Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Artemisia

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Artemisia et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Artemisia

Artemisia Gentileschi, Giuditta decapita Oloferne

1612, huile sur toile, 159 x 126 cm, Naples, Museo Nazionale di Capodimonte

Artemisia Gentileschi, Danaë

1612, huile sur cuivre, 41,3 x 52,7 cm, Saint Louis, The Saint Louis Art Museum

Artemisia Gentileschi, Maddalena

1630, huile sur toile, 65,7 x 50,8 cm, Rita R.R. and Marc A. Seidner Collection

Artemisia

Pouvoir, gloire et passions d’une femme peintre (1...

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Artemisia dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Exposition + Mus 13 € Achetez vos billets >

    À l’aube du XVIIe siècle en Italie, quand les femmes étaient mineures à vie, quand elles appartenaient à leur père, à leur mari, à leurs frères ou à leurs fils, Artemisia Gentileschi a brisé toutes les lois de la société en n’appartenant qu’à son art. L’exposition retrace les principales étapes de sa carrière : - Les débuts à Rome aux côtés de son père, grand peintre baroque. - Les années florentines sous la protection du Grand-duc de Médicis et l’amitié de Galilée. Elle sera la première femme admise à l’Accademia del Disegno. - Les années 1620 à Rome : on l’y retrouve chef de file des peintres caravagesques, amie des grands maîtres tels que Simon Vouet et Massimo Stanzione, et reconnue par les plus grands collectionneurs européens. - La période napolitaine verra son apothéose. Pendant vingt-cinq ans elle dirige son atelier et forme les grands talents qui prendront la suite : Cavallino, Spardaro, Guarino…

    Dates 14/03/2012 - 15/07/2012
    Domaine peinture
    Période XVIIe siècle
    Site officiel Musée Maillol – Fondation Dina Vierny
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 05/08/2012

      Pas de révolution picturale pour ce peintre largement inspirée du Caravage (thématiques, maîtrise du clair-obscur…) mais une des seule femmes-peintre de l’époque qui passera à la postérité. Magistrales déclinaisons de Judith et sa servante, assassinant son bourreau, écho à l’histoire personnelle d’Artemesia, violée dans son enfance. La figure de la femme, forte, libre, déterminée est magnifiée tout au long de l’exposition. Une belle découverte.

    • ';
    • 17/07/2012

      Artiste féminine qui su s’imposer à une époque où peu de femmes émergeaient. Expo très intéressante qui permet de mieux connaître l’artiste et son œuvre.

    • ';
    • 13/07/2012

      Une mise en espace très classique avec un éclairage pas toujours approprié. Reste que les oeuvres d’Artemisia sont saissantes. Les figures féminines reflètent la liberté, la force de caractère qui la caractérisait.

    • ';
    • 13/07/2012

      Une artiste à découvrir autour de l’ombre et de la lumière… Belle scénographie qui permet de la suivre et la comprendre de façon chronologique. Par contre on ne comprend pas que pour suivre le fil chronologique justement, il faut monter d’abord à l’étage et ensuite descendre au rez-de-chausée. Je n’ai pas vraiment aimé ce musée, beaucoup trop petit et rempli de personnes âgées, se bousculant, et se pressant, sans politesse. Mais peut être suis je tombée un mauvais jour ! Mis à part cela, je ne connaissais pas l’artiste et j’ai été séduite par tant de personnalité et de caractère !

    • ';
    • 12/07/2012

      Exposition intéressante et bien structurée sur une artiste peu connue du grand public.

    • ';
    • 30/06/2012

      J’ai beaucoup aimé sa maitrise de la lumière et son sens du drame, mais la répétition des thèmes devient lassante.

    • ';
    • 29/06/2012

      Agréable découverte d’une production picturale plutôt inégale. La scénographie et le parcours de l’exposition sont néanmoins très décevants.

    • ';
    • 28/06/2012

      Très bel ensemble, même si des chefs-d’œuvre (le « Judith et Holopherne » dont l’affiche montre un détail, ou encore le « Judith et sa servante Abra » du Palazzo Pitti) voisinent avec des œuvres de qualité bien moindre (œuvres d’atelier ou copies).

    • ';
    • 24/06/2012

      Artiste intéressante à découvrir mais la disposition des oeuvres peut être un peu déroutantes.

    • ';
    • 05/06/2012

      Toiles sublimes et mise en espace excellent: coup de coeur!

