Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Matisse

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Matisse et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Matisse

Henri Matisse, La Blouse roumaine

Paris, Nice, Hôtel Régina, novembre 1939-avril 1940 ; huile sur toile, 92 x 73 cm ; don de l’artiste par déclaration du 21 octobre 1949, l’œuvre entre dans les collections en 1953 ; Centre Pompidou Paris – Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle

Henri Matisse, Capucines à La Danse I, 1912

Issy-les-Moulineaux, printemps-début été 1912 Huile sur toile 191,8 × 115,3 cm The Metropolitan Museum of Art, New York, Legs de Scofield Thayer, 1982

Henri Matisse, Le Rêve, 1940.

Nice, Hôtel Régina, 1940 (La Dormeuse) Huile sur toile 81 × 65 cm Collection particulière

Henri Matisse, Intérieur, bocal de poissons rouges, 1914

Paris, quai Saint-Michel, printemps 1914 (Les Poissons ; Le Bocal aux poissons rouges) Huile sur toile 147 × 97 cm Legs de la baronne Eva Gourgaud aux Musées nationaux, 1965 Centre Pompidou Paris. Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle.

Matisse

Paires et séries

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Matisse, paires et séries – du 7 mars au 18 juin 2012 - 29/02/2012

    France 2 – Matisse au Centre Pompidou - 8/03/2012

    Intérieur bocal de poissons rouges, 1914 – Poissons rouges et palette, 1914 - 11/04/2012

    Nus bleus I-II-III-IV, 1952 - 11/04/2012

    Les Marguerites, 1939 – Liseuse sur fond noir, 1939 - 11/04/2012

    Le luxe I et II, 1907 - 11/04/2012

    Matisse. Paires et séries – Présentation par Cécile Debray, commissaire de l’exposition - 23/04/2012

    /
    précedent

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Matisse dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Digitick Exposition + Mus 14.5 € Achetez vos billets >
    logo-Fnac Exposition + Mus 14.6 € Achetez vos billets >

    À travers une sélection exceptionnelle de chefs-d’œuvre de Matisse, provenant des plus prestigieuses collections publiques et privées dans le monde, l’exposition éclaire un aspect singulier de son art : l’exploration répétitive d’un même sujet, d’un même motif, qui permet à l’artiste d’explorer la peinture elle-même. L’exposition montre que, par paires ou par séries, ces ricochets formels à travers des variations de cadre, de dessin, de touche, de couleurs, constituent l’un des traits récurrents du travail de Matisse.

    Dates 07/03/2012 - 18/06/2012
    Domaine peinture
    Période XXe siècle
    Site officiel Centre Pompidou
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 04/08/2012

      Découverte et mesure de la recherche stylistique de Matisse, on passe du pointillisme au trait linéaire parfait pour déterminer les contours. On apprend qu’il retravaillait plusieurs fois le même thème, et il est intéressant de voir qu’à des années d’intervalles la vision du peintre va évoluer et que la représentation d’un même lieu sera totalement différente ( NotreDame) . Les inspirations de Matisse sont diverses; fauvisme, cubisme, pointillisme..on peut certainement et legitimenent parler de périodes. L’exposition et trop courte mais on a le temps de pouvoir saisir que le style de Matisse est insaisissable ment surprenant. Il aurait fallu avoir davantage d’explications et de commentaires.

    • ';
    • 19/07/2012

      Exposition très intéressante et bien construite, j’ai beaucoup appris sur la démarche de Matisse.

    • ';
    • 04/07/2012

      Très bien mais trop courte

    • ';
    • 20/06/2012

      Malgré un propos intéressant, je reste hermétique à matisse…

    • ';
    • 19/06/2012

      Expo relativement bâclée je trouve

    • ';
    • 13/06/2012

      Expo très intéressante sur le travail de création de Matisse. Un seul défaut, pas assez d’œuvres de Matisse…

    • ';
    • 12/06/2012

      Exposition très intéressante pour comprendre le processus de création de Matisse et sa réflexion sur la peinture Mais un peu courte !

    • ';
    • 06/06/2012

      La démarche de l’exposition est intéressante, l’accrochage est très bien fait. Par contre, le nombre d’oeuvres exposées est un peu limité, dommage.

    • ';
    • 05/06/2012

      De très belles peintures exposées mais exposition trop courte pour moi. Une scénographie bien pensée et intelligente.

    • ';
    • 01/06/2012

      Belle et intéressante expo, mais un peu courte

    • ';
    • 01/06/2012

      Belle expo ou les œuvres se répondent les unes aux autres, le tout d’une manière assez didactique.

    • ';
    • 28/05/2012

      belle expo belles oeuvres

    • ';
    • 27/05/2012

      Assez insensible à la majorité des oeuvres exposées.

    • ';
    • 25/05/2012

      Une très belle expo intéressante avec de nombreuses oeuvres plus ou moins connues. On découvre un aspect de Matisse. A voir!

    • ';
    • 23/05/2012

      Décevant ! Peu d’explications. Expo un peu courte. Penser à acheter un livre avant ou à prendre un audioguide en bas. Beaucoup de groupes très bruyants.

    • ';
    • 19/05/2012

      Très belle expo : découverte de toiles rarement vues et de très belles œuvres. A voir vraiment

    • ';
    • 15/05/2012

      expo un peu courte et j’ai trouvé les oeuvres de Matisse parfois inégales, quelques belles oeuvres cependant

    • ';
    • 08/05/2012

      Approche originale des oeuvres. Permet de comprendre sa façon s’approcher les thèmes. Des chefs d’oeuvres, dont certains sont dans les réserves du centre Pompidou.

    • ';
    • 06/05/2012

      Je me suis régalée.

    • ';
    • 28/04/2012

      d’accord avec les commentaires précédents, expo trop courte, mais tout de même l’occasion de voir réunies des toiles qui ne sont plus jamais visibles ensembles. Le billet donne également accès aux collections permanentes. Ne manquez pas les bleus du même Matisse au centre et à gauche de la galerie pour compléter cette visite.

    • ';
    • 25/04/2012

      Exposition gentillette car trop courte. Comme en plus, je ne suis pas particulièrement fan de Matisse…

    • ';
    • 23/04/2012

      40% de toiles merveilleuses mais aucun parti pris et médiation quasi-absente. Serait-ce une expo pour participer au financement du fonctionnement du Centre Pompidou?

    • ';
    • 21/04/2012

      Un thème original qui m’a permis d’admirer les teintes des aplats, la fluidité des lignes, la variété des imprimés, le cloisonnement des espaces,et qui en confrontant les toiles, insiste sur la réflexion et le doute de l’artiste.

    • ';
    • 17/04/2012

      Les nus bleus sont magnifiques le reste… c est un peu du réchauffé

    • ';
    • 17/04/2012

      Bof, ras le bol de Matisse, rien de bien neuf et j’ai du mal à ressentir la moindre émotion. Un effort de comparaison mais bon… En revanche, profitez -en pour voir Josef Albers, une vraie découverte, que c’est beau!

    • ';
    • 16/04/2012

      Cette exposition est magnifique, magique, événementielle… On a envie d’en voir et d’en savoir plus.

    • ';
    • 10/04/2012

      Matisse Paires et séries c’est un peu comme si on découvrait Matisse en backstage : son atelier, son processus de création…Une très bonne exposition qui questionne le rapport de l’artiste à son oeuvre.

    • ';
    • 07/04/2012

      De belles oeuvres mais un peu plus d’explications sur des panneaux pour mettre l’ensemble en perspective ou faire comprendre l’évolution de l’oeuvre auraient été les bienvenues. J’aurais pu prendre un audio-guide mais il y tellement de guides avec les groupes qui parlent fort que je n’aurais rien entendu.

    • ';
    • 30/03/2012

      J’ai été très déçue par cette exposition, très courte comme d’habitude. Je n’ai rien appris de plus au sortir de l’exposition à part que je ne comprend pas ce qui a fait la réputation de cet artiste.

    • ';
    • 27/03/2012

      Présenter la démarche créative et la genèse de l’œuvre chez Matisse telle semble l’ambition de l’exposition de ces « Paires et Séries ». La visite invite le spectateur à effectuer un jeu constant de confrontation des toiles présentées côte-à-côte. Souvent réalisées de manière rapprochée dans le temps, elles sont comme l’expression du doute de Matisse, mais aussi comme le résultat du travail incessant de sa technique picturale, la démonstration de l’acuité de son regard, et le questionnement du rapport entre le peintre et son œuvre. Véritable exploration, nous suivons la démarche de l’artiste et les étapes d’élaboration de sa toile : variations autour d’un thème, collages, et photographies documentant les différents états de l’œuvre qu’il qualifie de tableau d’expérimentation (on est d’ailleurs étonnés du nombre d’essais précédant la toile définitive, comme pour [La blouse roumaine]. Très vite, on commence à penser qu’il s’agit d’une exposition sur les points de vue autant compris comme l’angle d’observation du peintre qui produit la toile, la focalisation de son regard sur un détail de ce qui est représenté [Le bras & La robe rayée], le regard de celui qui observe l’œuvre, le jeu des personnages peints ou suggérés (comme les accessoires du peintre dans [Intérieur, bocal de poissons rouges]) en opposition aux objets inanimés, l’introduction de faux-semblants : un personnage est représenté avec des deux portraits accrochés au mur et un miroir qui le duplique dans [Les marguerites & La liseuse], l’importance de ce qui se joue hors champ (où on devine une situation une saison etc…) , que comme l’état du peintre qui saisit un moment, une attitude [Vu dans un fauteuil, plante verte], une vérité de la Nature. Ces impressions sont tangibles dans les toiles du [Pont Saint Michel] par exemple, et sont souvent traduites par différentes techniques empruntées à des courants différents : inspiré par le pointillisme de Signac [Luxe, calme et volupté], la technique cubiste de Juan Gris [Tête blanche et rose], ou le surréalisme de Juan Miro [Nature morte au coquillage]. Enfin c’est souvent dans radicalisation des formes et du regard, que surgit davantage la vie, le détail, la vérité [Vue de Notre-Dame].

    • ';
    • 25/03/2012

      Exposition intéressante, mais trop courte.

    • ';
    • 24/03/2012

      je n’étais pas fanatique de Matisse avant, encore moins après…

    • ';
    • 22/03/2012

      Ca n’a pas été le grand frisson. Les oeuvres juxtaposées se neutralisent et perdent de leur puissance artistique. Enfin, c’est ce que j’en dis… je ne voudrais pas en dégouter les autres

    • ';
    • 19/03/2012

      Sympa…

    • ';
    • 17/03/2012

      Courte exposition présentant de très belles oeuvres de MATISSE, issues de collections parfois lointaines. Passer outre le discours pseudo-scientifique et abscons parasitant l’expo : n’importe qui sait qu’un artiste peut travailler en série, déclinant un thème et/ou une palette. Cette démarche n’est en rien spécifique à MATISSE … Reste l’immense plaisir de déambuler parmi ces traces d’un travail de recherche, ayant souvent abouti à de magnifiques trouvailles !

    • ';
    • 14/03/2012

      parti pris légèrement réducteur, mais on a déjà vu si souvent les oeuvres de Matisse…Ce que j’ai préféré : les « Thème et variations » : un pastel et une suite de dessins, variations sur le même thème dans lesquelles chaque oeuvre mène l’artiste à la suivante, comme il l’écrit lui-même, en partant chaque fois d’un manque, quitte à tout remettre en question : passionnante démarche!

    • ';
    • 12/03/2012

      Pas de découvertes, mais l’ensemble est quand-même très intéressant.. « Nature morte au magnolia » de 1941 sublime..

    • ';
    • 01/05/2012

      C’est une exposition remarquable que celle consacrée à Matisse au Centre Pompidou, parce que, en mettant l’accent sur les paires et les séries, elle force à regarder, à vraiment regarder les tableaux comme on le fait moins naturellement devant un seul tableau.
      Voir la critique complète >>

    • 20/03/2012

      Variations sur un même thème : l’exposition Matisse au Centre Pompidou montre comment, chez le « fauve », les tableaux fonctionnent souvent par paires ou séries. Avec cette obsession : la couleur.
      Voir la critique complète >>

    • 13/03/2012

      Matisse (…) peint double, mais voit autrement. Il expérimente d’après motif. Dans quel ordre les a-t-il peintes ? (…) Comme il y a là de grands experts du peintre, c’est du Sherlock Holmes. (…) Matisse est ce délicat criminel qui noie ses desseins dans la destruction des formes acquises et l’extension du domaine de la couleur. C’est sa lutte. (…) L’exposition (…) n’est ni longue, ni explicite, ni contextualisée, ni purement chronologique. Elle oblige à voir, à sentir, pourquoi Matisse travaille ainsi : une petite porte d’entrée sur l’œuvre entière. Le visiteur qui la franchit est comme le jeune client d’un bordel allant d’une robe et d’un lit à l’autre. Chaque apparentement lui apprend quelque chose, dans l’ordre du geste et du plaisir. (…) La forme selon Matisse est le pur désir jaillissant du motif. Mais le désir, ça se travaille, et le travail, ici, ça se voit.
      Voir la critique complète >>

