Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Les Romanov, tsars collectionneurs

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Les Romanov, tsars collectionneurs et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Les Romanov, tsars collectionneurs

Rembrandt (Harmensz Van Rij, dit), David et Jonathan

1642 Huile sur panneau de bois (parquetage) 73 x 61,5 cm Provenance : 1882, Palais de Monplaisir à Peterhof.Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Jan Steen, Le Contrat de mariage

c. 1850 Huile sur toile 65 x 83 cm Provenance : 1882, Palais de Monplaisir, Peterhof. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Nicolas Lancret, Concert au parc

1738 Huile sur toile 61 x 51,5 cm (ovale) Provenance : 1772, collection Louis-Antoine Crozat, baron de Thiers (Paris) Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Les Romanov, tsars collectionneurs

L’Ermitage, la naissance du musée impérial

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Les Romanov, tsars collectionneurs dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Constituées à partir de la fin du XVIIe siècle, les collections impériales russes comptent rapidement parmi les plus importantes d’Europe. Dès 1785, le comte Ernest de Munich le confirme : « Les étrangers et les curieux du pays admis à visiter ces vastes et riches galeries de peinture en admirent avec raison la magnificence ». Le parcours chronologique commence par la présentation des œuvres réunies par Pierre le Grand (1672-1725). Grand curieux et collectionneur averti, Pierre Ier dépêche ses agents dans toute l’Europe pour rapporter peintures et sculptures à Saint-Pétersbourg. Doté d’une prédilection particulière pour l’art hollandais, Pierre Ier acquiert sur le marché de l’art d’Amsterdam des sujets bibliques, comme le magnifique David et Jonathan de Rembrandt, mais aussi des scènes de genre d’une grande qualité, tel Le Contrat de Mariage de Jan Steen, ou encore des marines. L’école italienne est présente à travers une superbe Mise au Tombeau de Garofalo, alors attribuée à Raphaël, cadeau du cardinal Pietro Ottoboni. Souveraine éclairée imprégnée de la philosophie des Lumières, Catherine II (1729-1796) enrichit à son tour les collections et construit le premier espace dédié à leur présentation : le Petit Ermitage, édifié à côté du Palais d’Hiver de 1764 à 1775. Ce bâtiment se révèle vite insuffisant pour abriter un nombre d’œuvres en constante augmentation et le Grand ou Vieil Ermitage est construit peu après, de 1771 à 1787. Catherine II donne à la collection un caractère encyclopédique et voit le moyen d’affirmer son prestige politique. C’est à Paris que Catherine effectue ses principales acquisitions, par l’intermédiaire de correspondants aussi prestigieux que Diderot ou le Baron Grimm. Dans la collection de Jean de Julienne, elle sélectionne entre autres La malade et le médecin de Gabriel Metsu. Mais son plus grand coup est l’achat de la collection du banquier et mécène Pierre Crozat : le Portrait d’acteur de Domenico Fetti, l’esquisse pour L’Entrée de Marie de Médicis à Lyon de Rubens, les Amours à la chasse et la Vénus, Faune et Putti de Poussin, L’incrédulité de Saint Thomas de Van Dyck ou encore le Portrait de jeune homme au chapeau de Greuze font leur entrée dans les collections impériales.

    Dates 26/01/2011 - 15/09/2011
    Domaine peinture
    Périodes XVIIIe siècle, XVIIe siècle
    Artistes Rembrandt
    Nicolas Poussin
    Site officiel La Pinacothèque
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 14/12/2011

      Sympa, mais pas bien commentée

    • ';
    • 15/09/2011

      Vraiment pas intéressante cette exposition. Très gnangnan à part trois ou quatre tableaux (j’adore le Juan Pantoja de la Cruz)

