Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Yves Bélorgey

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Yves Bélorgey et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Yves Bélorgey

Yves Bélorgey, Immeuble de la porte de Pantin, Architecte Paul Chémétov, Construction 1980, Octobre 2010.

Huile sur toile, 240 x 240 cm

Yves Bélorgey, Vue des entrepôts de la SERNAM à Pantin, Octobre-novembre 2010.

Huile sur toile, 240 x 240 cm

Yves Bélorgey, Tannenhof Siedlung, Ulm(8), mars 2011.

Graphite sur papier, 240 x 240 cm (format image), 250 x 270 cm (format papier).

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Le musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon à Sérignan organise une très grande exposition consacrée à Yves Bélorgey. Sur 1000 m², les peintures viennent dialoguer avec les grands dessins au même format, installés sur les deux niveaux du musée. Yves Bélorgey parcourt les banlieues des grandes métropoles, de Marseille à Mexico, en passant par Varsovie ou Istanbul, pour en ramener des peintures et dessins de grand format d’immeubles HLM. Les représentations de paysages urbains d’Yves Bélorgey, portent un regard critique sur les édifices de l’architecture moderne des années 60. Il les représente dans une frontalité brutale et exhibe l’organisation sociale qui conditionne le système urbain des banlieues. Ces barres d’immeubles sont représentées sur le mode du réalisme sans pour autant chercher à dupliquer la photographie, tout en excluant les préjugés sociaux dont ils sont d’ordinaire affublés. Le regard n’est à la fois ni pessimiste, ni optimiste, parfois imprégné d’une certaine nostalgie. Ce n’est pas une préoccupation sociologique qui mène Yves Bélorgey à décliner façade après façade mais une fascination pour ce motif, l’immeuble, tant pour sa valeur symbolique de construction universelle que pour ses qualités plastiques, à la fois picturale et sculpturale. Les « œuvres » architecturales collectives sont significatives d’une standardisation. Yves Bélorgey les aborde sur le mode documentaire, selon toutes leurs potentialités comme autant de cas particuliers et les désigne comme les lieux de formation du « corps social ». Il observe ces immeubles comme les monuments d’un projet social révolu, comme les représentants des ruines d’une certaine époque dont l’ambition – aujourd’hui remise en question – était d’offrir un confort minimum pour tous. Il envisage la peinture comme un enjeu politique et lui donne un sens militant : réaliser des peintures d’immeubles signifie travailler le nombre, la densité et le paysage actuel de la ville ; c’est une façon de faire le pont entre le tableau et l’immeuble, deux œuvres autonomes isolées. Yves Bélorgey nous amène « à regarder frontalement et sans états d’âme la ville ».

    Dates 11/03/2012 - 10/06/2012
    Domaine peinture
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique