Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Joachim Koester

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Joachim Koester et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Joachim Koester

Joachim Koester, Variations of Incomplete Open Cubes

2011 Film 16 mm, noir et blanc, muet, 8’15’’ Courtesy Jan Mot, Bruxelles Production Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes Vue de l’exposition Joachim Koester, Of Spirits and Empty Spaces, 10 décembre 2011 – 19 février 2012, Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Joachim Koester à l’Institut d’art contemporain - 13/01/2012

    /

    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L’Institut d’art contemporain invite Joachim Koester à réaliser sa première exposition monographique d’ampleur. Né en 1962 à Copenhague (Danemark), Joachim Koester vit et travaille à Copenhague et à New York. Joachim Koester a participé à la Biennale de Venise (2005) et à la Documenta 10 de Kassel (1997). Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles et collectives à travers le monde : Museo Tamayo, Mexico City (2010); Kestnergesellschaft, Hanovre (2010) ; Turker Art Museum, Finlande (2009) ; Moderna Museet, Stockholm (2007) et en France, notamment au Frac Lorraine, Metz (2009), à la Galerie, Noisy-le-Sec (2007) et au Centre National de la Photographie, Paris (2001). L’exposition de Joachim Koester à l’Institut réunit un ensemble important d’œuvres récentes, principalement depuis 2005, ainsi que des œuvres nouvelles, constituées essentiellement de films et de photographies. L’exposition est conçue par Joachim Koester comme un parcours immersif dans la pénombre, construit dans la totalité de l’espace. Pour lui, cette exposition constitue une matrice dont les éléments (idées, personnages, sujets, émotions) tissent des liens d’une salle à l’autre. Tenant à la fois du documentaire et de la fiction, le travail de Joachim Koester revisite et réactive certaines formes du passé tout en s’attachant aux questions de la conscience et de l’altération des sens. L’artiste développe un principe récurrent de montage de l’image pour s’emparer d’une mémoire collective et mener une exploration à caractère aussi bien géographique que mental. Dans cette «enquête » permanente sur l’épreuve du temps et de l’effacement, Joachim Koester se nourrit de la dualité entre rapport scientifique au réel et expérience sensible. Ainsi, les lieux chargés d’histoire puis désertés, vers lesquels il se tourne, accomplissent souvent, dans leur représentation photographique ou filmique, cette abolition volontaire des frontières entre approche conceptuelle et empirisme. Correspondant à une période-charnière chez Joachim Koester, Message from Andrée (2005) est une œuvre qui comporte pour la première fois un film à effet de clignotement et dont la dimension documentaire est prétexte à une expérience perceptuelle. A partir de là, l’artiste va de plus en plus aller en quête des « esprits ». La « chasse aux fantômes » (« ghost-hunting ») à laquelle se livre Joachim Koester dans ses œuvres, pour remettre au jour des personnes ou des lieux oubliés, a souvent à voir avec l’occultisme, ou avec des rituels expérimentant différents types de perceptions. Sont alors convoqués les recherches chamaniques de Carlos Castaneda, des lieux de magie noire ou de communautés hors-la-loi, ou encore des territoires sujets à une « psychogéographie ». Dans son intérêt pour l’exploration d’un monde mental inconnu, l’artiste revisite les dessins sous mescaline d’Henri Michaux en réalisant un film à caractère « psychédélique » et dont l’effet aveuglant renoue avec une esthétique du clignotement lumineux ou Flicker. Les œuvres récentes de Joachim Koester mettent en scène le corps par la création d’un langage de gestes évoquant sur un mode minimal la question de la transe, d’un corps « habité », comme possédé. Variations of Incomplete Open Cubes est l’une des nouvelles œuvres réalisées par Joachim Koester pour l’exposition à l’Institut. à partir d’une des sculptures minimalistes de Sol LeWitt, l’artiste crée une « danse pour les mains » et donne au corps le rôle de « machine enregistreuse ». La démarche conceptuelle et expérimentale de Joachim Koester, en tension entre rationnel et irrationnel, rejoint en partie les recherches menées par le Laboratoire espace cerveau* de l’IAC. Dans ce cadre, l’artiste propose comme œuvres à l’étude Le rideau des rêves. Visions hypnagogiques présentées par Yann Chateigné, critique d’art, commissaire d’expositions, responsable des arts visuels à la HEAD (Haute Ecole d’Art et de Design), Genève.

    Dates 10/12/2011 - 19/02/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 01/02/2012

      C’est au fil de ses périples, physiques et mentaux, que le plasticien danois a conçu son exposition (…) : il faut accepter de s’y perdre, d’errer comme lui sur la planète au gré de ses phénomènes les plus étranges, d’explorer avec lui les anfractuosités de notre inconscient. (…) l’exposition parvient à [nous] plonger dans un état second sans la moindre substance : si ce n’est l’essence pure de culture underground ici distillée, à sniffer sans modération.
      Voir la critique complète >>

    • 25/01/2012

      Il est des moments où nos corps sont habités (…). Ce sont ces instants de précieuse perdition que Joachim Koester examine dans ses films et photographies. (…) Résultat, une exposition qui se compose comme une psycho-géographie, destinée à mieux déboussoler.
      Voir le site >>

    • 16/01/2012

      Exposition monographique, certes, réellement la première en France pour Joachim Koester ; exposition rétrospective au plein sens du terme de son travail depuis 2003-2005. Avec des œuvres maîtresses qu’il nous est enfin donné de voir. (…) Une (in)complétude que cette traversée aussi rétrospective qu’introspective nous invite à faire l’expérience physique et mentale dans le continuum narratif qu’est Of Spirits and Empty Spaces.
      Voir la critique complète >>

    • 06/01/2012

      Lassante quand l’artiste empile indéfiniment ses sources, de Lovecraft à Burroughs et de Rabelais à Godard, son oeuvre recouvre son pouvoir étrange et envoûtant lorsqu’il filme, de manière distanciée toujours, les acteurs qui se réapproprient par le corps le mythe de la tarentule ou une gestuelle chamanique.
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (1)

    • scillialorage

    Ils l'ont vue (1)

    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.