    • ';
    • 28/05/2012

      Quelle femme étonnante que cette Artemisia Gentileschi, fille du maître baroque du même nom ! Quelle femme libre, déroutante et immensément douée pour la peinture de haut niveau ! Le musée Maillol nous présente des oeuvres très impressionnantes.Tant par la profondeur des sentiments exprimés, que par la recherche chromatique et l’extraordinaire plasticité des corps et des tissus. Cette femme ayant vécu à Rome, Florence et surtout à Naples (où elle posséda un atelier de renom et des élèves en grand nombre) a su absorber diverses influences, dont celles du maniérisme, de Michel Ange, de Caravage et des écoles nordiques même. Elle a rencontré Vouet et a assimilé sa gaieté colorée ! Mais elle en a tiré un style spécial : monumental et pourtant intime quand il s’agit de souligner la douleur des personnages, leur recueillement et leur retenue. J’ai été happée par des tableaux fascinants. Surtout ceux de Cléopâtre, Lucrèce, Madeleine… Tant de destins tourmentés et violents, qui ne peuvent que faire écho à son drame personnel : un viol. Et pourtant ! Comme son art a dû la sauver du désespoir ! On sent une hauteur de vue, une ampleur du geste, un envol qui transcendent les codes baroques pour interpeller plus profondément le spectateur. C’est une peinture virile, parfois tendre, souvent animée d’un souffle puissant. Quand Artemisia disait qu’elle avait « l’âme de César dans un corps de femme », je veux bien la croire ! On sent la virtuose, la conquérante, l’érudite qui se fait pourtant suave dans les sentiments maternels (voir ses vierges à l’enfant émouvantes) ou religieux (un SUBLIME petit tableau peint sur pierre, sur le lapis-lazuli, donne à voir un David pensif penché sur la tête de Samson, à ses pieds. J’en suis restée bouche bée. Tant de délicatesse dans le pinceau de cette femme peintre, fatalement endurcie par son traumatisme).

    • ';
    • 21/05/2012

      L’Histoire de cette femme est incroyable, tout comme la maîtrise des lumières (début du Caravanage), son étonnante modernité dans les traités picturaux. Cependant l’exposition peine à trouver une continuité tant Artémisia a répété les mêmes thèmes du bain de Bethsabée à la mort d’Holopherne. De plus, je ne comprends pas l’intérêt des 2 dernières salles qui ne regroupent aucune oeuvre de l’artiste. C’est une exposition tout de même réussie car elle met en lumière le talent et le côté novateur de cette artiste, seule femme de l’Académie.

    • ';
    • 18/05/2012

      Au-delà de la légende, de la biographie il y a bien une artiste vibrante. La disparité entre des oeuvres fascinantes et d’autres médiocres est une énigme d’autant que contrairement à tant d’autres peintres cette différence de qualité n’est pas liée à des « périodes ». Au total une exposition contrastée mais passionnante.

    • ';
    • 14/05/2012

      une vraie découverte ! L’exposition est bien faite, quoiqu’un peu déroutante au départ car elle n’est pas chronologique. Les oeuvres sont exceptionnellement belles , à la croisée des chemins entre Le Caravage et Georges de la Tour…Elles sont d’une rare puissance, d’une grande violence parfois, mais en restant toujours d’abord belles. La salle des « disciples » n’apporte vraiment rien à l’exposition, c’est, à mon avis, la seule restriction.

    • ';
    • 12/05/2012

      vraiment belle expo, avec de très belles toiles

    • ';
    • 04/05/2012

      Les personnages ne semblent pas crédibles pour le motif où ils sont représentés

    • ';
    • 03/05/2012

      comme toujours au musée Maillol, une très riche exposition présentant des œuvres d’exception.

    • ';
    • 01/05/2012

      des peintures magnifiques d’une artiste fascinante à noter cependant le prix de l’expo un peu cher si l’on compte le prix de l’entrée + l’audioguide

    • ';
    • 30/04/2012

      J’avais vu il y a quelques années le film racontant son histoire et j’étais impatiente de voir ses toiles. Je ne fus pas déçue. Très beau, bon moment.

    • ';
    • 11/04/2012

      Passionnante expo à la fois découverte (pour moi) d’une peintre majeure de son temps et d’une femme libre. NB pour PPP : la toile « Suzanne et les vieillards » y est bien exposée (au 1er étage) dans la même salle que les 3 vierges allaitantes. Evidemment Judith et Holopherne (robe bleue) est fascinante. Relire ou lire « Vingt ans et un jour » de Jorge Semprun.

    • ';
    • 06/04/2012

      Très belle exposition !

    • ';
    • 16/03/2012

      Cette expo permet de se faire une très bonne idée de l’oeuvre d’Artemisia. Personnellement je trouve que les tableaux de jeunesse et jusque dans les années 1620 sont les plus puissants.. Les versions présentées de « Judith et Holopherne » sont magnifiques, celles de « David et Bethsabée » sont d’une qualité un peu moindre. A signaler l’absence de ses chefs d’oeuvre les plus connus – pas de « Suzanne et les vieillards » de 1610, ni de son autoportrait de 1630 qui est à Londres..

