Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Amy O’Neill

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Amy O’Neill et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Amy O’Neill

Amy O’Neill, Victory Maidens, 1943-2011.

Photographie noir et blanc. 35,6 x 43,18 x 6 cm.

Amy O’Neill, Deconstructing 13 Stripes and a Rectangle-Spur, 2011

Sac de bure, sable Vue de l’exposition à la Galerie Praz-Delavallade, Paris, 2011

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Le FRAC Basse-Normandie accueille Amy O’Neill, qui expose des œuvres récentes. L’artiste s’intéresse à la culture populaire américaine, ses marges et ses contradictions – notamment celle de Pennsylvanie où elle a grandi. Par exemple, Amy O’Neill a imaginé un Cimetière des chars de parade, hommage à ses « monuments temporaires de la culture populaire », que l’on peut voir dans les défilés aux Etats-Unis. Dans Forest Park Forest Zoo c’est le parc d’attractions en ruine qui devient l’objet d’un ensemble d’œuvres – sculptures, photographies et film. Contrairement aux artistes du Pop art, qui utilisait les formes de la culture de masse afin de créer un nouveau langage, elle utilise ces formes pour interroger le temps qui passe, ce qui est oublié et perdu. Amy O’Neill a réalisé des œuvres liées à l’identité et à la culture américaine, s’interrogeant par ce biais sur la mémoire, le passé, et la transmission. La série Victory Gardens, présentée au FRAC Basse-Normandie, a pour point de départ un programme incitant les civils américains à cultiver leur jardin, pendant les première et seconde guerres mondiales. Ces jardins de la victoire avaient pour but de contribuer à nourrir la population et de participer à l’effort de guerre. Ces démarches étaient soutenues par une imaginerie de propagande. Dans l’exposition, l’artiste présente des photographies d’époque, où l’on voit des jeunes filles posant fièrement avec leurs légumes récoltés. L’installation-sculpture, Victory Garden (2011), est un drapeau américain au sol, dont les bandes sont construites alternativement avec des sacs de jute entassés et de la fausse pelouse, évoquant le jardin. Victory Gardens interroge l’évolution de l’engagement individuel et collectif face à la guerre : « Aujourd’hui, aux Etats-Unis, notre participation dans les guerres en cours, des guerres que nous avons initiées, ne génère que peu d’engagement public. Ce fut le point de départ de ma réflexion : serions-nous prêts à agir de façon concrètes et presque quotidienne, pour soutenir de telles guerres ? » (Amy O’Neill). La reprise des formes de la culture populaire est un moyen pour l’artiste d’interroger l’identité citoyenne, sa construction et sa transmission.

    Dates 03/03/2012 - 22/04/2012
    Domaine art contemporain
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir

      Soyez le premier à ajouter cette exposition à vos favoris.

    Ils l'ont vue (1)

    • hatice.pinarbasi
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.