Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Aloïse

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Aloïse et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Aloïse

Dolly Cup – Pierre Gautier, vers 1962 (5ème période : 1960-1963)

Craies grasses sur papier noir, 49,2 x 63 cm

Aloïse à l’asile de la Rosière, Gimel, Suisse, 1963

Photographie : Henriette Grindat

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Cet été Aloïse sera fêtée par Lausanne, sa ville natale. Le Musée des Beaux-Arts et la Collection de l’Art Brut exposent cette dessinatrice de génie à l’occasion de la parution du catalogue raisonné de son œuvre. Internée pour schizophrénie en 1918, Aloïse a 32 ans lorsqu’elle coupe les amarres avec son passé. Autrefois couturière, gouvernante d’enfants à la cour de Potsdam et antimilitariste, elle se retire du monde, emportant dans sa fuite intérieure les bribes d’une vaste culture biblique, livresque et musicale. Son délire psychotique s’organise peu à peu par l’écriture et le dessin. Pendant plus de 40 ans, elle va déployer une création gigantesque, la projetant comme un manteau richement coloré sur des supports de plus en plus vastes, de la page du cahier à dessin jusqu’à des rouleaux de papier de plusieurs mètres. Découvrez son univers dense et complexe, érotique, somptueusement peuplé de fleurs, d’animaux, d’empereurs, de reines, de cantatrices!

    Dates 02/06/2012 - 26/08/2012
    Domaine art contemporain
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 28/06/2012

      L’abondance de l’exposition – entre trois cents et quatre cents oeuvres réunies – accentue ce qu’il y a de manie dans le processus. Aloïse répète, avec peu de variations, une scène fantasmatique, sans doute celle de ses amours avec l’empereur Guillaume II – auquel elle adresse en 1917 une lettre passionnée. Le dessin et les rehauts des couleurs font l’éloge du corps féminin et du plaisir érotique – interdit dans sa vie et retrouvé par ce moyen. Jusqu’à la fin, elle n’a pas d’autre sujet ni d’autre tonalité. Autant le dessin de Soutter est multiple, varié, changeant, autant il est systématique chez Aloïse. Le sentiment d’être englouti dans une obsession fait de la visite une expérience étrange, qui finit par être douloureuse.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (1)

    • leonie.durr

    Ils l'ont vue

    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.