    • 09/03/2012

      Cette exposition fera date : pour la première fois, on voit souffrir Matisse (…) Il efface, remet sur le métier, dans une douleur qui était déjà celle de Cézanne. (…) Voir côte à côte (…) Intérieur, bocal de poissons rouges du Centre Pompidou et Poissons rouges et palette du Moma, La blouse roumaine et Le rêve, c’est vivre une série de chocs successifs, de secousses électriques, c’est partager les angoisses d’un artiste qui a été longtemps pris pour un adepte du bonheur et de la quiétude.
      Voir la critique complète >>

    • 08/03/2012

      [La] démonstration [de Cécile Debray, commissaire de l'exposition] est (…) un modèle du genre, car elle permet d’observer le processus de création, dans l’atelier, au lieu de dresser une énième statue à l’artiste.(…) Chaque séquence de l’exposition rapproche et compare plusieurs versions de la même composition, une séquence par mur. Le résultat convainc et, parfois, laisse perplexe sur les raisons de l’artiste (…) [Les précautions] n’ont pas toujours suffi – et ce sont ces éblouissants instants d’égarement que l’on préfère aujourd’hui.
      Voir la critique complète >>

    • 08/03/2012

      C’est une exposition de dimension modeste mais son propos original dévoile un aspect rarement évoqué du peintre : ses tableaux réalisés par paires ou séries sur un même thème, avec des variations de styles, de cadrages ou de temps… (…) Depuis les deux Nature morte aux oranges de 1898-99 jusqu’aux quatre Nu bleu de 1952, l’accrochage montre combien cette pratique du dédoublement en peinture a traversé toute la carrière de Matisse.
      Voir la critique complète >>

    • 07/03/2012

      L’exposition rassemble une sélection exceptionnelle de chefs-d’oeuvre empruntés à des collections publiques et privées souvent réunis pour la première fois depuis l’époque de leur création. Ces ricochets formels placent le spectateur au plus près de la réflexion du peintre.
      Voir la critique complète >>

    • 07/03/2012

      « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage » : s’il est un peintre qui a suivi le conseil accablant de Boileau aux poètes, c’est bien Matisse. À ceci près que la répétition, dans l’exposition « Paires et séries », permet surtout de multiplier le plaisir. (…) Au final, l’exposition du Centre Georges Pompidou a le mérite de libérer l’art de Matisse de son apparente gratuité.
      Voir la critique complète >>

    • 07/03/2012

      L’effet produit par certains rapprochements est saisissant. (…) En multipliant les explorations plastiques, l’artiste cherche à garder la fraîcheur spontanée du premier jet dans un tableau formellement plus réfléchi. L’exposition refusant volontairement d’expliquer la démarche mentale et créative du maître, la confrontation des paires peut toutefois vite prendre l’allure d’un « jeu des sept erreurs ».
      Voir le site >>

    • 01/01/1970

      Le parcours de l’exposition Matisse, au Centre Pompidou, déroule une soixantaine de tableaux, accrochés généralement par paires. Comme Monet l’avait fait avant lui, prenant pour motifs les nymphéas ou la cathédrale de Rouen, Matisse a adopté le procédé de la série. (…) L’idée de la confrontation est originale.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (402)

    • clem
    • flomaes
    • corinegodiard
    • agnes
    • dann
    • nanou
    • missloulou89
    • delphinequartetqueme
    • sacharey
    • hadrien
    • judith.lasry
    • mathilde.simonian
    • coline14
    • alexandrafehlauer
    • babelonflorens
    • laurefarantos
    • lodang
    • sandou2b
    • annabel-laso
    • stephaniebordes
    • jcs
    • oriane.tusauraspas
    • maxbonhomme
    • daphne_krzisch
    • j-m-la-pluie
    • orianne.lieurain-minella
    • eboschi
    • fabienne.hippolyte
    • g-defour
    • chloe.bringuier
    • caoloun
    • clotilde.pointivy
    • f.travetto
    • jean.csap
    • bresson.claire
    ...et 367 autres personnes

    Ils l'ont vue (290)

    • oanell
    • varna
    • mc.monfrais
    • gaelleschlachter
    • louise.gombert.5
    • MarineBrnt
    • victran
    • celinemaguet
    • merinos.melissa
    • nick
    • annelise.paillet
    • flore
    • anne.pauline.mathieu
    • e.onfroy
    • helixfelix
    • alice.martel
    • joh-peccadille
    • aurore.sun
    • cecile_r
    • ma
    • bolivar70
    • katellruellan
    • eleonore.dornano
    • gbigio
    • codubois
    • suguye234567
    • la.styliste
    • rejanews
    • marie.adamski
    • lulu
    • pppoooppp
    • Simeonbrault
    • xjgs
    • delphine
    • laurence.benoit
    ...et 255 autres personnes