accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Baselitz sculpteur

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Baselitz sculpteur et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Baselitz sculpteur

Georg Baselitz, Ohne Titel / Sans titre

1982 Collection Froelich, Stuttgart Photo : Jochen Littkemann, Berlin

Georg Baselitz, Ohne Titel / Sans titre

1982 – 1984 Scottish National Gallery of Modern Art,Edimbourg Acquis avec l’aide d’Art Fund ( William Leng Bequest ) 1989 Photo : Jochen Littkemann, Berlin

Georg Baselitz, Volk Ding Zero – Folk Thing Zero

2009 Collection privée, Courtesy Thaddaeus Ropac, Paris – Salzbourg Photo : Jochen Littkemann, Berlin

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Arte – Baselitz sculpteur au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris - 3/10/2011

    /

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Baselitz sculpteur dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris organise une exposition consacrée aux sculptures de Georg Baselitz (né en 1938). Cette manifestation proposera une lecture rétrospective d’un des aspects de l’œuvre de cet artiste allemand, d’abord peintre et graveur, en présentant, la quasi-totalité d’une production peu montrée en France qui s’étend sur plus de trente ans. Désormais autonome par rapport à la peinture, la sculpture de Baselitz, qui occupe une place privilégiée au sein de son œuvre, a gagné en monumentalité. Une quarantaine de sculptures en bois peint exécutées entre 1979 et 2010 montreront le cheminement d’un artiste qui a contribué au renouvellement du langage de la sculpture d’aujourd’hui. En contrepoint des sculptures, plusieurs peintures et œuvres sur papier de Baselitz éclaireront l’extrême cohérence d’une œuvre, quel que soit le médium dans son traitement de la figure, des sources et le défi aux règles habituelles de la perception. La présentation d’un grand ensemble de dessins mettra en évidence le lien avec les sculptures, qu’il s’agisse d’esquisses ou d’évocation de formes en trois dimensions : corps et têtes. En raison de l’échelle de ces sculptures, Baselitz travaille le bois à la tronçonneuse et à la hache. Le caractère brut -voire brutal- et primitif de cette technique lui permet d’exprimer un autre radicalisme. Alors que dans sa peinture, le renversement de la figure lui a donné « la liberté d’affronter réellement les problèmes picturaux. », Georg Baselitz estime que la sculpture est le « chemin le plus court » pour traiter de questions fondamentales. Artiste érudit et grand collectionneur, il puise ses thèmes dans différents primitivismes (art tribal, populaire) qu’il enrichit de nombreuses références à la tradition occidentale (maniérisme italien, Edvard Munch, Picabia).

    Dates 30/09/2011 - 29/01/2012
    Domaine sculpture
    Périodes XXIe siècle, XXe siècle
    Site officiel Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (MAM)
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 31/01/2012

      Une très belle découverte! L’oeuvre sculpté de Baselitz est fort et puissant, j’ai été particulièrement touchée par la vive expressivité de la série des femmes de Dresde.

    • ';
    • 20/01/2012

      C’était une découverte pour moi et j’aime assez finalement ces sculptures taillée à coup de hache ou de tronçonneuse si surprenantes, particulièrement l’ensemble des têtes de femmes jaunes. Par contre, le nouvel accrochage du MAM me déçoit un peu car dans mon souvenir il y avait plus de Modigliani, Soutine, Chagall … et là très peu, mais où sont-ils passés ??? sacrifiés pour De Chirico sans doute. Domage.

    • ';
    • 08/01/2012

      Magistrale expo. La scénographie est un modèle du genre, épurée et au service des oeuvres. J’ai une admiration très modérée pour l’oeuvre de Bazelitz mais là, c’est absolument exceptionnel et à voir absolument. D’accord avec Christiane, la vidéo est mortelle

    • ';
    • 29/12/2011

      c’était merveilleuse. j’ai adorée…

    • ';
    • 14/12/2011

      éviter absolument la vidéo à pleurer d’ennui

    • ';
    • 12/12/2011

      Une expo très agréable à parcourir; beaucoup d’espace pour observer les sculptures de l’artiste.