    • ';
    • 10/09/2011

      Comment naît un musée ? Telle est la question à laquelle répondent les deux expositions de la Pinacothèque. Réponse modeste, par le nombre des pièces exposées, mais ne boudons pas notre plaisir : les commissaires de ces expositions ont pu procéder à un choix qui permet de découvrir de très belles toiles, souvent de peintres peu connus. (À elle seule, l’Annonciation de Strozzi mériterait le déplacement.) Les notices murales donnent de bonnes informations sur une histoire avec laquelle peu d’entre nous sans doute sont familiers. On regrettera toutefois la négligence avec laquelle elles sont rédigées. Ainsi à propos de l’impératrice Catherine II : « De tous les souverains de la dynastie Romanov, Catherine II est celle (sic) dont le règne etc. ». Et aussi cette erreur : « Après la chute de Napoléon 1er, la propriété des œuvres d’art dont celui-ci s’était emparé dans différents pays conquis est remise en cause ». Non, après la chute de Napoléon en 1814, Louis XVIII et Talleyrand réussissent à « limiter la casse » : pour ce qui est des œuvres d’art notamment, les Alliés ne touchent pas aux collections françaises, et se montrent même admiratifs du travail de Denon au Louvre. C’est après Waterloo que l’addition va être « salée » (malgré les talents diplomatiques du duc de Richelieu) : occupation militaire du territoire national pendant 3 ans, indemnité de 700 millions de francs, pertes territoriales (notamment une importante partie de la Savoie), et impitoyable démantèlement de nos collections nationales. (Brisé de voir détruite l’œuvre de sa vie, Denon démissionne en octobre 1815).

    • ';
    • 27/08/2011

      La qualité des oeuvres n’est pas en cause mais j’aurai aimé plus d’explication sur le développement de l’Ermitage au fil des ages et plus d’explication sur les oeuvres elles mêmes. De plus, l’organisation même des salles n’aide pas à s’y retrouver.

    • ';
    • 18/05/2011

      Quelques très belles oeuvres dans un ensemble assez médiocre. La présentation, suivant la chronologie des Romanov, manque d’intérêt et de qualité. Décevant.

    • ';
    • 06/05/2011

      Exposition intéressante avec de belles réalisations de Clérisseau

    • ';
    • 02/05/2011

      Une bonne exposition reprenant les œuvres de l’Ermitage. J’ai été particulièrement touché par le Christ du Titien et le portrait de Velasquez. Quelques classiques mais j’ai trouvé l’exposition trop courte. Plutôt, je m’attendais à plus.

    • ';
    • 27/04/2011

      une exposition lucide, pédagogique, avec des oeuvres à (re) découvrir.

    • ';
    • 24/04/2011

      Ce qui m’a étonnée, c’est l’impression de connaitre les tableaux alors que la plupart des artistes m’étaient inconnus. Une belle expo très intéressante.

    • ';
    • 02/04/2011

      Très belle exposition, avec quelques oeuvres exceptionnelles (1 rembradt, 1 Van Dyck par ex.). Je conseille très vivement la visite guidée, la guide est extraordinaire, elle nous transporte dans le temps et ses commentaires sont passionants.

    • ';
    • 30/03/2011

      Belle Exposition. Magnifiques Clerisseau

    • ';
    • 24/03/2011

      Exposition décevante, on attend toujours beaucoup de la pinacothèque …même couplée à l’exposition Esterhazy cela reste moyen.

    • ';
    • 11/03/2011

      De magnifiques aquarelles du palais d’hiver.

    • ';
    • 11/03/2011

      absolument magnifique, à voir toute affaire cessante.

    • ';
    • 11/03/2011

      Sublime…. 2 heures à écouter les commentaires d’une personne qui nous a expliqué certains tableaux… dommage, mais trop peu de temps pour 130 chefs d’oeuvres… Cela fait bientôt un mois que j’ai vu l’exposition, et j’en ai encore plein les yeux…

    • ';
    • 02/03/2011

      Une très belle expo, pas étonnant pour la Pinacothèque qui met en place des expos toujours incroyables, originales ou uniques ! Seul bémol : il n’y a pas d’audioguide en vente (sauf pour les groupes ou visites guidées) donc on reste un peu sur sa faim avec des tableaux qui s’enchainent sans réelles explications. Juste quelques infos sur le Tsar collectionneur du moment : une salle pour Pierre 1er, une autre pour Catherine II etc. C’est regrettable qu’ils ne spécifient pas qu’on peut télécharger l’autdiogude sur le site de la pinacothèque pour 2 euros et l’avoir sur son iphone ou ipod ce qui donne un tout autre visage à l’exposition ! Je l’ai écouté post expo et je revoyais les tableaux par les explications fournies, vraiment précises mais à la fois courtes pour ne pas ennuyer.

