Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Daniel Buren

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Daniel Buren et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Daniel Buren

La Ville empruntée, multipliée et fragmentée : travail in situ

Daniel Buren, « Photo Souvenir » : Echos, travaux in situ, Centre Pompidou-Metz, mai 2011

Les cabanes éclatées imbriquées, travail in situ

Daniel Buren, « Photo Souvenir » : Echos, travaux in situ, Centre Pompidou-Metz, mai 2011

Les cabanes éclatées imbriquées, travail in situ

Daniel Buren, « Photo Souvenir » : Echos, travaux in situ, Centre Pompidou-Metz, mai 2011

Les cabanes éclatées imbriquées, travail in situ

Daniel Buren, « Photo Souvenir » : Echos, travaux in situ, Centre Pompidou-Metz, mai 2011

Daniel Buren

Echos, travail in situ

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Daniel Buren, ÉCHOS, travaux in situ - 6/06/2011

    Interview d’Alain Seban / Daniel Buren au Centre Pompidou-Metz - 23/06/2011

    Daniel Buren, Echos, au Centre Pompidou-Metz - 27/06/2011

    Interview de Hélène Guenin, commissaire de l’exposition - 13/07/2011

    /
    précedent

    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Artiste majeur de la scène contemporaine française, né à Boulogne-Billancourt en 1938, Daniel Buren utilise dans ses travaux des bandes verticales de 8,7 cm de largeur, alternativement blanches et colorées. Ce qu’il appelle « outils visuels » est aussi pour certains considéré comme le « signe » et la signature de l’artiste. Il fut l’un des premiers à avoir travaillé quasi exclusivement in situ, terme qu’il est le premier à employer dans le champ des art visuels, son travail s’exprimant en fonction du lieu où il est programmé et réalisé. A ce jour, Daniel Buren a réalisé près de deux mille installations à travers le monde. En 1986, Daniel Buren s’est vu décerner le Lion d’Or à la Biennale de Venise, cette même année où il a achevé une œuvre marquante, pour la cour d’honneur du Palais Royal à Paris , « Les deux plateaux », plus communément appelée « Colonnes de Buren ». En 2007, Daniel Buren a reçu le Praemium Imperiale du Japon. Le Centre Pompidou-Metz tisse une relation privilégiée avec cet artiste, depuis quelques années déjà, avec des projets initiés dès Constellation (2009), manifestation de préfiguration du Centre Pompidou-Metz : « 5 610 flammes colorées pour un arc-en-ciel », travail in situ rue Serpenoise à Metz et «Couleurs superposées », performance présentée à l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole en septembre 2009. Un an après son ouverture, le Centre Pompidou-Metz invite Daniel Buren à réaliser un projet spécifique pour sa Galerie 3. Ce nouveau projet est une invitation conjointe du Mudam – Musée d’art moderne Grand Duc Jean du Luxembourg et du Centre Pompidou-Metz. Daniel Buren a réalisé dans le Grand Hall du Mudam le travail in situ : «Architecture, contre-architecture : transposition », présentée jusqu’en mai 2011. Le projet du Centre Pompidou-Metz prendra le relais de cette proposition avec une intervention dans le cadre d’une architecture muséographique.

    Dates 08/05/2011 - 09/09/2011
    Domaines installation
    art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Centre Pompidou-Metz
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 27/05/2011

      Pointant le paradoxe d’un musée qui invite à regarder dehors, Buren fait entrer le panorama dans l’espace d’exposition en tapissant de miroirs la galerie. (…) Drôle d’hommage que celui-ci, où l’architecture est célébrée par son anéantissement, et le « musée pour tous », par la référence notoire à la fête foraine. Cette invitation même est le signe implacable que le musée a définitivement absorbé la critique institutionnelle.
      Voir le site >>

    • 11/05/2011

      Sur le mode du ready-made, Buren renoue avec l’art des panoramas qui se pratiquait au XIXe siècle : l’image démultipliée environne le visiteur, qui ne peut échapper au vaste spectacle du monde. (…) Il y a de quoi rester perplexe devant ces retournements qui donnent à penser que Buren n’aurait en vérité jamais cessé d’aimer la peinture et se risquerait aujourd’hui à l’avouer d’une façon de moins en moins détournée.
      Voir la critique complète >>

    • 10/05/2011

      Buren, on ne le voit pas au musée, mais dans la ville, dans l’architecture, et là il a déplacé la ville, sa ville imaginaire, dans le musée.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (15)

    • varna
    • gregwolf
    • bresson.claire
    • lilou-398393
    • guyot.siam
    • pescot
    • kliokra
    • fabmuse56
    • STEPHANIE
    • jean-marie.poitrot
    • 260volt
    • dominiquemenadupont
    • jm.demard
    • lacmic
    • pauline.wuilque

    Ils l'ont vue (6)

    • mathilde-j
    • caro8711
    • camillechenaiscc
    • richard-ante
    • let-s-pix
    • pauline_kieffer
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.