Votre action a été enregistrée avec succès !
hide_fb

Inscrivez-vous gratuitement sur exponaute et ne ratez plus jamais une exposition

Publiez une expo

Le Crépuscule des Pharaons

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Le Crépuscule des Pharaons et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Le Crépuscule des Pharaons

Tête d’une statue attribuée à Nectanébo Ier

XXXe dynastie, grauwacke, 38,5 cm (H), British Museum, Londres

Grand masque funéraire

Cartonnage doré et peint, 36 cm (H), Collection particulière

Statue de Bastet sous forme de chatte

XXVIe dynastie probablement, 45 cm (H), Bronze, argent et or

Le Crépuscule des Pharaons

Chefs-d’œuvre des dernières dynasties égyptiennes...

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Musée Jacquemart-André – Expo Le Crépuscule des Pharaons - 14/03/2012

    /

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Le Crépuscule des Pharaons dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Pour la première fois, une exposition aborde l’art du dernier millénaire de l’histoire pharaonique (1069-30 avant notre ère), véritable renaissance de la culture égyptienne. En réunissant les chefs-d’œuvre les plus célèbres de cette période, l’exposition du Musée Jacquemart-André permet une découverte de ce nouvel âge d’or de la création en Égypte. Près de 140 œuvres exceptionnelles, provenant des plus grands musées d’art égyptien, comme le British Museum (Londres), le Metropolitan Museum (New York), l’Ägyptisches Museum (Berlin) ou le Louvre, révèlent l’opulence d’un art nourri par une longue tradition pharaonique et riche de ses échanges avec d’autres cultures.

    Dates 23/03/2012 - 23/07/2012
    Domaine archéologie
    Période antiquité
    Site officiel Musée Jacquemart-André
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 26/08/2012

      Très belle expo qui nous permets de découvrir la 3e Période intermédiaire et la Basse époque, périodes agitées et peu connues de l’époque pharaonique mais brillantes en ce qui concerne l’art.

    • ';
    • 24/07/2012

      belle exposition dommage que les espaces d’exposition soient si petits

    • ';
    • 18/07/2012

      L’exposition rassemble des oeuvres toutes très belles ou importantes venant de partout et qui sont bien présentées. Donc à voir même si ceux qui connaissent déjà un peu l’égyptologie resteront sur leur faim tant les explications sont basiques. Mention spéciale à l’audioguide nul : les oeuvres qui mériteraient des explications spécifiques n’y sont pas (ex : dans la dernière salle, une image d’un pharaon en bronze, assis sur un trône dont les accoudoirs sont des félins (lions, chats ?) et surtout représenté nu ce qui est très inhabituel, n’est pas commentée) , les commentaires des oeuvres, sélectionnés, ne disent rien de plus que les panneaux d’infos des salles et/ou la vidéo visible en bas en arrivant. On peut économiser les 4€ de location!

    • ';
    • 17/07/2012

      Quelques très belles pièces ! Les explications audios fournies sont très intéressantes ! Un peu court.

    • ';
    • 14/07/2012

      Déçu par cette expo par son manque de variété dans les œuvres présentées même si elle bien organisée et permet d’entrevoir els influences étrangères sur l’art égyptien.

    • ';
    • 03/06/2012

      Une très belle exposition, bien documentée, dans un très beau cadre. Des petites merveilles, une expo pas trop longue, les clefs de la réussite !

    • ';
    • 31/05/2012

      Très belles pièces exposées qui attestent de la grandeur de l’Egypte pharaonique, même au crépuscule de cette civilisation.

    • ';
    • 05/05/2012

      « On a longtemps arrêté l’histoire de l’Égypte à la fin du Nouvel Empire, au XIe siècle avant J.-C. De la mort du dernier des Ramsès à celle de Cléopâtre, qui avait signé son assujettissement définitif à la puissance romaine, en 30 avant J.-C., le pays était lentement sorti, disait-on, de l’histoire. […] À qui serait resté à cette lecture traditionnelle de l’histoire, convaincu que l’Égypte avait donné, en deux millénaires, tout l’éclat de son génie, et qu’elle s’était ensuite misérablement survécu, la visite de la splendide exposition que le musée Jacquemart-André consacre aujourd’hui au ‘Crépuscule des pharaons’ devrait procurer un choc à couper le souffle. » (Michel de Jaeghere, numéro du « Figaro Hors-série » sur l’exposition)

    • ';
    • 04/05/2012

      Très belle exposition. Les oeuvres égyptiennes sont toujours passionnantes. Les expositions de ce magnifique musée sont toujours réussies

    • ';
    • 24/04/2012

      Un voyage magnifique !

    • ';
    • 02/04/2012

      S’il ne faut pas s’attendre à un panorama complet sur le dernier millénaire de l’Egypte Antique, l’exposition présente une dizaine de chefs d’oeuvre inoubliables et démontre que pour les grandes civilisations les notions de déclin ou d’âge d’or peuvent toujours être remise en cause,le souffle de l’art n’étant pas assujetti à celui de l’Histoire.