    • ';
    • 26/02/2011

      Une collection très riche avec des chefs-d’oeuvre de toute l’Europe… pour tous les goûts! A voir également, la collection des Esterhazy.

    • ';
    • 22/02/2011

      Je confirme : Elisabeth Vigée Lebrun est à admirer !

    • ';
    • 19/02/2011

      De très belles pièces, avec un coup de coeur pour Elisabeth Vigée Lebrun et ses portraits reconnaissables entre tous. A voir !

    • ';
    • 15/02/2011

      nouveau lieu pour la Pinacothèque moins désagréable que le premier bâtiment à mon goût ! les deux expos sont à coupler sinon leur contenu est un peu maigre, de belles expos toutes les deux.

    • ';
    • 13/02/2011

      Joli parcours, joli locaux mais exposition un peu courte à mon sens.

    • ';
    • 02/02/2011

      Un concentré de bonheur, un parcours très bien ordonné, qui permet de suivre chronologiquement la constitution (ou plutôt l’acquisition) de l’immense collection des tzars.. France, Italie, Flandres et Espagne, toutes les écoles y sont présentées par des maîtres absolus Rembrandt, Rubens, Murillo etc. Le seul bémol, les nouveaux locaux de la Pinacothèque ont les mêmes défauts que les anciens, à savoir l’exiguïté. Les jours de forte affluence il est impossible de circuler et visiter normalement..

    • ';
    • 12/03/2011

      Au rez-de-chaussée, florilège russe avec une sélection de cent oeuvres de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg), et au sous-sol, sélection resserrée (cinquante pièces) du musée des Beaux-Arts de Budapest. Avec David et Jonathan, de Rembrandt (1642), côté russe, et une Vierge et l’Enfant avec le petit saint Jean, de Raphaël (1508), côté hongrois, en garants d’un succès annoncé.
      Voir la critique complète >>

    • 24/02/2011

      Les tableaux de l’Ermitage sont parfois (…) inattendus, puisqu’on n’y trouve pas seulement les grands noms tels que Rembrandt, Rubens, Velázquez ou Véronèse (…). Bref, si l’on fait fi de tout ce que, sur le fond, peut avoir de discutable ce type d’exposition (…), on ne peut que recommander une visite à nos lecteurs.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (215)

    • geoffroy.guigou
    • albertine
    • agnes
    • alinawolf
    • nanou
    • azza
    • kily
    • gregoire.lefevre1
    • babelonflorens
    • mc.monfrais
    • jchden
    • sabrinaferrara
    • remi-f
    • sylvain.lozano5
    • Argonaute du Pacifique
    • cyrielle.triolet
    • lamy.joelle
    • Anna
    • marion.perraud
    • bibousiq7
    • vogelamelie
    • n.hoang
    • jean.csap
    • laissa_agny2920
    • marie-c
    • choquene.laura
    • snowsev
    • ming_li60
    • julie.eugene
    • emma.pierre
    • etienne.briere
    • gwendoline.victoria
    • delmasgino
    • jennyfer_w
    • SaMoussaoui
    ...et 180 autres personnes

    Ils l'ont vue (125)

    • dominique.branger
    • papposilene
    • hadrien
    • sofinet
    • jcs
    • victran
    • elric.rozet
    • bolivar70
    • zazaie
    • c.papp
    • mc.blanc
    • amelie.thorel
    • francoise.bouche0284
    • autin.julie
    • isabelle.k
    • clyneb
    • felip19
    • celton.elisabeth
    • manguee
    • cbaumann
    • anaelle_bzh
    • annie.cicatelli
    • PPP
    • g.bouterin
    • nathalie.poncin2
    • yavgfr
    • meriam.bensassi
    • bfravache
    • dcclems
    • caro8711
    • clemenceamoretti
    • zoe
    • toussaintconseil
    • marysepalich
    • david4791
    ...et 90 autres personnes