Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
formes brèves, autres, 25

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition formes brèves, autres, 25 et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

formes brèves, autres, 25

Ewa Partum : « Aussage Pur – Goethe in Goethe » Aktion, 1997

Amélie Dubois : Aléa, 2010

Edition, 156 p. 21 x 21 cm, Rubik’s Cube 7×7×7 cm – 10 exemplaires OEuvre coproduite par Les Verrières – résidences-ateliers de Pont-Aven

Tania Mouraud : Frise II, 1992

Frise II : percevoirdiscerneridentifierreconnaître, 1992 série : Black Continent Acrylique sur bois tourné, 29,5 x 888 x 20,5 cm Collection de l’artiste Photo : Philippe Bernard

formes brèves, autres, 25

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Entrer dans un livre en trois dimensions, voici la proposition d’Anja Isabel Schneider qui a considéré son exposition comme une lecture en soi, soumise aux interruptions et suspensions engendrées par l’architecture du lieu. Les œuvres choisies examinent les relations et interactions entre le texte et son lecteur, la condition, l’acte et le processus de lecture, d’où émerge le sens. De la forme brève dans l’espace de Ján Mančuška aux poèmes conceptuels d’Ewa Partum, du palimpseste sonore d’Amélie Dubois à la taxinomie de mots inventés par Fabio Kacero, des jeux de lettres d’Anna Barham au ballet de mots de Charles Sandison, ces oeuvres prédisent les changements de comportement des lecteurs à l’ère du numérique. Inscrite dans les espaces du 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine, cette exposition invite le spectateur à discerner, à déchiffrer, à construire… et à imaginer ! Le projet d’Anja Isabel Schneider interroge les notions de lecture dans ses différentes modalités d’expérimentations, d’expériences et de structures. Cette exposition explore la question d’une lecture « fragmentaire » ou insaisissable, une lecture qui résiste et perturbe le lecteur. Est alors attribué à chaque liseur/visiteur un rôle essentiel, celui d’être acteur. Forme littéraire séculaire, les formes brèves privilégient certains genres artistiques – dédicace, poème de circonstance, index, brève, jeu de mots, mot d’esprit, haïku, fragment, maxime, etc. – et sollicitent l’imagination créatrice du lecteur. Celui-ci n’est plus seulement récepteur, mais devient producteur. Entre textes et lecteurs, les espaces générés par les formes brèves – espaces vides ou de latence – deviennent alors une pause, un moment de réflexion, une brèche pour l’inspiration, une invitation à la création…

    Dates 27/01/2012 - 08/04/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel FRAC Lorraine
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 17/02/2012

      Le rapport à l’écriture et l’expérience de la lecture, pauses et « respirations » comprises, ont donc fourni le « pré-texte » de cette exposition qui se donne à voir, à lire et à entendre, son catalogue prenant une forme sonore, audible sur tablette tactile.
      Voir le site >>

    • 31/01/2012

      Est ici réaffirmée la place du lecteur (et du spectateur) comme producteur de sens – thèse fondatrice des théories littéraires poststructuralistes, qui a largement influencé les arts plastiques depuis les années 1970 (…). Comme pour conjurer le sort – ou pallier l’aridité des oeuvres ? –, le Frac expérimente à cette occasion un nouveau support d’information substituant aux cartels des tablettes numériques qui fournissent un commentaire à écouter, tandis que les oeuvres se lisent…
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (1)

    • jacques.clayssen

    Ils l'ont vue

    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.