Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Voyage Voyage

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Voyage Voyage et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Voyage Voyage

Fernando Prats, Gran Sur 2008

Néon, dimensions variables. Base antarctique Arturo Prat, Ile Greenwich, territoire Antarctique, 2011

Voyage Voyage

Un art contemporain déboussolé

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    « Nous sommes de bien petites mécaniques égarées par les infinis. » Pascal. Le voyage est un choix, un rite de passage, un exil involontaire, ou un simple produit de consommation. Il est l’endroit où l’on n’est plus, autant que celui où l’on n’est pas encore, un temps suspendu détenteur de possibles. Partir. Pour se découvrir, se retrouver, ou faire l’expérience de l’altérité, pour prendre le recul nécessaire à une autre compréhension du monde. Étirer le temps pour laisser surgir l’inattendu. Résister à l’efficacité, au rentable. Partir par nécessité ou par obligation, fuir et se perdre parfois. La richesse de l’iconographie liée au voyage ou à l’exil, est depuis toujours le symptôme de cette obsession de l’ailleurs, utopie, au sens étymologique, de l’origine ou de la destination. Les voyageurs de tous les temps, archéologues boulimiques de « souvenirs » virtuels ou bien concrets, l’ont alimentée à grand renfort d’échantillons de forêts vierges, de végétation luxuriante, de déserts ou d’objets insolites et mystérieux. Ces collections, comme autant de cicatrices que l’on exhibe fièrement, constituent une mythologie collective de l’ailleurs comme une réponse à l’insatisfaction du quotidien, ou aux grandes questions existentielles. Cependant, la simplification et l’accélération des moyens de transport, le tourisme de masse et la démultiplication des outils de communication, ont paradoxalement désactivé le pouvoir évocateur de ces images, les abandonnant souvent comme des coquilles vides, au flux constant des médias. « Voyage Voyage » pose la question de ces déplacements comme forme d’usage du monde. Pensée à l’occasion d’un hommage à Francisco de Miranda, précurseur des émancipations latino-américaines et grand voyageur, l’exposition présente des oeuvres d’artistes originaires d’Amérique latine, mais aussi de France, d’Italie, du Japon, d’Algérie, de Russie etc. Pour rendre compte de l’espace dans lequel ils évoluent, de nombreux artistes contemporains empruntent au voyage ses formes (trajets, expéditions, cartes), son iconographie (espaces vierges, jungles, déserts) ou ses méthodes (celles de l’anthropologue, de l’archéologue, de l’explorateur)1. Ceux présentés ici prennent cependant leurs distances par rapport au réel, et à ce thème si galvaudé. En détournant la figure de l’explorateur héroïque, en introduisant de la poésie, ou de l’absurde dans leurs pratiques, ils réactivent le lien émotionnel à la thématique du voyage et de l’exploration. Leurs oeuvres sont des géographies nouvelles, des interstices fictionnels que l’on traverse, désorientés. Nicolas Bourriaud (Radicant)

    Dates 09/02/2012 - 28/04/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Maison de l’Amérique latine
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 30/03/2012

      A première vue, tout ici tient de la caricature de l’art contemporain. Les photos, vidéos ou installations sont présentées sans autre cartel qu’un numéro renvoyant à un plan.(…) A y regarder de plus près pourtant, cette exposition articulée autour du thème du voyage ne manque pas d’intérêt, fourmillant d’histoires et de formes différentes (…) Il ne faut finalement presque rien pour s’évader au loin. Dommage qu’il soit ici si difficile de le comprendre.
      Voir la critique complète >>

    • 09/02/2012

      Un parcours à la fois tout en finesse et en densité, en méandres et en glissements, mêlant politique et poétique, projections et déceptions. Bien que les artistes latino-américains aient principalement les honneurs de ces cimaises, Albertine de Galbert a distillé sur le chemin d’autres créateurs tels le Russe Alexander Ponomarev ou la Française Julie Vayssière.
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (59)

    • Argonaute du Pacifique
    • alice.martel
    • bresson.claire
    • robinebertrini
    • rissenbeck
    • pppoooppp
    • sanlucos
    • julie.monne
    • bassemayousse
    • shanelove1
    • Rouckaque
    • lemaire_pauline
    • francoisbailly
    • Sandrine-Drine
    • marion.garczynski
    • manon.lenormand
    • josette.serbource
    • agnes-lefranc
    • eddddd
    • arnaud_62
    • romain-t
    • legroupesmv
    • walter.trox
    • shunn
    • balibalo
    • anthovess
    • eleonore_zicler
    • cassie.butchle
    • cecile.debus
    • hanin.hannouch
    • maryline.couette
    • fort.thom
    • gnaffrone
    • jen.lee
    ...et 24 autres personnes

    Ils l'ont vue (21)

    • varna
    • etienne.briere
    • rgael
    • isabelle.k
    • fabienne.dumortier6505
    • sclet16
    • gallais-d
    • charlottecornaton
    • Enrique
    • dianegabb
    • phbrenac
    • simonepiangerelli
    • gaellesamy
    • danielsta
    • carineb
    • christiane.mirabaud
    • albine.bessire
    • agnes1856
    • leopoldineturbat
    • bruno.coia
    • klassistik
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.