    • ';
    • 02/04/2012

      1000 ans , tout de même … Et pas de décadence, en fait, mais des oeuvres d’immense qualité, venant des plus grands musées. La scénographie est remarquable, particulièrement l’évocation de la chambre funéraire et la présentation des têtes sculptées.

    • ';
    • 19/05/2012

      Au coeur d’une petite salle pas plus grande qu’une chambre funéraire, le face-à-face est exceptionnel : des dizaines de visages de l’Egypte antique vous fixent de leurs yeux sans prunelles, sculptés dans du schiste vert, du grès rouge ou du basalte noir. [...] En une centaine de pièces prêtées par des musées européens ou américains, l’exposition du musée Jacquemart-André présente, par petites touches subtilement mises en scène, les derniers feux de l’art de ces pharaons moins décadents qu’on ne l’a longtemps cru. Superbe.
      Voir la critique complète >>

    • 25/04/2012

      On note une diversification de la statuaire ainsi qu’une évolution stylistique. Les visages sculptés masculins deviennent plus réalistes, à l’image de l’étonnante Tête verte de Berlin sur laquelle s’incrustent des rides creusées par l’âge. Si les visages des femmes conservent leurs contours idéalisés, leurs corps en revanche affichent des courbes inédites. Le « crépuscule des pharaons » n’a rien d’un déclin.
      Voir la critique complète >>

    • 01/04/2012

      En réunissant la fleur des oeuvres d’art appartenant à cette époque tardive, l’exposition dévoile et réhabilite une production artistique totalement méconnue. On n’oubliera pas de sitôt cette admirable Tête verte de Berlin d’une présence fascinante ou cette longiligne effigie féminine en argent de New York. Un choc absolu !
      Voir la critique complète >>

    • 25/03/2012

      Une première, qui révèle un apogée artistique derrière le déclin politique. (…) Par souci de lisibilité, l’exposition est structurée en six thèmes: temples, visages, mobilier funéraire, idéal féminin, rois (souvent anonymes) et dieux. Chacun permettant d’apprécier aussi bien une extrême diversité stylistique qu’une longue et profonde évolution esthétique. (…) Clou de l’exposition, une tête en roche verte venue de Berlin est surprenante de réalisme.
      Voir la critique complète >>

    • 23/03/2012

      En rassemblant les œuvres des dynasties égyptiennes les plus tardives, le musée Jacquemart-André se propose à la fois de transformer l’historiographie de l’Egypte ancienne et d’introduire le profane (…). Dans les deux cas, la démarche est pleinement justifiée (…) Mais pour démontrer la pertinence de ce double point de vue, l’exposition aurait dû s’engager dans la science (…). La nécessité de ne présupposer aucune connaissance de l’Egypte a hélas conduit les commissaires à se livrer au sempiternel exposé sur le rôle politique des statues (…), engoncés dans une présentation louvresque. Ce qui laisse échapper, en définitive, une grande part de l’émotion.
      Voir la critique complète >>

    • 23/03/2012

      En s’appuyant sur une scénographie précieuse et élégante, l’exposition renforce l’émotion esthétique procurée par les oeuvres. « Je ne voulais pas que nous tombions dans la rétrospective artistique (…) », explique Olivier Perdu. Abordant tour à tour la représentation humaine, divine, funéraire et pharaonique, le parcours met en lumière les évolutions stylistiques à cette période. (…) Le parti pris esthétique de l’exposition nuit toutefois à lisibilité chronologique. L’accélération soudaine de l’histoire (…) n’est absolument pas mise en valeur dans le parcours. De plus, la section portant sur l’art funéraire est étrangement pauvre.
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (208)

    • corinegodiard
    • hadrien
    • petitece
    • mc.monfrais
    • annabel-laso
    • victran
    • diane-d
    • amandineparis7
    • nanou_at
    • nick
    • ipjacquot
    • f.travetto
    • e.onfroy
    • jean.csap
    • joh-peccadille
    • choquene.laura
    • catherine.guillemin
    • M.garnier.92
    • camilleserra
    • etienne.briere
    • suguye234567
    • jennyfer_w
    • laura.ionita.528
    • marie.adamski
    • Sebastien
    • jade.jutrovic
    • pescot
    • mayaaitsaid
    • julie.monne
    • delphine
    • rgael
    • altoubel
    • STEPHANIE
    • eric
    • kathrine.fogarty
    ...et 173 autres personnes

    Ils l'ont vue (77)

    • dominique.branger
    • agnes
    • dann
    • varna
    • louise.gombert.5
    • cebolang
    • pat
    • caoloun
    • helixfelix
    • bolivar70
    • xjgs
    • mc.blanc
    • autin.julie
    • isabelle.k
    • felip19
    • mamie.dan
    • yavgfr
    • Tad
    • scenarts123
    • marion-a
    • jeanpierre.jomeau
    • jessica-d
    • arnaud_degiovanni
    • titisa91
    • ciccio
    • sijavaisunblog
    • delphine
    • laurence-l
    • mdechaterton
    • FrederiqueC.
    • josette.serbource
    • claudineh
    • charlotte.stephan.35
    • laura.cousseran
    • masse.melanie
    ...et 42 autres personnes