    • ';
    • 22/03/2012

      L’exposition elle-même souffre de quelques défauts : d’abord des textes grandiloquents et ‘psychologisants’ qui imposent une vision et une seule de son travail à la lumière de sa vie. C’est une bonne peintre, mais le flot de louanges hagiographiques est ici un peu excessif. Ensuite, un parcours assez chaotique, (…) commençant par ses dernières années (…); enfin, des attributions assez généreuses, alors que bien des toiles proviennent de son atelier, mais pas nécessairement de sa main.
      Voir la critique complète >>

    • 19/03/2012

      Autant dire que les historiens connaissent sa vie jusque dans ses détails privés. On s’attendrait donc à ce que son oeuvre ne pose guère de problèmes. L’exposition démontre l’inverse, en s’attachant de façon presque exclusive à des questions de chronologie et d’attribution. Elle concède le strict minimum au viol, et à ce que pouvait être, au XVIIe siècle en Italie, la position sociale d’une femme peintre.
      Voir la critique complète >>

    • 16/03/2012

      Voilà une vraie découverte que propose la Fondation Dina-Vierny en consacrant ses cimaises à la figure assez méconnue de l’artiste Artemisia Gentileschi, peintre et femme, active à Florence, Rome, Venise et, surtout, à Naples (…). L’exposition insiste plutôt sur la période la plus féconde de l’artiste, de “Danae” “Judith et Holopherne”, thèmes si connus et traités à la manière du Caravage mais portés par un réalisme violent. Portrait d’une peintre rare.
      Voir la critique complète >>

    • 16/03/2012

      La présente rétrospective comprend plusieurs nouvelles attributions et informations mais demeure encore hésitante sur les différentes mains intervenues dans l’atelier d’Artemisia. Cela donne des morceaux de peinture inégaux et quelques joyaux tragiques.
      Voir la critique complète >>

    • 16/03/2012

      Dans cette exposition, à la scénographie très aérée mettant en valeur par des tentures de couleurs sobres les grandes toiles d’Artemisia, les commissaires ont voulu « faire comprendre l’évolution stylistique de cette jeune femme qualifiée de ‘peintre caméléon’ (…) Grâce à des prêts exceptionnels de collection privées et « des découvertes sensationnelles » au moment des recherches pour l’exposition, le parcours artistique atypique d’Artemisia est redécouvert après des années d’oubli (…)
      Voir la critique complète >>

    • 14/03/2012

      Quelle vie ! (…) [Artemisia] associe la dramaturgie du Caravage à la précision du dessin de son père. Elle applique à la religion une sensibilité originale, pleine de finesse psychologique (…). [Son] autoportrait de 1637 semble perturber les genres avant l’heure : le portrait d’homme qu’elle est en train de peindre ressemble à un miroir dans lequel elle se mire. C’est assez pour faire une exposition, ça suffit pour aller la voir. La peinture ne se limite pas à quelques chefs d’œuvre connus !
      Voir la critique complète >>

    • 14/03/2012

      On sait d’ailleurs gré aux organisateurs de ne pas avoir trop insisté sur [l']aspect biographique. On est là avant tout pour la peinture (…) On appréciera aussi la présentation de peintures (…) ainsi que la qualité de la scénographie. L’exposition en elle même possède de nombreuses qualités mais aussi quelques défauts qu’il est difficile de passer sous silence.(…) Cette exposition pose de nombreuses questions ce qui est passionnant pour les historiens de l’art. Le grand public y trouvera aussi son compte même s’il risque parfois d’être un peu dérouté par les différences de qualité.
      Voir la critique complète >>

    • 14/03/2012

      Présenté dans une scénographie somptueuse, son oeuvre recèle encore de nombreuses interrogations quant aux datations, influences et attributions. (…) Bien que l’exposition et le catalogue fassent trop peu état des tâtonnements de la recherche, ils permettent de porter un nouvel éclairage sur l’art d’Artemisia Gentilleschi. Le musée Maillol est le témoin d’une histoire de l’art en train de s’écrire.
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (264)

    • corinegodiard
    • agnes
    • BeMartine
    • dann
    • brokenglass
    • judith.lasry
    • mathilde.simonian
    • sophie
    • pazuzu
    • babelonflorens
    • mc.monfrais
    • sarah.zennou
    • a.benhayoun
    • sandou2b
    • louise.gombert.5
    • Argonaute du Pacifique
    • diane-d
    • maxbonhomme
    • expos
    • nick
    • clotilde.pointivy
    • anne.pauline.mathieu
    • jean.csap
    • joh-peccadille
    • yolene.louison
    • oliviercostil.journaliste
    • lulith-hichihara
    • julie.eugene
    • eleonore.dornano
    • jennyfer_w
    • gisele-dronne
    • marie.adamski
    • jade.jutrovic
    • pescot
    • xjgs
    ...et 229 autres personnes

    Ils l'ont vue (101)

    • MarineBrnt
    • victran
    • cebolang
    • flore
    • e.onfroy
    • n.hoang
    • bolivar70
    • rejanews
    • balestrerilucile
    • mc.blanc
    • julie.monne
    • felip19
    • MasterOogway
    • kfauconnet
    • morganemorganti
    • melanie.laneyrie
    • gunnel.marielouise
    • mariapia
    • PPP
    • Aramusan
    • yavgfr
    • gallais-d
    • goobitchou
    • Aurelie
    • oriane_b_parker
    • sandrine-drine
    • marion-a
    • catherineterrien
    • jeanpierre.jomeau
    • Bianca9
    • Yogidragut
    • lea
    • eric.faussabry
    • arnaud_degiovanni
    • titisa91
    ...et 66 autres personnes