Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Objets secrets

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Objets secrets et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Objets secrets

Judith Ann Scott (Judith Scott, dit), Tapisserie-papillon

1990, fil de laine, raphia et ficelle : 90 x 71 x 14.5 cm ; donation L’Aracine, 1999 ; LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut

Judith Ann Scott (Judith Scott, dit), Tambour

1992 ; ficelle et fil de laine sur armature de bois et osier ; hauteur : 5.5 cm, diamètre : 41.5 cm, poids : 0.46 kg ; donation L’Aracine, 1999 LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Après les expériences psychosensorielles d’Anthony McCall et les interrogations sur le regard proposées par Isabelle Cornaro, le Collège des Bernardins poursuit la deuxième saison de Questions d’artistes. Cette nouvelle exposition invite à découvrir l’énigme que constitue l’oeuvre de l’artiste américaine Judith Scott, une représentante des plus remarquables de l’Art Brut. Née à Cincinatti dans l’Ohio, Judith Scott (1943-2005) est atteinte de trisomie (syndrome de Down) et a été placée dans diverses institutions spécialisées dans lesquelles elle eut du mal à trouver sa place. En 1986, prise en charge par sa soeur jumelle Joyce, elle rejoint le Creative Growth Art Center à Oakland, centre d’art consacré à l’art brut qui aide les personnes handicapées en les invitant à développer leur expression artistique. Judith Scott s’est spontanément engagée dans la création à 44 ans. Sourde et muette, elle a réalisé des sculptures qui constituent son unique moyen d’expression. Près d’une douzaine d’oeuvres de l’artiste sont exposées pour la première fois à Paris et résonnent profondément avec les objets de la sculpture contemporaine, comme ceux de Louise Bourgeois ou de Tony Cragg par exemple. La liberté technique, ainsi que la richesse psychologique et émotionnelle, qui conduit la démarche de Judith Scott est exemplaire pour d’autres artistes de la scène actuelle, bien au-delà des questions troublantes de son handicap. Il s’agit de montrer ces sculptures textiles en tant qu’objets magiques, secrets, puissants, montrer une pratique de la sculpture désinvolte à l’égard du tissage et des formes traditionnelles, faire honneur, au même titre que les autres artistes invités, à une démarche inédite.

    Dates 11/10/2011 - 18/12/2011
    Domaines sculpture
    installation
    art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Collège des Bernardins
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 15/10/2011

      Ce que je vois là pourrait n’être qu’un assemblage de fils multicolores, enrobage méthodique d’un objet caché sous des mètres de laine, dont j’apprécierais les qualités formelles, la beauté des courbes, l’élégance des matières, le chatoiement des couleurs. (…) Mais mon regard change, ma posture mentale, esthétique, morale même, se modifie quand j’apprends que l’artiste qui a réalisé cette œuvre était une femme américaine trisomique, sourde et muette, Judith Scott (…).
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (24)

    • varna
    • srealdelsarte
    • mc.monfrais
    • Argonaute du Pacifique
    • alice.martel
    • clemenceplag
    • rejane
    • arnal.marchesini
    • angelica.vincent
    • morganouledoze23
    • josette.serbource
    • uraloor
    • rebelaki.irini
    • dianegabb
    • annatsy
    • lasvacas
    • zebulon2nd
    • maugirard.jeanclaude
    • jean.mora
    • naguinancy
    • olga.caldas
    • audreydevedeux
    • dominique1017

    Ils l'ont vue (4)

    • tara-q
    • herminie092
    • mdechaterton
    • agnes-lefranc
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.