    • ';
    • 11/12/2011

      Les sculptures : la facture volontairement frustre dissimule difficilement une connaissance approfondie de l’anatomie et l’expression de tensions … Baselitz est un grand sculpteur, capable de transmettre de l’émotion, notamment à travers ses femmes de Dresde, portant les stigmates de terribles bombardements … A l’inverse, les peintures récentes, pointillistes, manquent de la force irradiant ces oeuvres plus anciennes.

    • ';
    • 24/11/2011

      Très très belle expo, une variété des formats des toutes petites réalisations sculptées dans la salle des dessins aux oeuvres monumentales. une scénographie ultra sobre mais particulièrement efficace, le musée à su ménager assez d’espace pour prendre de la distance et tourner autour de chaque oeuvre.

    • ';
    • 21/11/2011

      Baselitz est un artiste « chtonien », les sabots dans le sol et le corps aussi. Ses sculptures sont magnifiques comme des forêts. L’exposition nous les dévoile dans une scénographie épurée. Heureuse idée que d’avoir aussi présenté une série de peintures récentes, avec ces fameuses têtes ou corps humains retournés ! En revanche je suis resté perplexe à la lecture des textes de salle, pas très bons selon moi, où l’on retrouve, comme trop souvent dans les musées, des références que le visiteur est supposé avoir déjà acquises.

    • ';
    • 17/11/2011

      J’avoue ne pas avoir été sensible à son univers. Absence de grace. Les peintures à la fin sauvent un peu l’expo. Le film ne permet pas du tout d’éclairer les choix de l’artiste. Plutôt déçue.

    • ';
    • 08/10/2011

      « Dans le fond toutes ces sculptures sont empreintes d’une haute culture. Elles sont très loin de la forme naturelle. Ce sont des inventions. » 1983. Sculptures à la hache, sur du bois, l’essence même, du tilleul bien souvent, retour aux sources naturelles pour matière à travailler, à façonner. Il ne s’agit pas d’une recherche d’esthétique, ni d’harmonie, il s’agit davantage de l’étude de la masse dans, à travers l’espace. Les figures sont androgynes, parfois piliformes, l’expression du brut mise en forme sur ces personnages extravaguant : surprenant par leur ampleur, leur consistance, leur expression. Utilisations par touches des couleurs primaires sur la plupart des sculptures. Concernant la peinture, je n’y vois pas grand intérêt, éclaboussures, et traits apparent de pinceaux, de rouleaux. Dessins à travers lesquels on ressent la torture. Simplistes représentations du visage, du crane qui renvoient à une réflexion sur l’existence même. Des corps difformes que l’on confondrait presque avec des visages rond notamment OHNE titel sans titre crayon et fusain sur papier collection particulière 1992. Dans les dessins, le corps de l’homme nu, sans décor, sans ornement ni fioriture, seul, dans l’espace… Différentes techniques sont utilisées sur le papier ; crayon, fusain, encre de chine, et craie noire, travail du trait plus ou moins épais, plus ou moins marqué. Ces dessins marquent une idée qui prend forme, qui murit au fil des traits, des esquisses. Les Corps sont mutilés, le travail à la hache incite nécessairement plus facilement à une réflexion sur le démembrement, sur l’amputation stricte, nette, anormale ne correspondant pas aux corps dans son entité réelle, le rouge vif ; le sang évidemment. Fragments Influence de l’iconographie du réalisme socialiste du modèle qu’était la RDA, représentation de la femme, colossale gigantesque On aime moins les portraits monumentaux de 2003 à 2004 ; too much.

    • ';
    • 30/09/2011

      La plus belle exposition de la rentrée ! Lire la critique : http://parcours-art.blogspot.com/2011/09/baselitz-sculpteur-bouleversantes.html

    • ';
    • 21/10/2011

      Le parcours est simplement chronologique, complété par quelques peintures récentes et un ensemble de dessins inédits. (…) Etrange ensemble donc que cette cohorte de figures ici réunies et qui occupent remarquablement les volumes du musée pour constituer une expérience un peu déroutante.
      Voir le site >>

