Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Ryan Trecartin et Lizzie Fitch

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Ryan Trecartin et Lizzie Fitch et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Ryan Trecartin et Lizzie Fitch

Ryan Trecartin, Negative Beach + Lizzie Fitch

2010 91.4 x 61 cm C-Print

Lizzie Fitch and Ryan Trecartin Agenda Pusher

2008 Paris

Ryan Trecartin Ready (Re’Search Wait’S)

2009-2010 HD Video, 26:50

Ryan Trecartin et Lizzie Fitch

Any ever

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Ryan Trecartin et Lizzie Fitch dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Depuis plus de cinq ans, ils développent à travers vidéos, installations et sculptures un monde où la culture consumériste et les relations intergénérationnelles sont amplifiées jusqu’à l’absurde. Ryan Trecartin et Lizzie Fitch travaillent ensemble, la fonction de chacun variant selon les projets. Pour les vidéos, Ryan Trecartin écrit les scénarios, dirige les acteurs et réalise le montage, tandis que Lizzie Fitch se charge de la production. Pour les installations et les sculptures, leur collaboration est fluide, quoique spécifique. Le rôle de chaque intervenant est d’ailleurs toujours détaillé dans le générique des films ou les crédits des œuvres plastiques. Au-delà du rapport auteur(s)-collaborateur(s), leur travail invente une forme nouvelle de création collective. Dans ses vidéos, Ryan Trecartin fait figure d’homme-orchestre, bien que les rôles tenus par ses amis soient autant de performances individuelles. Les personnages se mélangent, fusionnent, se subdivisent… Le genre, l’âge, l’apparence et la fonction sont autant de données aléatoires dont la permutation sert de ressort à la fiction. Any Ever est un univers en expansion. On n’y pénètre qu’en acceptant de réexaminer les codes du monde réel et les règles du langage. La trilogie Trill-ogy Comp (2009) et les quatre films qui composent Re’Search Wait’S (2009-2010) se développent dans l’espace de l’ARC à l’intérieur de pièces destinées à être habitées comme la scène d’un théâtre : chaque vidéo possède ainsi son lieu propre où le son a un rôle à part entière. Elaborée depuis deux ans avec les artistes, l’exposition du musée d’Art moderne de la Ville de Paris est conçue comme un environnement protéiforme. Le spectateur est entraîné dans un copier-coller sans fin, anarchique et jubilatoire. Cependant, aucun de ces récits n’est univoque ; les comportements s’y répètent en boucle ou soudain échappent aux motivations qui avaient semblé les guider

    Dates 18/10/2011 - 08/01/2012
    Domaine vidéo
    Période XXIe siècle
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 21/12/2011

      L’exposition était – de l’extérieur – très alléchante : société de consommation, oeuvres vidéos / installations, (contre)esthétique de réseaux sociaux… Et de l’intérieur, la scénographie est selon moi la chose la mieux réussie; les oeuvres vidéos et sculptures devraient faire l’objet d’une vraie médiation.

    • ';
    • 11/12/2011

      expression du grotesque de la culture de masse occidentale … Les videos valent beaucoup mieux que les « bric à brac » jonchant la première salle …

    • ';
    • 24/11/2011

      les 3/4 de l’expo sont consacrées aux oeuvres vidéos du duo d’artistes réparties dans plusieurs salles en enfilade au mobilier divers et qui propose de profiter de ces meubles (canapés, lits, chaises, poufs…) pour regarder les vidéos. Les sculptures m’ont paru plus intéressantes particulièrement celles réparties dans la salle Dufy accessible pour tous.

    • ';
    • 27/11/2011

      Une représentation absurde du consumérisme américain. (…) Leurs vidéos, inspirées de la téléréalité, dépeignent un monde absurde, dominé par le consumérisme et la technologie. « Du réalisme hystérique », selon un critique américain. Cartésiens s’abstenir.
      Voir la critique complète >>

    • 13/11/2011

      Un travail explosif, coloré et mordant exposé au musée d’Art moderne de la ville de Paris. (…) un ensemble de films et quelques sculptures dont la simple vision ne peut que décontenancer, si elle ne le choque pas, le visiteur: montage saccadé, voix off et dialogues vociférés, quasiment inaudibles, personnages maquillés, travestis, clownesques.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (55)

    • mathilde.simonian
    • laurefarantos
    • henri-wormser
    • lamanuelita
    • jean.csap
    • amelie.lemaux
    • lulith-hichihara
    • julie.eugene
    • eleonore.dornano
    • Flowersonthewall
    • blackbarbak
    • fabmuse56
    • alba-r
    • cyrildejean
    • renise_82
    • morgane.baer
    • cl.lafuente
    • helosnow
    • manguee
    • margueritelaborde9002
    • artinleila
    • Sofka
    • melchior.rothstein
    • elsatoporkoff
    • angelica.vincent
    • morganouledoze23
    • morwenna_84
    • alixbenoistdanthenay
    • adrian-hernandez-vazquez
    • nicolas-z
    • lea_tissier
    • mikhailpavlov
    • marie-b
    • solene.buffier
    • marie-ange-biteau
    ...et 20 autres personnes

    Ils l'ont vue (27)

    • varna
    • alice.martel
    • aurore.sun
    • gallais-d
    • Ansid
    • vanros
    • tara-q
    • charlottecornaton
    • ines-m-
    • schoeppe
    • techer_angie
    • simonepiangerelli
    • contact6395
    • catherine.turan
    • alexandra.diollot
    • huguette.brasillet
    • claire.maira.rochet1319
    • sophie.caron
    • lorha.22
    • myriam.boutry
    • julie_leniniven
    • pierref.galpin
    • lucile.humbert
    • camille.bari
    • s.raffaini
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.