.roux
    • gnaffrone
    • k.schoeppe
    • camille.bari
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.