    • 15/10/2011

      Ses premières oeuvres (…) frappent par l’énergie et la brutalité qu’elles apportent dans un monde habitué aux surfaces polies, aux courbes élégantes, aux matériaux délicats et aux multiples tirages en bronze. (…) La plupart du temps, le dos des personnages comme l’arrière des têtes sont inexistants – ou maladroits, idiots, bâclés.(…) Baselitz sculpte des pantins sans mouvement, sans tension dans le modèle, sans courbe, sans sensualité, sans ce qui fait le langage si singulier de la sculpture – sans vie, donc.
      Voir la critique complète >>

    • 14/10/2011

      C’est (Modell für eine Skulptur) qui ouvre cette exposition rétrospective, très complète. Tragique en diable est la série des Femmes de Dresde (…). Présenté(e) ici en haut des marches, en surplomb, comme un calvaire vers lequel on monterait, comme un sanctuaire dont on devrait gravir les marches à genou, (elle) représente un des moments les plus forts de l’exposition. La salle suivante, justement, est une chapelle (…). Cette salle-chapelle, venant aussitôt après l’effroi face aux Femmes de Dresde en contre-plongée, n’apaise pas mais génère une calme mélancolie.
      Voir la critique complète >>

    • 10/10/2011

      Artiste érudit, Baselitz retrouve dans la sculpture le geste des premiers créateurs. L’exposition parisienne permet de découvrir, dans un parcours aéré et thématique, les plus belles de ces réalisations en trois dimensions. Un art brut, puissant, poétique, tragique mais laissant également place à l’humour quand il se centre sur lui-même.
      Voir la critique complète >>

    • 10/10/2011

      La sculpture et l’espace, voilà une conjugaison un peu oubliée en ces riches heures des installations post-conceptuelles. Elle nous revient en force. Celle du bûcheron qui taille le bois directement à la hache dans son atelier et du peintre invétéré qui dessine presque avec la lame. Mâle à la beauté sévère, Baselitz crible ses visages entre totems et figurines de griffures que souligne ou contredit la peinture, souvent tendre. (…) Cette épopée plastique trouve toute sa troisième dimension dans la rotonde haute du Musée d’art moderne de la Ville de Paris (les sept têtes au jaune franc des Femmes de Dresde, splendide chœur antique planté sur les marches).
      Voir la critique complète >>

    • 30/09/2011

      La succession chronologique des œuvres montre qu’il n’est pas de ceux qui survivent à leur génie : depuis les premières tentatives des années 1980 pour restituer la brutalité de l’être, jusqu’aux autoportraits monumentaux les plus récents, l’art de l’entaille qui lui est propre ne cesse de s’affiner (…). Toute l’agitation intérieure condensée dans un travail de surface, resserré à son tour dans des contours d’une extrême sobriété. Admirable.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (160)

    • phonad
    • Lutineke
    • corinegodiard
    • zeno34
    • burntovice
    • gean
    • mathilde.simonian
    • coline14
    • babelonflorens
    • mc.monfrais
    • sofinet
    • a.benhayoun
    • louise.gombert.5
    • BCHRISTINEROBERT
    • elodie.jarrier
    • merinos.melissa
    • nick
    • pierre.mariereau
    • philippine.demonval
    • n.hoang
    • jean.csap
    • camilleserra
    • julie.eugene
    • eleonore.dornano
    • ars506
    • marie.adamski
    • Simeonbrault
    • cecile.houchois
    • bruno
    • pescot
    • lu
    • mc.blanc
    • delphine
    • fabienne
    • virginie_pinet
    ...et 125 autres personnes

    Ils l'ont vue (101)

    • varna
    • henri-wormser
    • enora
    • rejanews
    • julie.monne
    • arnal.marchesini
    • amelie.thorel
    • isabelle.k
    • chiemi.sugimoto.161
    • mamzelle_syd
    • lacabane
    • gallais-d
    • emilie.legroux
    • goobitchou
    • vbdone
    • Aurelie
    • Tad
    • maximel
    • Ansid
    • vanros
    • veronique-mueller
    • agathe-r
    • prof.die
    • tara-q
    • paulinewnice
    • cfonder
    • leonie.durr
    • marion.garczynski
    • lutit
    • charlottecornaton
    • pasepartou
    • parcours.art
    • ines-m-
    • schoeppe
    • mllemazzotti
    ...et 66 autres personnes